jeudi 22 décembre 2011

Ah! le temps des fêtes!


Écrire forcée, je peux rarement. En fait, je peux, mais ce n’est pas senti, pas très beau, pas original, pas organisé. Comme un examen, je ne suis pas à mon meilleur. Comme la carte qu’il faut écrire parce que c’est l’anniversaire de quelqu’un. Comme les vœux pour les Fêtes. Parce que j’écris, parce que j’aime écrire, on croit à tort que je peux écrire sur commande. Pour écrire, forcée, il me faut au moins une période de réchauffement, des brouillons. Et rien dans la tête, rien qui presse, rien à penser d’autre.

Ces jours-ci, j’ai la tête ailleurs, je n’ai pas le goût d’être poussée dans le dos ni par le verglas, ni par les obligations, ni par les fêtes et ses préparatifs.

Je lis les billets des autres, je relis ce que j’avais écrit les dernières années et rien ne me vient pour cette année. Je pourrais être ordinaire, conventionnelle, écrire des phrases toutes faites ou copier celles des cartes commerciales. Je pourrais. Pas que je n’ai pas le sourire, pas que je suis de mauvaise humeur, pas que je suis clouée au lit, fiévreuse, non, juste pas le goût d’écrire sur Noël qui vient. Ce soir, demain soir, le 24 et le 25, je vais voir du monde, de la famille, des amies, je vais aller chez eux, ils vont venir chez nous. Je vais parler, je vais manger, je vais recevoir et donner des cadeaux, une partie de moi sera heureuse, mais je sais que je vais faire des phrases banales, je vais lever mon verre en formulant les souhaits habituels. Et après, fatiguée, je vais m’écrouer sur mon lit et repenser à ces soirées, et je vais être probablement déçue de moi, les émotions à l’envers ou pas d’émotions du tout. Parce que, forcée, je ne suis pas le meilleur de moi-même. Une partie seulement, la sociale, la bavarde. Je suis une bavarde sociale comme on est une buveuse sociale. Pas à mon meilleur. Pourquoi faudrait-il que je le sois toujours? Écrire forcée, je suis plate. 

Pourquoi j’écris alors? Probablement pour voir si le petit démon va finir par se changer en ange, si la rebelle en moi peut accepter un peu de convention.

Peut-être est-ce seulement parce qu’il n’y a pas de neige, pas de magie : le cœur n’y est pas. Peut-être.

(illustration: extrait d'un tableau de Louise Falstrault)

9 commentaires:

  1. Même rebelle, même si ce temps festif ne l'est pas toujours ou encore même si en toi ça ne veut plus dire grand chose,(tu n'es pas la seule crois-moi), passes tout de même un bon temps des fêtes en famille.

    RépondreEffacer
  2. Merci Suzan. J'ai hésité avant de publier ce billet, je me sens à contre-courant mais je préfère l'authenticité à un enthousiasme feint. Ce n'est pas tant que je n'aime pas les fêtes (tout genre confondu), mais je n'y suis pas à mon meilleur.

    RépondreEffacer
  3. Je te comprends. Alors bon temps des Fêtes obligatoire! ;)

    RépondreEffacer
  4. J'aime les gens à contre-courant, qui n'ont pas envie de répéter les mêmes banalités année après année.. Reste toi-même chère Claude, et surtout, ne t'excuse pas pour ça!

    RépondreEffacer
  5. Ah! ben, merci Gen et Andrée. Comme ça, je ne vous parais pas trop déprimante?

    RépondreEffacer
  6. Si c'est ça être rebelle, tu devais être l'adolescente idéale !
    Je trouve que le qualificatif d'authentique te décrit beaucoup mieux.
    Je dis ça comme ça ... mais force est d'admettre que tu connais ClaudeL mieux que moi. ;)

    RépondreEffacer
  7. À Sylvie, je ne suis pas certaine que mes profs me trouvaient l'adolescente idéale! Pas à 16 ans en tout cas.
    Et si moi, j'aime bien le terme authentique, les astrologues m'identifieraient plutôt comme bélier franc-incapable-de-faire-semblant.

    RépondreEffacer
  8. On est pas obligé d'être joyeux. Noël peut très bien se passer du mot "joyeux". Ça peut être serein, un Noël, tranquille, enveloppant, suspendu dans le temps. Juste de prendre conscience que tout s'arrête, pas besoin de tourbillonner et de s'étourdir. Juste s'arrêter et se regarder se regarder tous ensemble dans notre état d'être humain.

    Passe un Noël comme il te va !

    RépondreEffacer
  9. Merci Venise. Bonne remarque, je vais suivre ton conseil.
    Finalement, je pense que j'ai manqué mon but dans ce billet: je voulais juste dire que je ne sais pas quoi écrire dans les cartes ou quoi dire dans les party. Ou ce que je dis-écris me paraît bien banal.

    RépondreEffacer