jeudi 11 août 2011

Claude Lamarche dans le journal

(photographie de Michèle Marchand, journal La Petite-Nation)
J'écris toute seule dans mon coin, j'ai l'impression que personne ne me regarde et puis tout à coup, je suis parmi le monde. Est-ce qu'on s'habitue au regard de l'autre? A-t-on conscience qu'on existe pour quelqu'un d'autre. J'aime beaucoup les biographies, lire la vie des autres. Cette fois, c'est autour des autres de lire des petits bouts de ma vie.

Le journal La Petite-Nation a eu l'heureuse initiative d'interviewer des personnes de la région. Une bonne trentaine de questions auxquelles tu réponds sans trop avoir le temps de réfléchir (si, un peu en lisant les réponses des autres, les semaines précédentes). C'est la page la plus intéressante que je lis depuis quelques mois. Je me suis prêtée au jeu.

J'ai travaillé vingt ans au journal, à l'abri des regards du public, montant les textes écrits par d'autres. Ça me fait tout drôle de me retrouver dans le journal. J'ai relu, je ne trouve pas mes réponses trop sottes. Et répondre court pour moi est tout un exercice.

15 commentaires:

  1. Heu... S'cuse, le lien pour l'entrevue me dirige directement vers ta photo (très belle d'ailleurs, beau coin de pays en arrière-plan!) dans un écran vide... Lien à revoir peut-être? ;)

    RépondreEffacer
  2. Isa: oui, j'avais remarqué aussi, je l'ai corrigé. Tu es tombée sur le dix minutes où je me croyais seule en ligne!

    RépondreEffacer
  3. @ClaudeL : Belle entrevue et bonne visibilité! :) Vive les journaux locaux!

    RépondreEffacer
  4. Super, cette entrevue. On te découvre un peu plus. Très bonne idée de la partager avec nous.

    RépondreEffacer
  5. À Gen: pour ce qui est de la visibilité, tout est relatif, mais depuis que les journaux régionaux se retrouvent sur Internet, l'horizon pointe un peu plus loin, en effet.

    À Sylvie: J'aime bien que cette formule revue ait été transposée dans un journal.

    RépondreEffacer
  6. Très belle entrevue, bravo! Et la photo, je la trouve superbe, moi qui adore la nature et ne pourrais vivre sans :o)))

    RépondreEffacer
  7. @Marie-Claude: pour la photo (tout comme la petite vidéo à venir) c'est l'idée de la journaliste. On cherchait un coin où je n'aurais pas trop le soleil dans les yeux mais non plus à contre-jour. Plutôt que de me photographier dans un bureau impersonnel, elle a suggéré un sentier, tout près du journal. Tout le mérite lui revient donc.

    RépondreEffacer
  8. Entrevue très intéressante. Bravo et merci.

    RépondreEffacer
  9. Cool comme entrevue. Pas facile pour certaines questions de répondre à brûle-pourpoint!

    Pis un parc régional de la Petite-Nation ...je vote pour !!!! :)

    RépondreEffacer
  10. À Pierre: un parc régional, ça fait au moins vingt ans que ça me trotte dans la tête. Quand on nous demande pourquoi le nom de Petite-Nation, on peut bien parler de la Seigneurie de la Petite-Nation, celle de Louis-Joseph Papineau, mais plus contemporain, on parle de la rivière Petite-Nation qui traverse plusieurs municipalités, mais où ça la Petite-Nation? Pas beaucoup d'endroits publics accessibles pour la voir, alors un parc régional, ce serait bien. Ou au moins plusieurs accès au public.

    RépondreEffacer
  11. Belle entrevue qui nous permet aussi, les malchanceux qui vivent loin de ton coin de pays, de te connaitre un peu plus. Belle entrevue ! Chapeau ;)

    RépondreEffacer
  12. Ben oui, pis je me répète... belle entrevue ;) J'pense que j'vais aller dormir, moi !

    RépondreEffacer
  13. Franchement, je suis épatée par tes réponses, Claude! Dans ta situation, j'aurais été pas mal moins brillante... ;)

    En tout cas, celle de la #6 nous en dévoile pas mal sur quelques-unes de tes interventions bloguesques, héhé! :D

    RépondreEffacer
  14. À Isabelle: ah oui? ça veut dire que tu as été victime de ma mauvaise habitude? hihi! Ai-je été un bourreau sanguinaire?

    RépondreEffacer
  15. À Lucille: loin, loin? Pas si loin, tu es, je pense, celle qui demeure le plus près de chez nous!

    RépondreEffacer