mardi 14 décembre 2010

Les mots gelés

Ce n'est pas parce qu'on a un blogue sur l'écriture ou sur la peinture qu'on écrit ou peint tous les jours. Qu'on ne parle que de mots et de couleurs. Oui, je me réveille avec mes personnages, mais après...

Ce matin, je voulais aller au CLSC, faire prendre des prises de sang, sans rendez-vous. Mais voilà que si la neige nous avait été épargnée jusqu'à maintenant, elle nous a (légèrement) rattrapés. Suffisamment pour avoir une belle petite congère dans mon entrée. La charrue et le vent, chez nous, ça s'appelle la pelle ne suffit plus, ça devient opération souffleuse.

Alors au diable les prises de sang, ça ira un autre jour. Sortir un vieux manteau et de veilles mitaines qui pueront l'essence mais me tiendront chaud, enfiler un pantalon de ski dans lequel j'aurai l'air parfaitement ours polaire, mais on s'en fout, et sortir affronter le moins douze degrés. Comment peut-il neiger à moins douze? Pourvu que la souffleuse parte? Ai-je laissé de l’essence à la fin de la saison l’an dernier? D’abord déblayer l’auto.

La charrue passe à l’instant où je finis de pelleter la galerie. Je me compte chanceuse, elle aurait pu passer après! Ouf, la souffleuse part et ronronne. Je voudrais bien qu’elle fasse la difficile, elle est neuve de février 2009!

Je nous fais une belle allée, plus large même que celle de l’été. Avance, recule, tourne de bord. Le petit trottoir qui mène à la salle d’exposition de l’artiste, l’allée en arrière en prenant bien soin de garder l’angle du terrain pour que celui-ci s’écoule au printemps. Avance, recule, n’accroche pas le rosier.

Une heure. En fait, plus qu’une heure : plus les quinze minutes de préparation, plus les vingt minutes d’après pour aller au village remplir un réservoir d’essence et en profiter pour aller à la poste.

Croyez-vous sincèrement qu’au retour, les mots m’ont attendue pour que je continue à écrire? Niet, partis, les mots. L’hiver arrivé les a gelés.

(photo d'un partie du terrain de l'auteure, je n'allais tout de même pas photographier mon allée déneigée!)

14 commentaires:

  1. Ben nous on a réglé le problème.
    On a vendu nos feuilles à ramasser, la neige à pelleter.
    Nous avons acheté un condo aussi grand que la maison si on ne compte pas le sous-sol et voilà, nous sommes heureux comme ça.

    RépondreEffacer
  2. @Ginette: ça va venir, mais tant que je vais pouvoir, je vais continuer. À 50 ans, j'ai arrêté de corder le bois, rentrer le bois, couper le bois, me faire des échardes et des bleus, j'ai opté pour les granules, mais à 60, la souffleuse, la tondeuse, ça va. Ce qui me manque ce sont les longues promenades à pied ou à vélo. Bon, il y a les raquettes, mais ce n'est pas comme sortir quand on veut. On ne peut pas tout avoir.

    Je voulais surtout noter que finalement, malgré les apparences, je n'écris pas tous les jours ou toute la journée!

    RépondreEffacer
  3. Des mots gelés...Si on les dégèle, peuvent-ils être comestible ? ;)

    RépondreEffacer
  4. @Ginette: Fabienne Larouche, Michel Tremblay, Marie Laberge, Camille Bouchard. En tout cas c'est ce qu'ils disent.

    @Pierre: comme des petits pois?

    RépondreEffacer
  5. Hahaha, en France, quand il y a cinq centimètres de neige sur la route, c'est la panique. D'ailleurs il y a eu une " réunion ministérielle" afin d'éviter les problèmes que les dernières neiges ont apporté, et d'étudier la façon de faire des autres pays mais à l'issue de cette réunion, je cite, " aucun mesure concrète n'a été adoptée".

