dimanche 29 mars 2020

Un hiver bien différent de celui prévu

 petit album photos pour ce bizarre d'hiver.
Cliquez sur la photo pour atteindre l'album photo

Pendant près de quatre mois, j’ai vécu en groupe. Un groupe de treize, puis un de huit. J’ai vécu dans un parc (le nom qu'on donne parfois à un RV Resort qui n'a pas tout à fait l'air d'un "Resort" ni d'un camping) de Québécois, dans une communauté francophone. Rarement « Je », plus souvent « Nous ». Même assise à la table de ma caravane à sellette, même couchée dans mon lit, j’étais avec tous ces joyeux lurons. Chaque jour, on s’écrivait (oui, oui, sur Messenger, même si on était à quelques pas les uns des autres), on se visitait, on se voyait, on s’aidait, on se parlait, on buvait, on chantait, on sortait, on riait, on a même pleuré.
Nous avons été sur les plages de l'est et de l'ouest, dans des casinos et souvent dans des restos.
Nous nous sommes déguisés, nous avons participé à des soirées thématiques, à des karaokés, nous avons joué dans des sketches. La vraie vie des snow-birds.

Et puis, un virus a fait tout éclater. Autant nous étions ensemble, autant on s’est retrouvé retrouve seul.e. À décider si on reste ou si on remonte. Fini le beau projet de remonter, début avril, lentement en longeant la mer, en campant dans des lieux aimés et connus, à vouloir fêter mes 70 ans devant un buffet de fruits de mer.

On vit seul. e la plus grande bataille de notre vie collective. Comme ça, du jour au lendemain, on se retrouve de l’autre côté du miroir. Sur pause. Une pause mondiale. Je ne suis plus dans un groupe de huit, mais de sept milliards. Je suis seule dans une maison isolée à distance d’un kilomètre de tout voisin, pour le bien-être de sept milliards de personnes, pour le bien de la terre, de la vie.

De cet hiver 2019-2020, je retiendrai tout autant le début difficile parce que des opérations aux yeux nous retenaient au Québec, que les presque quatre mois souvent joyeux, parfois éprouvants vécus avec des personnes que je ne suis pas près d’oublier.

Je ne connais pas l’avenir, mais je sais que je ne serai plus tout à fait la même.

Oui, oui, je suis en quatorzaine.
Mon héros: Éric Ménard qui, dès le lundi 16 mars, nous a bien informés et mis en situation au sujet du virus et des précautions à prendre. 

6 commentaires:

  1. Tiens, quatorzaine, j'utilise le même mot depuis une semaine ! Les grands esprits se rencontrent ! Mais en conservant une distance sociale !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Revenus aussi?
      Je sais que je vous ai délaissés un peu cet hiver.
      Pardonnée? On se reprend?

      Effacer
  2. Il faut rester positive. Je suis d'accord que notre futur sera différent.

    RépondreEffacer
  3. Bien heureux Claude de t'avoir informé

    RépondreEffacer
  4. bravo pour ces beaux résumés très beaux souvenir, tu as de très belle photos félicitation pour ce beau travail ,a la saison prochaine

    RépondreEffacer
  5. Et oui la dure réalité ma cousine bisou xxxx

    RépondreEffacer