mardi 9 février 2010

Je me, je vous néglige

Oui, je sais, près de dix jours sans billet.
Heureusement que je ne me suis pas fixée d’objectifs.
Heureusement que je ne suis pas journaliste payée. D'ailleurs à ce sujet, j'aimerais bien qu'on invente un autre mot pour les blogues des "vrais" journalistes ou pour les nôtres. Je pourrais développer, mais un autre jour.

Vraiment pas constante. Pourquoi faudrait-il que je le sois? Je pourrais prétexter du travail qui m’appelle ailleurs que sur ce blogue, oui, sûrement, mais aussi, c’est que je fais de la restriction mentale. En effet, quelques sujets m’ont interpellée, m’ont fait réagir, j’aurais pu écrire court ou long, mais j’ai choisi de me taire. De passer outre. De garder mes ressentiments pour moi.

Pendant que je nage dans la piscine ou pendant que je marche dans le sentier de raquette, bien des mots virevoltent, bien des phrases se forment et puis, une fois rentrée, ceci et cela, de tout et de rien, brochure, dépliant, correction d'un manuscrit d'une amie, portfolio et site de l'artiste-de-nos-pinceaux à mettre à jour, préparation d'un voyage, lecture rapide de Goerges Lafontaine que je dois rendre à la bibliothèque.

Et puis, il est l'heure de se coucher.

9 commentaires:

  1. Bonne nuit alors..en espérant te relire dans moins de 10 jours ;)

    RépondreEffacer
  2. Snif! On s'ennuie un peu tu sais. Tu te fais rare même sur nos blogues. J'essaie pourtant d'appâter mes lecteurs avec des bons billets... ;)

    Au plaisir de te lire quand tu auras de nouveau la tête aux mots! :)

    RépondreEffacer
  3. Il ne faut pas que le blogue devienne une obligation, une discipline peut-être mais pas une obligation. La sacrée sainte notion de plaisir, sinon ... gare !

    RépondreEffacer
  4. Que vous êtes gentils de venir commenter même si moi, je vous néglige un peu, mais suis d'accord avec Venise, je veux rester dans le plaisir. Il y a des jours, parfois nombreux où ma pensée commence à prendre sa retraite: pas le goût de s'habiller belle ni surtout de coordonner toutes les couleurs.

    Gen, pour ce qui est d'appâter avec le nombre de commentaires que tu as sur ton blogue, je crois que tu y réussis très bien.

    RépondreEffacer
  5. Par rapport au nom qu'on pourrait se donner, dans l'article récemment sorti dans Télérama nous étions appelées les amazones du web. Cela donne un aspect assez sauvage. Mais c'est vrai qu'on n'est pas dans le formalisme d'un vrai métier, et heureusement, je ne te le fais pas dire !

    RépondreEffacer
  6. Bienvenue chez moi, Mélopée. Je vais tenter de sortir ma pensée de sa léthargie et pondre un petit quelque chose sur ce sujet.

    RépondreEffacer
  7. C'est vrai qu'on s'ennuie de toi, mais t'inquiète je néglige aussi mon blogue et les autres blogueurs. Les émotions sont trop fortes parfois et elles chassent les mots qui ont le malheur de me passer par la tête.

    Au plaisir de te relire bientôt

    RépondreEffacer
  8. @ClaudeL : Comme je l'ai déjà fait remarquer ailleurs, faut pas se fier au nombre de commentaires sur mes billets : la moitié sont de moi! lol!

    RépondreEffacer
  9. @Gen: merci de me faire rire. Et ce n'est pas parce qu'ils sont de toi qu'ils sont inintéressants. De toute façon, ce n'est pas le nombre qui compte (si c'est la quantité qu'on veut, on peut aller sur les babillards de Facebook, hihihi!), c'est la qualité, au sens où ça fait avancer le propos, ou fait réagir ou fait rire.

    RépondreEffacer