mardi 11 décembre 2018

Carnet d'hiver (1)

L’hiver. Le froid sur le visage, l’humidité dans les os. Les heures de lumière plus courtes.
Carnet d’hiver, carnet d’humeur.
Plusieurs oiseaux descendent au sud, la mésange demeure, brave et rieuse.
À l’abri dans la forêt de conifères, quelques rares feuilles résistent au vent du nord.
Je suis heureuse de n’être pas sur les routes enneigées, parfois glissantes. Être loin des rues encombrées, fébrile, impatiente, stressée.
Près de l’oiseau, près du pin rouge, je tambourine sur le clavier, je cliquète sur la souris à la recherche de ma prochaine lecture. 



Plus de quinze jours sans lire, sans écrire. Comme ce besoin de soulager sa vessie, aux deux heures, même la nuit, j’ai l’impression de souffrir de graphorrhée.
Impressions de manque. Heureusement, d’autres plaisirs, mais je reviens à mon préféré presqu'indicible. Toujours, enfin.

Devant moi, presque chaque matin, trois onglets ouverts : celui de la BANQ, de Biblio Outaouais et de Babelio.
Ces jours-ci, je fais défiler la liste à partir des mots « lire » et « écrire ».
Je cherche si tel livre est disponible en numérique. Je lis le résumé, un extrait parfois. Je passe d’un site à un autre. J’hésite, je clique, j’emprunte. Je télécharge. Je ferme l’ordi, j’ouvre la liseuse. Je lis.

Ma bibliothèque, Lire. Écrire, transmettre de Cécile Ladjali m’a laissé sans mots : quand donc ce professeur a-t-il le temps de lire tous ces livres? Dort-elle la nuit? En plus elle écrit, elle sort, elle voyage, elle mange, elle enseigne. La mienne de bibliothèque est bien maigrichonne en comparaison, mais qu’importe, je partage avec elle ce besoin de lire et d’écrire.
« Lire est toujours une réécriture de soi »
« Après la lecture d’Anna Karénine rien ne devrait plus jamais être comme avant. »
Je n’ai pas lu les dix classiques dont elle a dressé la liste avec ses élèves : L’Iliade et l’Odyssée, Les métamorphoses, La divine comédie, Don Quichotte, Le Prince, Hamlet, Don Juan, Faust, Moby Dick et Eugène Onéguine, je ne voue pas à Shakespeare tant d'attachement. J’ai passé rapidement sur plusieurs listes, mais je me suis attardée aux pages où elle décrit plus en détail les « visages » de Virginia Woolf, d’Emily Dickinson, Baudelaire, Dostoïevski. Elle a des opinions bien arrêtées sur tout ce qui touche les livres : comment les lire, quoi publier, comment écrire, ce qui force mon admiration, moi qui nuance tout à outrance au point où je suis capable de soutenir une chose et son contraire.

Puis, Babelio m’a ensuite menée à Paul Fournel, La liseuse.
Une belle surprise que j’ai d’abord lue avec légèreté, sourire aux lèvres parce que depuis que je voyage, depuis que j’attends dans les hôpitaux ou dans les stationnements, je lis sur une liseuse. Pas une tablette, mais une liseuse, sans Internet pour se laisser distraire. Alors forcément, j’ai l’œil pétillant en voyant ce vieux bonhomme qui n’a plus rien à apprendre du monde de l’édition devant cet « écran avec tous vos manuscrits dessus. Ils sont sur l’étagère virtuelle… »

Puis le sujet de l’éditeur qui lit des manuscrits, qui les juge, qui aime ses auteurs plus que leurs histoires, ça me rejoint, ça me touche, ça m’intéresse. Et à la fin, boum, autre surprise : la sextine. Alors, je vais relire, je vais apprendre, je vais noter, comparer. Et comme bien souvent quand une lecture m’emporte, je vais lire tout ce qui est écrit sur ce Paul Fournel prolifique.

Mon hiver commence bien. Le goût de lire et d’écrire me revient… grâce aux livres bien sûr.
Et vous, comment se passe ce début d’hiver?

2 commentaires:

  1. Dès que mes corrections seront terminées, je vais me lancer un nouveau défi! J’ai de belles lectures en tête pour la prochaine année... Merci pour la référence au blogue de ce professeure. Il m’intéresse beaucoup.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Euh... "blogue de ce professeure", ai-je parlé de blogue. Prof oui, écrivaine, oui, mais blogueuse, pas que je sache.

      Effacer