lundi 9 mars 2009

Encore les éditions Septentrion

Croyez-vous à la synchronicité? Je n'aime pas le verbe croire, c'est tellement vague. De toute façon y croire ou non, ça ne me dit pas quoi faire avec tous les indices semés sur mon passage?

Il y a deux ans et demi, j'ai soumis un manuscrit aux Éditions Septentrion qui n'ont pas pris trois mois pour le refuser. C'était pourtant mon premier choix pour mon roman sur mes ancêtres irlandais. Dès 2004 quand j'ai commencé mes recherches en généalogie, j'ai découvert le Prix Septentrion et je me voyais déjà le gagner. J'ai demandé conseil au président de la Société de généalogie dont je fais partie, il m'encourageait. J'ai lu les deux livres primés à ce moment-là. Par contre, quand je me suis aperçu que je ne trouvais pas le bateau sur lequel sont arrivés mes ancêtres et non plus la date de leur traversée, je voyais bien que ce serait vraiment un texte de fiction, et non pas un document archivistique qui pourrait rencontrer les critères du Prix. Mais, dans mon esprit pourtant, je continuais de croire que c'était la meilleure maison d'édition pour publier mon histoire, c'est pourquoi je l'y ai envoyée en renonçant au Prix.

J'ai déchanté, et j'ai essayé ailleurs. Le manuscrit, toujours en cours de lecture chez un autre éditeur, j'attends, je suis patiente. Et puis j'ai commencé mon blogue, pour le plaisir. Sur qui je tombe en furetant dans les blogues déjà existants et surtout en prenant connaissance des commentaires?
Éric Simard et la collection Hamac que je ne connaissais pas, existait-elle quand mon manuscrit a été refusé? Je n'ose même pas aller vérifier la date sur ma lettre de refus. Ensuite, Julie Gravel Richard qui a publié Entheos et ce matin, il est question de Caroline Allard, dont le tome 2 de ses chroniques de mère indigne vient de paraître.

Alors, c'est quoi ces indices? Pourquoi les Éditions Septentrion s'imposent à moi de la sorte? Qu'est-ce que je dois en conclure? Dois-je faire un pas vers elles?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire