dimanche 4 novembre 2012

Salon du livre de Hawkesbury

Les 10 et 11 novembre, je serai au Salon du livre de Hawkesbury, en Ontario. Pas loin de chez nous. Pas très gros Salon, rien en comparaison aux « vrais » Salons, ceux de Montréal, de Québec ou quelques autres. Quand même un peu de préparatifs et d’énervements à l’approche des dates. Comme si je revenais de loin, comme si je sortais de mon trou, comme si j’osais me montrer et dire que j’ai écrit un livre. Même si ça fait déjà un an qu’il a été publié. Pendant quelques semaines, je me suis dit : c’est un petit salon pour un petit auteur, mais j’ai chassé cette manie que j’ai de me diminuer et j’ai plutôt pensé que mêmes les plus illustres chanteurs ou chanteuses se produisent dans des « petites » salles. Il n’y a pas de petits auteurs ou de petits salons. Il y a des lecteurs partout et c’est important de les rejoindre dans leur milieu.

Mais là n’est pas ma question du jour. La voici : allez-vous seule aux Salons, aux lancements? Préférez-vous y aller seule ou aimeriez-vous que votre conjoint-conjointe, enfant, ami(e) proche soit tout près, vous accompagne dans le processus?

J’avais une quinzaine d’années quand j’ai assisté à mon premier lancement de livre, celui de mon père, et je ne voyais pas ce que je faisais là. Au lancement de mes livres publiés pour la plupart à compte d’auteur ou chez un éditeur régional, j’étais bien contente d’être entourée des membres de ma famille, des ami(e)s et des invités de la région, mais ça fait fête familiale : je connaissais tout le monde.

Dans les Salons du livre autant que dans librairies, j’ai toujours préféré m’y rendre seule. Ce n’est pas du magasinage comme les autres, je ne veux pas me faire conseiller comme pour un vêtement ou un outil. Je veux vivre ce moment seule. De toute façon, je suis du genre indépendant et si une personne, ou pire plusieurs, m’accompagne, je me préoccuperai d’elle, de son bien-être, de savoir si elle s’ennuie, si elle ne préférerait pas être ailleurs. Ce genre de choses qui font que vous n’avez pas toute la tête à votre affaire.

À Hawkesbury, je présenterai bien sûr Les têtes rousses, mais aussi la biographie Jacques Lamarche, un homme, une époque, l’essai sur le Château Montebello et le manoir Papineau que mon père a écrit mais pour lequel je m’occupe de la mise à jour, du montage, de la réédition et de la distribution et également Visions de la Petite-Nation qui réunit quelques-uns de mes textes que 17 artistes peintres m’ont inspirés ainsi que leurs tableaux.

Quelques détails sur le Salon par là>>>

7 commentaires:

  1. Habituellement je fais les salons seule, sauf celui du Saguenay, parce qu'on en profite pour visiter la famille de Vincent.

    Pour les lancements, ça dépend. Je suis plus sociale que mon chum, alors je vais à certains événements sans lui. Ceux où il a des chances de s'amuser (à cause du sujet ou des gens), il vient! :)

    RépondreEffacer
  2. C'est ça l'affaire: si on sent que l'autre s'emmerde... pas capable d'en faire abstraction. Pas totalement en tout cas. On est t'y mal faites?

    RépondreEffacer
  3. Moi,..ben.. sans surpise...je suis toujours avec Chantal ;)
    Pis, ca ne la force pas, elle aime ça. C'est une fille qui aime être avec les gens.

    RépondreEffacer
  4. Pierre: faut croire que ça fait ton affaire aussi.

    RépondreEffacer
  5. Tu as une chance incroyable, Pierre, que ta femme ait envie de te suivre!

    Pour ma part, je suis comme toi, Claude : Je préfère y aller seule, plutôt que d'avoir l'impression de traîner un boulet. Ce n'est pas agréable, de voir son plaisir gâché parce qu'on sait que l'autre, venu avec nous, s'ennuie...

    Par contre, ma fille commence à me suivre dans certains événements. C'est bien, elle savoure le moment et elle apprécie.

    Mais je conserverai sûrement toujours ce besoin de participer à certains événements seule, pour pouvoir en profiter au maximum, sans arrière-pensée... :)

    RépondreEffacer
  6. Tout à fait, Isabelle: sans arrière-pensée. Sans autre pensée que ce pourquoi on est là.
    Quitte à instaurer des "sorties d'artiste", une sortie pour soi.

    RépondreEffacer