dimanche 1 janvier 2012

À vous, à nous!

Triste constat : je n’ai pas l’enthousiasme facile. Par contre, du genre caméléon, je prends l’humeur des autres. Ce matin, les bilans, les souhaits d’autres blogueurs et blogueuses me montrent le chemin de la bonne humeur. Quoi de plus agréable que d’être désirée : le Castor déplumé et Lucille des Chroniques décontractées veulent me voir au Salon de Rouyn en mai prochain. En 2011, j’ai rencontré Sylvie Gaydos pour la première fois. Aux Correspondances d'Eastman, en 2010, j'ai pu converser un peu avec Venise du Passe-mot. Au Salon du livre de l'Outaouais, j'ai réussi à placer un mot ou deux avec la volubile et intéressante Élisabeth. Quant à Pierre H. Charron et sa conjointe Chantale, ils me relancent depuis le début de mon blogue et viennent me voir jusqu’à Ripon, ce n’est pas rien, ça fait plaisir chaque fois. Et si je n’ai pas vu de visu  Gen, Isa, Audry, Prospéryne, (et quelques autres, des Isabelle, Francine, Suzanne, Julie, Ruth) j’ai grand plaisir à les retrouver chaque fois dans leurs blogues ou leurs commentaires. 

Alors à tous vous autres, devenus si importants pour moi, dont je guette les mots, les billets et les écrits comme le Petit Prince attendait sa rose et son renard, et comme vous savez que j’aime la généalogie (et non pas parce que je pourrais être votre Mémé, quoiqu'en pense Gen, surtout pas), même si ce n’est pas tellement cette passion que nous partageons, je vous laisse sur cette chanson, ne serait-ce que parce qu’elle se termine par...


 « car ce soir, nous allons danser! » 

Donc, réjouissons-nous, enthousiasmons-nous, levons nos verres à la nouvelle année et à tout ce que nous partagerons encore virtuellement ou de vive voix en 2012.

19 commentaires:

  1. Vraiment hâte de rencontrer ClaudeL, moi! Bonne année 2012. Que cette année soit à l'image de tes plus grandes aspirations.

    On se voit en mai :)

    RépondreEffacer
  2. En cette nouvelle année, je te souhaite que le meilleur pour toi et les tiens.

    RépondreEffacer
  3. Lucille: Je te mets sur l'enquête de me trouver une place où coucher avec mon VR, à Rouyn, comme dans le stationnement du Salon du livre?

    Suzanne: merci à toi aussi.

    RépondreEffacer
  4. Mes meilleurs voeux pour la nouvelle année, Claude!

    RépondreEffacer
  5. Merci Julie, Marie-Claude et Pierre.

    RépondreEffacer
  6. Devrait pas y avoir de problème pour te trouver un endroit. Habituellement, le Salon du livre de l'Abitibi-Témiscamingue se tient dans les arénas!

    Et au pire, y a un Walmart pas loin ;)

    RépondreEffacer
  7. Merci Lucille: ce sera parfait. livres et VR, un bien beau mariage pour moi.

    RépondreEffacer
  8. Bonne année, Claude.
    En 2012, il va falloir trouver l'occasion de se revoir : je tiens absolument à avoir ma dédicace. ;)

    RépondreEffacer
  9. À Sylvie:j'ai trouvé une façon de contourner le problème, je l'écris sur une petite feuille du même format que le livre et on peut la glisser ou la coller sur une des premières pages et je l'envoie par la poste... mais je sais bien que ce n'est pas pareil. Si on est dues pour se voir, ça va arriver!

    RépondreEffacer
  10. Bonne année chère Claude, J'espère aussi avoir l'occasion de te rencontrer dans l'année, ton livre fait partie des cadeaux que je compte m'offrir avec mes cadeaux en argent, et j'aimerais aussi avoir ta dédicace. Alors on se mijote ça pour 2012!

    RépondreEffacer
  11. Hélène: avec toutes ces sorties, on va peut-être faire un être sociable de moi!

    RépondreEffacer
  12. Au plaisir de se rencontrer! Belle et bonne année ClaudeL! xx

    RépondreEffacer
  13. Merci François, on se voit à Rouyn, j'espère bien.

    RépondreEffacer
  14. En retard ici, mais bonne année!!! :)

    RépondreEffacer
  15. Idmuse: tu n'es pas en retard, on a toute l'année, pour se la souhaiter bonne, non?

    RépondreEffacer
  16. On a pu converser un peu, si peu. Je nous en souhaite une bonne... jasette, au détour d'une ligne, d'une table, d'un couloir, d'un Salon ....

    Bonne récolte des fruits de ton labeur.

    RépondreEffacer
  17. À Venise: quand même pas tout le monde qui a eu l'honneur de voir la grande Venise travailler. Et quel travail: assister à tous les cafés, poser bien des questions, noter quelques détails, prendre des photos, rencontrer les auteurs, participer à l'organisation et ensuite rédiger des billets intelligents, sensibles, sentis. Nous n'avons pas conversé beaucoup mais j'ai appris à te connaître sans que tu aies à me parler. Sans compter ta générosité en m'offrant un terrain pour mon Pruneau.

    RépondreEffacer