jeudi 29 avril 2010

De la constance et de l'évaluation

De la constance, il faut savoir qu’elle peut vouloir dire la fidélité, la persévérance, la fermeté, la patience et la stabilité.

La fidélité: pas de problème, je suis fidèle à tout, je ne me souviens pas avoir quitté personne de moi-même. Souvent été délaissée, mais suis fidèle à une marque, un produit, aux amies, aux animaux, aux lieux.
La persévérance: plutôt oui jusqu’à l’entêtement parfois. Surtout pour les autres.
La fermeté: pas vraiment, plutôt molasse si ce n'est pas un contrat payé. Professeur, je n’étais pas réputée pour une bonne discipline. J’ai du caractère mais pas de poigne et on peut me faire changer d’idée comme de chemise.
La patience: j’en ai à revendre pour certaines choses. Malgré mon empressement à tout vouloir tout de suite.
La stabilité: là où le bât blesse. Proche de l’ennui, proche du toujours pareil, d’un seul intérêt, d’une ligne droite. S’inscrit dans la durée, le fixe, la platitude. J’aime bien varier, m’aventurer dans des avenues différentes.

Tout ça pour dire que dans les titres de ce blogue, j’aurais voulu toujours commencer par « De » comme De nos pinceaux et de nos stylos, comme au temps de Cicéron et du latin classique.

Sans avoir d’objectif précis, j’aurais voulu une constance dans mes sujets, développer mon style, évoluer dans un cadre : photo-illustration, texte court, liens. Et surtout, intéresser, mais ça, on peut intéresser un et pas l’autre. Et comment être stable quand j’aime autant le caravaning que la généalogie, autant le graphisme que les nouvelles technologies (auxquelles je ne comprends souvent rien et auxquelles je résiste mais bon, j’aime quand même), les livres que l’écriture, sans compter cette autre voix qui m’a fait aimer aussi l’art en général et la peinture en particulier. Et que je suis bien bonne pour philosopher mais pas trop pour appliquer!

Je voudrais bien aussi une constance dans les illustrations choisies, comme Audry Parily ou Martyne.

Force m’est de reconnaître qu’après un an et demi, je n’ai pas battu de record, ni renouveler le genre. Ce qui n’était pas mon but et ne l’est toujours pas.

On va dire que c’était un brouillon, un premier jet. Et pas de note. Le meilleur est à venir.

2 commentaires:

  1. Ah les titres latins :) De natura deorum. De quoi faire rêver une écrivaine pendant des heures... :)

    RépondreEffacer
  2. Il est vrai que ton cours d'histoire doit être moins loin que mes cours de latin!!!

    RépondreEffacer