jeudi 16 mai 2019

La page manquante ou le besoin d'écrire

2011, une année que je ne suis pas près d’oublier.
L’année où Sylvie Gaydos publiait Impasse.
L’année où Valérie Langlois publiait Culloden.
L’année où je renouais avec la publication avec Les têtes rousses.
Nos livres côte à côte en librairie.
Dans mon esprit, un groupe s’est formé cette année-là. Des blogueuses qui voulaient devenir écrivaines, des auteures que je lis encore, que je rencontre à l’occasion.

2014, une année que Valérie Langlois n’est pas près d’oublier… quoique justement elle a oublié. Aussitôt son deuxième roman, La dernière reine d’Écosse, lancé, elle entre à l’hôpital.
Nous sommes toutes là, silencieuses et lointaines, abasourdies et compatissantes à suivre ce que sa famille et ses amies nous livrent par le biais d’Internet.
Un an plus tard, elle souffre un peu moins, on souffle un peu mieux.

Alors, c’est certain que j’allais lire La page manquante parue début avril 2019.
« Salomé Gauthier se réveille dans une chambre d’hôpital. Elle apprend qu’elle vient de passer plusieurs semaines dans le coma. Prisonnière de son corps, elle ne se souvient de rien : il manquera désormais une page à sa vie. »
Voilà pour le résumé de l’histoire.
Les chapitres alternent entre le présent et le passé. Entre sa vie de cas  très rare et sa vie d’avant.
On souffre avec Salomé qui ne peut pas parler, ni se nourrir, ni marcher. Et qui voit mal. Elle entend, mais ne comprend pas. On lui dit, mais elle se souvient de si peu. Elle ne ressent rien. Elle endure. Elle obéit. Elle attend. Il lui faut réapprendre. Tout.

Un style à la fois soutenu et accessible qui sert très bien la narration. Les termes médicaux sont parfaitement intégrés au récit. Nous sommes entièrement dans la tête et le cœur de Salomé. On voit bouger son amie Candice, on ressent très bien les émotions et la fatigue des parents. On imagine tout à fait son amoureux en poisson rouge! Une histoire captivante.

Je sais bien que tout le monde lui posera des questions sur sa maladie, mais moi, je veux plutôt la féliciter d’avoir persévéré, d’avoir eu la force d’écrire ce roman et lui souhaiter qu’elle en écrive d’autres. Encore longtemps. Peu importe qu’il s’agisse de l’Écosse, de l'amour ou de la vie tout court. 

Elle a su me montrer que le besoin d’écrire peut être aussi fort que le besoin d’aimer. Et celui de vivre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire