vendredi 1 février 2013

Boulimie de lectures

Pendant six ou sept mois, je n’ai pas beaucoup lu. Pas le goût, mon esprit était occupé ailleurs, mais, comme si j’avais suivi un régime, je me rattrape. Je suis devenue boulimique de lectures. Je lis tout ce qui me tente. Des petites bouchées parfois pour goûter à tout. De longs repas savoureux souvent, mais je ne finis pas mes assiettes! Le fait de pouvoir maintenant emprunter des livres numériques à la BANQ, c’est pire, c’est facile de succomber.

Coup sur coup, à quelques jours d’intervalle parce qu’ils étaient disponibles, j’ai emprunté les livres numériques :
Rapide Danseur de Louise Desjardins
Le Grand Jamais de Daniel Tressart
Mayonnaise d’Éric Plamondon
La porte du ciel de Dominique Fortier.
Ï tréma de Gilles Pellerin

Je ne connaissais pas ces auteurs, hormis le fait que j’ai déjà lu Les larmes de Saint-Laurent de Dominique Fortier. Des livres choisis après avoir lu des billets sur les blogues de Venise ou de Dominique Blondeau.

Et puis à la bibliothèque, où j’allais chercher des livres pour l’artiste qui ne lit pas tout à fait le même genre que moi — heureusement, s’il fallait… je n’en finirais pas —, je n’ai pas pu résister au deuxième roman de Daniel Lessard La revenante, suite je crois bien de Maggie que j'avais bien aimé, et à L’Anglais de Denise Bombardier.

Comment font-elles ces personnes qui, au fil des années, se sont constitué des PAL (acronyme de pile à lire)? Comment résister à commencer un tel alors que celui de la veille n’est pas terminé ? Est-ce parce que je me suis privée que je ne parviens pas à lire calmement, complètement un livre avant d’en commencer un autre ? Je suis devenue une TDAH (autre acronyme pour Syndrome d'hyperactivité et d'inattention) du livre : incapable de rester en place et de lire tranquillement un livre. Aussitôt les trente ou cinquante premières pages lues, je passe au milieu, à la fin… et à un autre. 

Et ce n’est pas parce que le livre est ennuyeux ou mal écrit. Loin de là. Que des petits chefs-d’œuvre dans la liste ci-haut mentionnée. Il y a bien La porte du ciel que j’ai laissé parce que je n’accrochais pas, ni ne m'identifiais à un personnage en particulier, autant de mal à lire que Les larmes de Saint-Laurent que j’avais dû reprendre trois fois avant d’être dans un état d’esprit propice à lire ce genre d’histoire, mais les autres, des romans contemporains, au style moderne, comprendre par là des phrases courtes, des personnages jeunes, une histoire qui se passe au Québec. Tout pour me plaire. Pour un style plus classique avec des qui, des que, j’ai dévoré L’Anglais de Denise Bombardier et je me suis délectée des petits textes courts, profonds, sentis, de Gilles Pellerin, des textes comme j’aurais aimé en écrire dans mes journaux intimes au temps où j’en tenais.

Qu’est-ce que je vais faire quand La chute des géants de Ken Follett va apparaître dans mon sillage ?

Docteur, qu’est-ce que j’ai ?

8 commentaires:

  1. Je ne sais pas si ils vendent des petites pilules pour ça, mais ça ne fait de mal à personne! Je fini presque toujours ce que j'entreprends (en lecture!) mais j'ai aussi une pile à lire, et parfois je lis plusieurs livres en parallèle. Ils couvrent différents besoins selon le moment. Alors pas de culpabilité dans le plaisir décuplé!

    RépondreEffacer
  2. Pas tant que je me sens coupable, mais j'aimerais bien retrouver un peu de calme. Fatiguant l'hyper activité! Faudrait plus que je lise de blogue ou de forum où il est question de livres, ou lire, mais sans me "garocher" illico pour obtenir le livre dont il est question dans le billet ou le message du jour.

    RépondreEffacer
  3. Es-tu en train de faire une mayonnaise en mélangeant tous les titres ? (Pas un mot sur Mayonnaise)

    Je suis contente de t'entendre dire que tu as aimé Maggie. Je veux absolument lire Daniel Lessard. J'espère que tu vas te rendre au bout du deuxième et que tu vas émettre un commentaire, boulimique lectrice, va !

    RépondreEffacer
  4. Venise, le problème de sauter d'un livre à l'autre, c'est un plaisir bien sûr de ne goûter qu'au meilleur, mais il vint un jour où toutes les saveurs se mêlent et on se met à comparer, ce qu'il ne faudrait absolument pas faire pour bien apprécier un livre.
    Même deux livres du même auteur, c'est très difficile de ne pas comparer. Vais-je réussir à faire une exception pour Daniel Lessard? Je peux tout de suite te dire que ce qui est surprenant de ses livres, c'est qu'on s'était fait une image du monsieur en le voyant commenter sérieusement la politique fédérale et là, il écrit un roman... romantique, oserais-je dire. Qui ne cadre tellement pas avec l'image qu'on s'est fait de l'auteur. Mais bon, je le dirai dans un billet. Juste pour toi.

    RépondreEffacer
  5. Venise: "pas un mot sur Mayonnaise", non, pas plus que je n'ai dit de mots précis sur chacun, mais ce livre faisait partie des livres dont j'ai dit qu'ils étaient "des romans contemporains, au style moderne, comprendre par là des phrases courtes, des personnages jeunes, une histoire qui se passe au Québec". J'ai aimé les chapitres très courts. Et être l'écrivain Bautrigan, je serais flatté d'être le personnage principal d'un roman. être étudiant, j'aimerais présenter ma thèse de cette manière, très originale, sur un auteur apprécié. Je cherche bien qui d'ailleurs.

    RépondreEffacer
  6. Mon prochain livre est La revenante de Daniel Lessard. On s'en reparle ! Bonne lecture :)

    RépondreEffacer
  7. La PAL sert justement à entreposer les livres en attendant qu'on soit dans le bon état d'esprit pour le lire.

    En plus de la PAL, moi j'ai une LAA (Liste à acheter). J'y mets les livres dont j'entends parler quand la PAL est déjà trop haute pour que je puisse décemment me précipiter à la librairie ou la bibliothèque! lol! ;)

    RépondreEffacer
  8. Gen: tu as bien écrit le mot "attendre"? C'est un verbe que je n'ai jamais appris. Ma mère me répétait souvent que je n'avais même pas attendu de me retourner avant de naître, je suis venue au monde les pieds en premier. Alors attendre... c'est quoi ça?
    Penses-tu que j'attendais à Noël pour ouvrir mes cadeaux?
    Alors attendre d'être dans le bon esprit pour ouvrir un livre? Bien trop curieuse!

    RépondreEffacer