mercredi 11 août 2010

La souris et l'auteure

La souris s’étant promenée à sa guise
Se trouva fort mal prise
Quand l’auteure décida de prendre son Pruneau
Elle s’agrippa comme il faut
Et fit le chemin jusqu’à Eastman
Cahin caha, elle fut barouettée dans la Van

Une fois arrivée, l’auteure fit à pied un petit tour
Revint le soir sous l’orage
Prépara son lit sans éclairage
Se croyant seule pour quatre jours
Elle s’endormit tranquille le soir venu

Des biscuits et du pain, la souris a vus
Elle fit tant et tant de bruit
Qu’elle réveilla l’auteure encore toute mouillée de pluie
Vous me dérangez, lui dit-elle
Allez vous coucher ou sortez mademoiselle

Le lendemain, l’auteure passa une belle journée
Entre spectacles et littéraires cafés
Le soir, toute remplie d’images et de mots
Elle s’endormit rapidement sur le dos
Mais la souris n’avait pas dit son dernier mot
Elle se promena à nouveau
L’auteure qui l’entendit
Sauta d’un bond en bas de son lit
Elle se mit à ouvrir les tiroirs
Et laver quelques armoires
Et taper partout pour chasser l’intruse
Qui, mieux que l’auteure, usait de sa ruse
Elle réussit à se rendormir vers minuit
Et crut pouvoir dire adieu à la souris

Le jour, l’auteure put à son aise écrire
Se promener, écouter et lire
La noirceur revint, la souris aussi
Cette fois, de derrière la cuisinière elle sortit
D’un trou si petit, si petit
Que l’auteure en pris son parti
Elle commençait à être habituée
Elle lui dit bonjour te revoici
Et aussitôt la souris déguerpit

Le dernier jour, l’auteure roula pendant quatre heures
Croyant arrivée de la souris sa dernière heure
Mais une fois à la maison
Avant de perdre la raison
Ne prit pas de chance
Elle n’avait pas confiance
Sortit une trappe et le beurre d’arachides
Bien décidée au souricide
Véhicule récréatif
prénommé affectueusement Pruneau,
question de le trouver plus beau
Sans aucune pitié
Pour celle qui avait osé l’accompagner
Ce qui fut dit fut fait
La souris coupable de voie de fait
Fut prise dans la nuit
Elle ne causera plus d’ennuis.

N’empêche, elle lui avait tenu compagnie
La preuve, c'est qu'elle était seule, elle aussi.

(photo Claude Lamarche)

15 commentaires:

  1. J'ai passé un fort beau moment à vous lire, chère ClaudeL... ;)

    RépondreEffacer
  2. Merci Elisabeth, très heureuse de vous avoir divertie quelques instants.

    RépondreEffacer
  3. Joli texte bien mené !

    Les Fables de la Petite-Nation. :)

    RépondreEffacer
  4. Tu m'as fait sourire, ClaudeL... C'est très beau. Merci pour ce poème. :)

    RépondreEffacer
  5. @Pierre: au début je voulais faire "à la manière de Lafontaine", mais je ne suis pas forte pour les morales. Je crois bien que ça viré court. Mais j'ai eu du plaisir à trouver les rimes et tourner les phrases.

    RépondreEffacer
  6. Un texte aussi charmant pour une petite souris? Il faut avoir le talent! Le premier venu aurait grogné: y'a une maudite souris qui m'a empêchée de dormir. Merci pour le divertissement.

    RépondreEffacer
  7. Karuna, c'est ce que j'ai dit le premier soir... elle m'a apprivoisée, faut croire. Mais qu'importe elle aurait fini de la même façon.

    RépondreEffacer
  8. Exit la souris, mais il nous reste une charmante fable, un pastiche de Lafontaine qui a égayé notre journée à tous...

    Un texte bien mignon, Claude! :)

    RépondreEffacer
  9. Je le trouve encore plus mignon et bien tourné ce texte qu'il s'est passé chez moi !

    Qu'il s'en est passé des choses dans ce Pruneau.

    On pourra maintenant dire qu'une souris est venue aux Correspondances d'Eastman.

    RépondreEffacer
  10. Oh! Joli texte... mais pauvre tite souris!

    (Bon, d'accord, c'est pas moi qu'elle a empêché de dormir... n'empêche, j'haïs ça quand il faut tuer des pauvres petites bêtes parce qu'elles confondent notre habitat et le leur... snif!)

    RépondreEffacer
  11. Gen, j'aurais bien voulu la garder, mais c'est un rongeur, c'est pas croyable ce que ça peut causer de dommages ces petites bêtes-là.

    RépondreEffacer
  12. Venise, je vous l'aurais bien laissée, mais elle a insisté pour revenir chez nous. Au risque de sa vie.

    RépondreEffacer
  13. @ClaudeL : Oui, je sais. D'ailleurs, j'ai déjà dû en tuer moi aussi des souris.

    RépondreEffacer
  14. C'est tout à fait mignon, en effet, ton poème-récit! Cette petite souris a mis de la vie! Dommage pour elle de n'avoir pas su partir d'elle-même...

    RépondreEffacer
  15. Tiens mes mots sont disparus!!! Dommage.

    RépondreEffacer