jeudi 21 juillet 2011

Un nouvel amour


Normalement, je devrais écrire un billet sur l’écriture ou au moins la lecture ou, à la limite, la peinture. Une semaine sans publier sur mon blogue. Je n’ai même pas l’excuse des vacances (on le sait je suis en vacances à l’année!), ni celle de la chaleur (je n’ai pas d’asphalte, j’ai une piscine et de l’ombre à revendre, bon, j’ai eu chaud quand même, mais pas assez pour m’empêcher d’écrire). Cette semaine, j’ai trahi tous mes engagements, j’ai tout laissé pour me jeter tête baissée dans une nouvelle aventure. 

En fait, j’ai un nouvel amour. Un amour comme celui qu'on peut avoir à 20 ans : passionnel, fou, irraisonnable. Pour tout dire, j’ai renoué avec une vieille connaissance, et je n’ai eu d’yeux que pour elle, toute la semaine. 

La photographie. 

Tout a commencé quand j’ai voulu mettre les trois nouvelles sculptures de Louise Falstrault sur Internet. Habituée à photographier ses tableaux en deux dimensions, j’ai cru pouvoir utiliser la même technique : le matin, à l’ombre, sur le mur de ma galerie. Une fois devant mon ordinateur, les photos des trois sculptures se sont avérées un fiasco : trop de lumière sur le devant, le fond grisâtre. J’ai recommencé deux fois, sans grand meilleur résultat. 

Comme je suis entière jusqu'à en devenir fanatique, j’ai voulu apprendre, savoir et je me suis jetée sur les ressources d’Internet. Dix minutes plus tard, je m’inscrivais à un forum non seulement en français, mais en plus québécois. J’attendis impatiemment l’approbation de mon nom d’utilisateur et mot de passe. En attendant, je pouvais lire les sujets dans l’index du forum, voir les photos. Ce fut le coup de foudre… et le coup de grâce. Wow, quelles belles photos! Avec mes petites photos de touriste voyageuse, je partais de loin. Tout de suite, j’ai cherché quel appareil il me faudrait pour réaliser de tels chefs-d’œuvre. 

Le lendemain, un peu calmée, mais toujours aussi intéressée, j’ai compris qu’il me fallait d’abord comprendre l’appareil « bridge » que j’avais acheté il y a plus de cinq ans, exploiter le maximum de ses fonctions. Deux membres du forum m’ont conseillée tant et si bien que j’ai passé la semaine à faire des essais, réunir le matériel dont je disposais à la maison, trouver un carton noir, dénicher une lampe halogène de 50 watts, dépoussiérer un vieux trépied que j’avais gardé du temps que j’avais des objectifs et des accessoires pour la photographie argentique. Je me suis revue, les dimanches soirs, dans ma chambre noire sommairement aménagée au sous-sol, sur la laveuse et la sécheuse. J’y développais tant bien que mal, les mains dans l’acide, des clichés noir et blanc qui devaient être publiés le lendemain dans l’hebdomadaire local. Je me croyais bonne en ce temps-là. Aujourd’hui, j’ai tout oublié, je dois repartir à zéro. 

Essais le matin, le soir, transfert sur mon ordinateur, échanges avec les membres du forum de Québec Numérique, découragements, espoirs, recommencements, compromis. 

Comme avec un nouvel amour.

12 commentaires:

  1. Wow! Quel bel amour!
    Quand tu seras rendu à Photoshop, fais-moi signe ;) J'ai des beaux tutoriels aussi :)
    On veut voir les résultats!

    RépondreEffacer
  2. Photoshop, je ne m'en sers que pour quelques petits trucs, comme chercher les couleurs. J'utilise Corel Photopaint depuis plus de... j'ai oublié de calculer. Les résultats: la petite statuette en est un. Je compte bien m'améliorer.

    RépondreEffacer
  3. @ClaudeL : Ah, la photo... ça me fascine je dois dire. Quand j'ai vu travailler mon photographe, j'étais vraiment impressionnée. Les jeux avec les lumières, les cartons, les réflecteurs... le modèle qu'on laisse bouger, qu'on fait parler, rire, puis la composition de la photo...

    Je t'envie d'avoir le temps de nourir plus d'une passion. Mais celle-là, je dois dire que c'est sûr que je vais m'y mettre à ma retraite!

    RépondreEffacer
  4. Beau billet, Claude. J'y ai très bien senti ta passion. :)

    RépondreEffacer
  5. À Gen, je ne me rendrai pas à l'étape studio, je ne tiens pas du tout à devenir professionnelle, mais au moins améliorer mes photos et renouer avec le "regarder autrement".
    Et pourquoi attendre à ta retraite pour faire ce que tu aimes?
    Je m'étais dit la même chose pour un véhicule récréatif. J'ai commencé plus petit, tout simplement. J'ai bien fait, parce que travailleur autonome, je ne vois pas le jour de la retraite, hihi!

    RépondreEffacer
  6. À Sylvie: c'est vrai que ça se voit? Je suis contente parce que je croyais que la passion, cet élan irrésistible de tout avoir, de tout faire dans une semaine, m'avait délaissée, début cinquantaine!

    RépondreEffacer
  7. J'adore la photo. Pour un aussi bel amour, toute négligence est presque pardonnée. ;)

    RépondreEffacer
  8. À Impulsive montréalaise: c'est ce que j'ai dit cette semaine à la généalogiste, la graphiste (quoique celle-là, elle va bénéficier des retombées) et l'auteure en moi qui étaient un peu jalouses du temps que j'accordais à ma nouvelle passion.

    RépondreEffacer
  9. @ClaudeL : Je dois repousser des trucs au jour de ma retraite (la job qui paie les comptes étant un boulot de salarié, je peux au moins espérer qu'il se termine un jour) parce qu'il y a malheureusement juste 24h dans une journée.

    Alors boulot, tâches ménagères, temps avec le chéri, entraînement, écriture... et c'est l'heure du dodo!

    Pis quand je fais quelque chose, je m'y lance à 100%, donc...

    RépondreEffacer
  10. À Gen, je comprends parfaitement. Et je vois bien que ce n'est ni dans le boulot ni dans les tâches ménagères ni autre bidules que tu peux prétexter le besoin de prendre des photos!

    RépondreEffacer
  11. J'adore ce billet, ClaudeL ! La passion te donne un élan jusqu'à bondir derrière les écrans, dont le mien.

    Tu es vraiment une personne qui va à fond, qui défonce et pousse ses limites, et pour cela, je t'admire.

    RépondreEffacer
  12. À Venise: merci. Je crois bien que tu es de la même trempe, non?
    Mais il est vrai que ça fait longtemps, il me semble que je n'avais eu un tel élan, une telle passion. J'étais devenue tiède. J'ai retrouvé mon ardeur de ti-bélier-tout-feu-tout-flamme. Combien de temps, ça...

    RépondreEffacer