mardi 20 juillet 2010

Je croyais savoir

À 26 ans, quand j’ai pris deux ans de congé sans solde pour devenir auteure publiée, on me disait trop jeune pour écrire parce que n’ayant pas assez vécu (j’espère que les professeurs en création littéraire ne disent plus pareille bêtise à leurs étudiants). Comme écrire ne s'apprenait pas alors à l'université, Je croyais apprendre en autodidacte, en forgeron : «c’est en forgeant qu’on devient forgeron». Alors j’ai écrit. Et comme j’ai eu la chance d’être publiée, je croyais que ça y était : je savais.

Aujourd’hui, plusieurs années plus tard, je fais le raisonnement inverse : j’ai du vécu mais je ne sais pas écrire.
Aujourd’hui, écrire ça s’apprend. À l’université, dans les ateliers d’écriture, dans les livres.
Aujourd’hui, on ne publie pas mes manuscrits.

Il faut donc :
me poser des questions
m’apercevoir que finalement je ne savais pas
réapprendre à écrire, selon certaines règles
suivre ces règles, ce qui est très difficile pour moi qui est une plutôt accrochée-style-libre des années '70

Comme je n’ai pas l’intention de retourner à l’université, il me reste les ateliers, les livres, cet Internet inaccessible en 1976. Où d’ailleurs, j’ai trouvé le site d’Annie Perreault. À elle seule, cette blogueuse a réuni de nombreuses informations qui peuvent servir à un auteur qui veut apprendre.

Et surtout, il me faut
retrouver la confiance en moi
chasser le démon qui dit : « franchement si à ton âge, tu ne sais pas encore écrire, à quoi bon essayer, prends ta retraite, contente-toi de lire et laisse la publication aux jeunes »
écouter la petite voix qui dit que je peux, qu’il n’y a pas d’âge pour apprendre, essayer encore et encore
croire les personnes qui me disent que mon manuscrit a du potentiel

Et encore, quand mon manuscrit sera publié, ne pas dire « maintenant, je sais ».

11 commentaires:

  1. @ClaudeL : D'après moi, à ce moment là, tu savais. Tu n'avais pas vécu beaucoup (deux ans de moins que mon "grand âge" actuel! ;), tu n'avais peut-être pas tant de technique, mais tu t'es lancée, tu as travaillé malgré le doute et ça a marché.

    Ensuite, tu as pensé que tu savais et ça n'a pas marché. Pourtant, tu avais vécu plus. Qu'as-tu perdu? De la technique? Non, tu en as plus qu'avant ça aussi. Alors, qu'as-tu en moins?

    Le doute.

    Celui qui nous fait recommencer chaque phrase, rebrasser continuellement nos idées, abandonner les projets qui nous semblaient bons parce que, soudain, on en voit tous les défauts.

    C'est plate, mais c'est lui qui nous rend bons.

    Alors écoute la voix qui te dit que tu peux pas. Et montre-lui qu'elle se trompe! ;)

    RépondreEffacer
  2. Ne jamais laisser tomber, ça tu le sais n'est-ce pas?! Allez, je me doute bien que je c'est pas facile. Courage.

    RépondreEffacer
  3. Merci beaucoup, Claude, pour ce billet. Cela confirme que mon blogue, Roman en chantier, répond à un besoin et je suis super contente qu'il réponde au vôtre, sincèrement.
    Ce que vous dites m'encourage à continuer, prouve que je suis sur la bonne voie (voix !).
    Merci de tout coeur !
    Annie :)

    RépondreEffacer
  4. Il faut dire que dans les années 70-80, j'ai pu écrire dans le style que je voulais, les éditeurs aimaient ce qui sortait de l'ordinaire. Le roman québécois n'avait pas encore adopté la forme actuelle -- trop américaine selon moi. C'était une époque rebelle, nouvelle. Aujourd'hui, il faut se conformer aux règles du marketing: un roman ça s'écrit comme ça, pas autrement.

    Je généralise bien sûr. Par pure amertume, probablement. Mais je reviens au temps des cours de maths quand le prof disait: "travaillez, travaillez, travaillez" Il me fallait 83% dans le dernier examen pour passer l'année... Je l'ai eu.
    Je suis encore capable.

    RépondreEffacer
  5. @ Annie Perreault: fait plaisir de votre passage ici et fait encore plus plaisir de citer votre site. On est là pour faire des liens, surtout quand on les juge intéressants. Je suis arrivée au vôtre via le blogue de Venise alors je donne au suivant.

    RépondreEffacer
  6. Merci pour le lien vers ce blogue, j'irai y faire un tour!

    Et puis tiens, Claude, je te fais une accolade! Je sais, ce n'est pas toujours facile. Surtout, dans ton cas, lorsque ça a déjà fonctionné et que ce n'est plus aussi facile. Ne lâche surtout pas! Persévère! Je suis certaine que tu finiras par arriver à tes fins!

    RépondreEffacer
  7. @Isa, merci pour l'accolade.Ça me touche.

    RépondreEffacer
  8. Les romans sont fait de doutes. Toute la création est faite de doutes non ?

    Je suis contente d'avoir servi de passerelle vers Annie "Premier roman en chantier". Je viens d'aller lire son dernier billet et ça va beaucoup m'aider. Parce que bien sûr que moi aussi un jour j'aimerais être publié. Et qu'importe l'âge ! Même à mon dernier souffle ! Il n'y a pas de chronologie dans le vif du désir.

    Auparavant, je disais, j'aimerais être lu. Je ne peux plus maintenant, avec les blogues, je suis lu, nous sommes lus. Mais on en veut toujours plus :-)

    RépondreEffacer
  9. @Venise: bien vrai. C'est joli: pas de chronologie dans le vif du désir.

    RépondreEffacer
  10. Bonjour Claude,

    Vous écrivez «Aujourd'hui, il faut se conformer aux règles...» Je pense qu'il est important de connaître et comprendre les règles. Cela fait, on peut envisager de les enfreindre, et le faire avec succès. Surtout, il faut écrire, écrire, écrire. Sans se décourager. Écrire pour le plaisir, et puis tant mieux si après on réussi à publier!

    De tous les guides et manuels que j'ai lu, celui que j'ai trouvé le plus utile est une toute petite plaquette de Marc Fisher, intitulée «Conseils à un jeune romancier». C'est sans prétention, écrit sous forme de lettres, et bourré d'observations et de conseils pertinents.

    Bon courage.

    RépondreEffacer
  11. Merci pour tous ces jolis liens. Je suis arrivée chez vous en passant par le hameau des mots, blog bien sympathique, et je papillonne au hasard en suivant vos liens.
    Il y a un point commun entre vous tous, l'accueil chaleureux et la gentillesse, répondre aux coms, etc...
    Ce qui est bien loin d'être le cas partout.

    Et qu'est ce que ça fait du bien de voir que même ceux qui sont publiés, ont déjà écrit plusieurs bouquins, mis le mot FIN, doutent, se battent contre eux-mêmes, et que c'est loin du mythe : le personnage m'est apparu, et tout était si réel, que j'ai tout écrit d'une traite...

    RépondreEffacer