dimanche 19 juillet 2015

Lire donne le goût des voyages... et des livres

Lire c’est aussi voyager, je l’ai toujours su.
Cette fois je suis en Cornouailles, Angleterre.

J’achève la lecture de Manderley for ever de Tatiana De Rosnay, ce qui me donne le goût de revoir les bords de mer dont raffolait Daphné du Maurier. À défaut de m’y rendre, j’ai Google maps et Google images (avant l’ère d’internet, j’aurais sorti mon Grand Atlas). D’autant plus facile que je lis sur tablette, donc je clique ici et là et j’atteins rapidement cette région que les fréquents brouillards rendent mystérieuse et attirante. J’ai cherché Ferryside, Menabilly et Killmarth, les trois résidences principales de l’auteure du célèbre roman Rebecca

De plus en plus, moi, qui ne me croyais pas visuelle, j’ai besoin de voir les lieux, les gens. Je m’habituerais fort bien aux livres numériques illustrés, comme on lit La Presse+ avec textes, photos et vidéos. En revanche, je reviens toujours au texte. Et si je me fie aux films tirés des romans de Daphné du Maurier, et à plusieurs autres d’ailleurs, le texte aura toujours ma faveur première. J’ai rêvé d’un film ou d'une série télévisée à partir des Têtes rousses, mais l’époque n’est plus ce temps ni ce lieu (comprendre le Québec) bénis où les réalisateurs s’intéressaient aux romans aussitôt leur publication annoncée pour en acquérir les droits. 

Puis, en attendant que ma tablette se recharge (oui, oui, je sais bien que je pourrais lire avec le fil USB branché, mais faut bien prendre des pauses de temps à autre), je jette un coup d’œil sur le livre publié chez Fides, Maria Chapdelaine, le roman bien connu de Louis Hémon, accompagné de reproductions des tableaux de Fernand Labelle. Publication en 1994. Retourner à Péribonka, j'aimerais bien, mais cette fois, je préfère me contenter d'admirer la nature sauvage admirablement bien représentée par l'artiste peintre. Le roman est-il encore lu? L’artiste est-il encore vivant? Oui, j’ai vérifié, né en 1934, ce qui lui donne 81 ans. Heureux homme qui a peint en partant d’un roman. J’ai déjà rêvé d’écrire à partir de tableaux d’artistes. Je l’ai fait, mais qui l’a su?

Le lien entre ces routes : celle de Daphné du Maurier, de Louis Hémon, Maria Chapdelaine et Fernand Labelle? Rien d’autre que le plaisir des livres, des voyages et de l’art visuel. 

De retour à Manderley for ever. Ai-je besoin de vous dire ce que je pense du titre en anglais? Je préfère dire que j’ai beaucoup aimé ce livre, malgré le choix du titre. Faut-il, comme Tatiana de Rosnay, avoir aimé Daphné du Maurier? En tout cas, cette biographie confirme ce que j’ai toujours pensé : l’auteure de Rebecca n’est pas cette écrivaine de gare, classée dans la littérature populaire, comme si c’était une tare d’insérer de l’amour dans une histoire et une tare pire encore: celle de vendre beaucoup. Et je déteste toujours cette manie de classer, d’étiqueter les romans, le seul classement que j’admets, c'est de dire que c’est un roman, du théâtre, de la poésie, un essai. Mais d’opposer le populaire (le méchant) au littéraire (le bon, le seul digne d'exister), je m’y refuse. Bref, j’ai aimé à divers degrés les romans de Daphné du Maurier que j’ai lus dans la vingtaine et que je relirais avec plaisir. Sûrement d’un œil nouveau avec ce que j’ai appris de son parcours. 

Mais probablement qu’avant, je lirai les romans de Tatiana de Rosnay que je ne connaissais pas et que je soupçonne d’être classée dans le populaire!

Sauf que le 12 août, pour répondre à l'événement lancé l'an dernier par Patrice Cazeault, j’achèterai un livre québécois. Le choix est grand. Des propositions? 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire