mercredi 3 mai 2017

Joyeuses agapes autour des livres

Il a fait beau, il a plu.
Il a fait chaud, il a fait frisquet.
Mais je n’ai rien senti d’autre que l’enthousiasme de Catherine, d’Émilie. De Muriel, de Laurence, de Nadette, d’Yves et de Guy-Louis. Et de Marie-Andrée.

J’ai marché, j’ai roulé.
Dans ma pinède, jusqu’à Saint-André-Avellin, jusqu’à Vaudreuil-Dorion.

J’ai beaucoup parlé, beaucoup écouté. Des auteur-e-s, des conférenciers, des lecteurs, des amoureux de livres.
J’ai souri, j’ai ri, j’ai failli pleurer.
Aperçu de nouveaux visages, revu d’anciennes connaissances, rencontré de nouveaux auteur-e-s et de nouveaux lecteurs et lectrices.

J’ai classé, beaucoup classé des livres d’occasion. J’ai vendu cinq livres neufs, j’ai acheté deux livres neufs, j’ai pris quatre livres d’occasion. En reparlerai bien sûr.
Des livres, et encore des livres. Des romans surtout, mes préférés.
Et après ces cinq jours, je flotte encore dans cet univers livresque. 

La vidéo enregistrée le jeudi matin sera diffusée à la Maison des auteurs, parc Jacques-Cartier, Gatineau l’été prochain.

Le Festin de livres a écrit son premier chapitre et je l’ai trouvé très réussi. Il devrait revenir l’an prochain.

Et les membres de l’Atelier de lecture de Vaudreuil-Soulanges m’ont très bien accueillie. À parler de mon roman Les têtes rousses, on me demandait si, après leurs commentaires, je voyais mon livre d’une façon différente. J’ai répondu que non, mais je me voyais différente en tant qu’auteure : pour qui a le doute facile, comme moi, je suis toute ragaillardie.

Oui, ce serait le mot qui définit ces cinq jours : ragaillardie. Comme pas fatiguée du tout, signe que ce ne fut que du positif.

Je n’ai qu’un hâte : lire.

 Quelques photos pour me rappeler des jours heureux.

Le Festin de livres à Saint-André-Avellin
organisé par le Centre d'action culturelle de la MRC Papineau

Invitée à l'Atelier de lecture de Vaudreuil-Soulanges


1 commentaire:

  1. Je suis contente d'apprendre que cette activité ait su vous plaire...Je suis triste de ne pas avoir pu y aller...

    RépondreEffacer