    RépondreEffacer
  6. @bluenaranja: il fut question de Lyon et de Paris aux nouvelles. Chez nous, au Québec, il y a des régions où il neige plus souvent qu'ailleurs. Ma région, l'Outaouais est située plus au sud, nous sommes choyés (si on veut), on a moins de neige que dans le reste de la province et souvent (pas toujours) il fait moins froid. Mais pour faire du ski de fond ou de la raquette, ce n'est pas l'idéal.
    Ce matin, il fait moins 22 Celsius, je pense que je vais attendre un peu avant de mettre le nez dehors!

    RépondreEffacer
  7. Frustrant.

    Un type m'a déjà dit: "Si ça te prend un heure pour écrire trois pages, ça devrait te prendre deux semaines pour écrire un livre, non?"

    Peut-être bien. Mais dans une semaine (168), je passe 30 heures au travail, 49 heures à dormir, 14 heures à manger, 2 heures à me laver, 10 heures à me déplacer, 10 heures à faire l'amour, 4 heures à me tenir en forme, 2 heures à faire le ménage, 4 heures à faire l'épicerie ou à faire des commissions quelconques et 20 heures à voir mes amis/sortir/avoir une vie.

    Et les douze heures qui restent? Ben... parfois, c'est pour aller au CLSC, comme tu dis. Ou pour t'engueuler avec ton voisin parce qu'il trouve que tu marches trop avec tes talons.

    C'est ÇA, écrire.

    RépondreEffacer
  8. Beau résumé.
    En parlant de mes mots gelés et de "je ne sais plus écrire", j'ai eu comme réponse: "L'important c'est que tu sois encore capable de passer la souffleuse!"
    Grrr... Snifff, je ne suis que des bras!

    RépondreEffacer
  9. Yay j'ai appris un nouveau mot grâce à Ginette !
    Je lis son post, et là je vois que Ginette a trouvé la solution ultime contre la neige, qu'elle a vendu sa pelle, et que ça s'appelle un condo.
    Je me dis cool, c'est quoi ce truc qui évite de déneiger ! Une machine ? Une astuce ?
    Et là, je lis "un condo aussi grand que ma maison". Wow, ils sont forts ces Québecois ! Mon imagination galope : une bâche géante, un climatiseur dans une bulle, qu'est-ce que ça peut bien être !!
    A y est - rires - j'ai trouvé...

    RépondreEffacer
  10. @bluenaranja: sérieusement, vous saviez ce qu'est un "condo". Un condominium, un appartement, un logement.
    Sinon, en France comme on appelle ça?

    Ou c'était de l'humour?

    RépondreEffacer
  11. En France, on ne se sert pas du tout de ce mot, condo, alors vraiment, j'ai tout imaginé, sauf le plus simple : l'appartement. Et condominium, ça m'évoque plus des histoires de territoires partagés, d'ailleurs je n'avais même pas fait le lien avec condo.
    On dit appartement, appart, tout pareil, mais pas condo !
    D'ailleurs, pour vous dire, en France, on regarde les têtes à claques - les marionnettes humoristiques- mais sous-titrées. Sinan euh on comprend pas tout : l'argot, les expressions sont différentes !
    D'ailleurs, il y a un sketch où un couple de québecois vient à Paris et il y a pleins de quiproquos avec le serveur, à cause des différences de langage. Et ils en profitent pour se moquer des français, c'est trop drôle.

    RépondreEffacer
  12. http://www.youtube.com/watch?v=qIcpPwC11HU

    Là, chez nous, gosses, c'est du langage informel pour dire les enfants....

    RépondreEffacer
  13. Je suis certaine que si quelqu'un voulait partir un blogue sur les mots ou expressions différentes entre ceux de la France et ceux du Québec, il en aurait facilement pour plusieurs années, à raison d'un par semaine et peut-être même un par jour.
    Un Français qui vivrait au Québec ou un Québécois qui vivrait en France pourrait très bien s'amuser longtemps.

    RépondreEffacer