dimanche 25 septembre 2016

Huston, Didierlaurent et Ouellette: bonheur de lire

Commencer la lecture d’un livre est toujours un acte qui me remplit de bonheur. C'est choisir de voyager vers un pays dont on a plus ou moins entendu parler, mais qu’on n’a jamais visité. 

Anticipation.

Il y eut d’abord la curiosité insatiable, la joyeuse fébrilité, la savoureuse attente.
Il y eut même avant l’écoute : quelqu’un — une blogueuse, un lecteur, un critique, qui en a dit du bien. Si la personne n’avait pas aimé, j’aurais quand même été intéressée de me faire ma propre idée.
Un couteau à deux tranchants que cet avis d’aimer ou ne pas aimer. On risque d’être déçu, de se demander ce que l’autre a bien pu trouver dans ce roman.
Il y a les préparatifs : où on le lira, quand, comment. Un café ou un cahier de notes sur la table. Ou les deux. La lecture de la quatrième de couverture, peut-être même un petit coup d’œil dans Google pour connaitre l’auteur-e. 
Et finalement on plonge. Soit les premières pages sont un délice et me voilà partie pour un temps que je ne verrai pas passer, soit les premières pages me laissent plus songeuse que ravie et déjà les questions surgissent et le doute s’infiltre : je poursuis ou j’abandonne?

En ce qui concerne Le liseur de 6 h 27, j’ai délaissé après le premier chapitre. Mais seulement parce que L’empreinte de l’ange de Nancy Huston a gagné en intérêt. Je croyais l’avoir lu il y a une bonne dizaine d’années. Il faut croire que non. Je n’aime pas tous les livres de Nancy Huston ou plutôt — parce que tout ne se résume pas à j’aime ou pas —, ils ne m’intéressent pas ou ne me touchent pas tous au même degré. Je bute sur certains, tel Les variations Golberg, et je plonge délicieusement dans d’autres, dont Bad Girl, Instruments de ténèbres. Et L’empreinte de l’ange.

Mon propos dans ce billet, ce n’est pas de résumer ce que je lis ni de rédiger une critique. Il suffit de «googler» un titre pour avoir des centaines de critiques très bien faites par des lecteurs, des blogueurs et quelques journalistes. Personnellement, je me sers de mon blogue pour essayer de comprendre ce que je ressens. De dire ce qui me passe par la tête, tout simplement. Un blogue d’états d’âme, j’avoue. Bien égoïstement.

Donc l’histoire : Safie, la bonne Allemande qui, paf, comme ça, tombe en amour d’un seul regard (un peu invraisemblable, non? Mais qu'est-ce que j'en sais moi... ce n'est pas parce que ça ne m'est jamais arrivé...), le flûtiste voyageur Raphaël qui, lui aussi, désire la jolie blonde aussitôt engagée, et le luthier hongrois Andras. Une femme silencieuse, un homme patient, un amant juif.
Je lis rarement pour l’histoire, mais si le style me happe, me retient, m’entraîne. Et écriture rare, me semble-t-il, l’auteure-narratrice parle de l'histoire dans l'histoire, et la fin surprend en ce sens.
«Mais, si c’est le cas, ça s’est passé en dehors de l’histoire. La vérité de l’histoire, c’est qu’elle [Safie] a disparu.»
L’important c’est que si les émotions sont présentes, l’histoire m’intéresse. Ce fut le cas. 

Et je suis revenue au deuxième chapitre du Liseur de Jean-Paul Didierlaurent. Nouvel auteur pour moi. Éloge d’une membre de mon Cercle de lecture. Une fois passée l’impression de décousu entre des courts textes lus à haute voix dans un transport en commun et la longue description d’une machine qui détruit des livres, c’est l’originalité des personnages qui m’a captivée. Un gardien qui parle en alexandrin, un ex-employé qui cherche — et trouve — ses jambes coupées ont été plus intéressants que le liseur lui-même. Humour léger qui fait du bien. Lecture pour laquelle on n’a pas besoin de se casser la tête ni même d’avoir du silence autour de soi. Lecture très agréable.

Normalement, j’aurais dû passer au troisième livre emprunté à mon Cercle de lecture : Survivre, survivre de Michel Tremblay. Ce fut sans compter la rentrée littéraire qui annonce la venue prochaine du tome 5 de la série Feu de Francine Ouellette. « Je le veux, je le veux, j’ai tellement aimé les quatre précédents. Fais-le venir à la bibliothèque » entendis-je aussitôt l’annonce faite. 

Ah! mémoire, mémoire, tu me fais défaut. Oui, je me rappelle d’en avoir parlé. Je me rappelle qu’il s’agissait d’une saga historique qui se passait dans ma région, qui remontait au temps de Champlain et des Algonquins. Mais c’est tout. 
Je m’empresse donc d’aller voir à la BANQ pour rafraîchir cette mémoire défaillante. Les quatre tomes sont réservés jusque tard en octobre. Il reste la bibliothèque municipale. Oh! bonheur (toujours ce bonheur de trouver un livre comme un cadeau de fête), les deux premiers tomes y sont. 
Je feuillette, je consulte les cartes, je vois des noms, tels Tessouat, Oueskarini, Kichesippi, Petite-Nation, La lièvre, l’Outaouais bien sûr. Depuis longtemps, ces noms me sont familiers parce que mon père a écrit sur l’histoire de la Petite-Nation. 

J’aime beaucoup l’écriture de Francine Ouellette : riche, fluide, soignée. Le lecteur entre dans la tête et le cœur des personnages. Rien à voir avec l’Histoire apprise à l’école: les bons Hurons d'un côté, les mauvais Iroquois de l'autre et surtout, les Robes noires qui possèdent LA Vérité. Un roman, mais très documenté, très fouillé, très réussi. Qui me donne envie de canoter sur la rivière du Lièvre et celle de la Petite-Nation pour suivre les traces de Loup-Curieux ou Lynx-des-Neiges.

Tout comme L’empreinte de l’ange, je croyais avoir lu. Peut-être le premier tome seulement? Réussirai-je à lire les quatre tomes avant la sortie du cinquième?

Écriture-facile va se taire un peu et va retourner à sa lecture.

4 commentaires:

  1. Le bonheur de lire... Un bien beau titre. Je n'ai lu aucun des titres mentionnés. Parler de ses émotions de lecteur ou de lectrice est aussi pour moi beaucoup plus intéressant. De Francine Ouellet, je n'ai lu que son célèbre "Au nom du père et du fils" il y a fort longtemps. Bonne lecture en ce début d'automne!

    RépondreEffacer
  2. J'ai lu L'Empreinte de l'ange il y a très mais très longtemps. (J'ai un billet qui traine quelque part dans mes dossiers).

    Quant au tome 5 de Feu, je viens de le terminer et j'ai beaucoup, beaucoup aimé et ce même si je n'ai pas lu les 4 premiers car ce dernier tome se lit indépendamment. Une réussite vraiment.

    RépondreEffacer
  3. Raison de plus de m'intéresser au tome 5 de Feu, j'ai lu, hier, qu'un des personnage aimerait... une Irlandaise!

    RépondreEffacer
  4. @ Claude

    Oui pour l'Irlandaise mais je ne t'en dis pas plus bon. Bonne future lecture.

    RépondreEffacer