dimanche 28 décembre 2008

Quand l'auteur devient lecteur

Pour écrire, il faut beaucoup lire. Tout le monde le dit. Pourtant, je lis beaucoup moins depuis que j’écris. Pas toujours par manque de temps, surtout par manque de laisser-aller. Je compare, je juge, je deviens sévère et plus critique que créatrice. Ce n’est pas très bon pour le moral.

Je n’ai lu et entendu que du bien sur Les Fils de la liberté de Louis Caron. Même que le premier tome, Le canard de bois, publié en 1981, lui a valu le prix France-Québec. Je ne me souviens pas avoir vu la série télévisée, diffusée en 1981.

J’ai aimé l’histoire. Et les personnages, surtout les personnages. Le style également, un vocabulaire riche. Une originalité dans l’écriture qui ne se dément pas même si ça fait plus de vingt ans que le livre a été écrit.

Tout le monde peut naviguer sur Internet et lire ce qu’on pense de ses livres. On peut même lire des notes telles 4,25 sur 5 ou 9 sur 10, sans trop savoir pourquoi ce n’est pas 100%. Il faut dire que ce n’est pas sur Internet qu’on peut trouver des analyses très poussées comme on devait lire au temps lointain de mes cours en littérature. Existent-elles encore ces critiques sérieuses, celles que personne ne lit sinon les universitaires et les professeurs?

De toute façon, telle n’est pas ma prétention. Seulement, j’ai décroché à certains endroits et je voudrais savoir si je suis la seule ou si c’est jalousie d’auteure qui a probablement déclenché frustration de la lectrice. Voici donc : dans le premier tome, l’auteur a choisi une méthode qui aurait pu s’avérer dangereuse : l’alternance entre les deux personnages principaux, Hyacinthe et son petit-fils Bruno dont on ne comprend d’ailleurs qu’il est son petit-fils que loin dans l’histoire. Les paragraphes sur Bruno sont beaucoup plus courts. J’avoue que souvent, je ne les ai pas lus, toute prise que j’étais dans l’histoire de Hyacinthe.

Alors quand j’ai vu que dans le tome deux, La corne de brume, l’auteur ne répétait pas le même stratagème, j’étais contente. Jusqu’à la page 71. Alors que le lecteur, moi en tout cas, est bien accroché à la vie de Tim, sans même changer de chapitre, au beau milieu d’un élan, l’auteur nous impose le retour à Hyacinthe, avec la seule transition suivante : « Il ne pouvait évidemment savoir qu’à l’autre bout de la terre, Hyacinthe s’était donné la peine d’apprendre à écrire pour consigner dans un cahier noir le drame qu’il vivait. »Suivent 36 pages, sans dialogues, sur la vie de Hyacinthe en Australie. Et j’ai trouvé que pour un monsieur qui vient d’apprendre à écrire, il écrit bien l’exilé : « Si j’entreprends aujourd’hui le récit de mon séjour aux terres australes, usé de cœur et de corps, ce n’est pas pour en tirer une vaine gloriole ».

Bref, j’ai décroché. J’ai sauté par-dessus ces 36 pages en me disant que peut-être j’y reviendrai.
Et on revient à Tim avec pour seule transition trois petites étoiles qui séparent les deux paragraphes.

Ce qui me fait mal au cœur, c’est que justement un éditeur m’a dit d’éviter ce genre de passage d’un personnage à l’autre. Alors bien sûr en plus de la frustration de la lectrice, j’ai au cœur la verte jalousie de l’auteure qui attend d’être publiée, qui fait tous les efforts demandés par l’éditeur alors que Louis Caron, lui, a été publié, encensé, a même reçu des prix. La jalousie de l’auteure aveugle le bonheur de la lectrice. Et j’ai fermé le livre le temps de venir coucher ma frustration sur le clavier.

Un peu plus loin, l’auteur répète le procédé. S’il avait commencé dès le début, comme il avait fait dans le premier tome, peut-être n’aurais-je pas été aussi surprise, peut-être aurais-je eu le temps de la vouloir cette histoire de Hyacinthe, d’autant que je venais de finir le tome I qui raconte justement son histoire.

Je ne devrais peut-être comparer. Je crois bien que je l'ai toujours fait pour évaluer les choses et même les gens.
Le tome II des Fils de la Liberté de Caron n'a pas la richesse du premier. Un tome II c'est toujours un risque. De comparaison justement. J'ai bien aimé le début, me suis tout de suite attaché au personnage de Tim. J'aime les lieux de bateaux, de cours d'eaux, mais beaucoup moins les chantiers. Déjà dans le livre de René Ouellet, Les sentiers de Roquemont (publié bien après les livres de Caron, mais je l'ai lu avant), j'avais un peu décroché de l'histoire. Pourtant quand les gens de mon village me content leurs histoires des chantiers, j'aime bien. Peut-être parce que je ne m'identifie pas. Ai-je de la difficulté avec des histoires d'hommes?

Les chantiers passent encore, mais quand les personnages, comme par hasard, se retrouvent dans le décor de l'époque, celle de Riel en l'occurrence, ça sonne faux. Comme un collage qui... ne colle pas. C'est forcé, imposé. Vu de loin, un arrière plan qui, s'il n'était pas là, ne changerait rien au sujet. Dans le tome I, Hyacinthe et les Patriotes, la sauce était plus homogène, mais ici, Riel et Tim Bellerose, non.

Et la femme de Tim? Je ne sais pas où Louis Caron a pris ses exemples de femmes autant pour les années 1837 que les années 1885, les femmes ne font pas grand cas de la fidélité de leurs maris, ne s'insultent pas, ne se fâchent pas. À se demander si les auteurs peuvent construire des personnages solides dans les deux sexes.

Le procédé tient beaucoup plus souvent du récit que du roman: on suit la vie des gens de loin, de l'extérieur. Sauf peut-être le personnage principal. C'est déjà beaucoup.

De belles phrases encore, telles:
« À quoi ça sert d'éveiller les morts?
-- À donner du souffle aux vivants. »

Dans le tome III, Le coup de poing, les nombreux retours en arrière m’ont perdue. Je me suis forcée pour en lire de larges extraits. Chaque fois avec plaisir. Mais je ne peux pas dire que j’ai aimé, malgré une langue travaillée et des phrases-chocs qui pourraient faire de belles citations dans un dictionnaire. Le fait que le nom de Bellerose était mentionné m’invitait à poursuivre la trilogie, mais visiblement, l’auteur voulait que son livre puisse se lire sans référence aux deux premiers. En ce sens, c’est réussi. Et l’époque des événements d’octobre 1970 est plus intégrée à l’histoire que dans les deux tomes précédents. Mais sans plus.
À Noël, j’ai rencontré quelqu’un avec qui j’ai parlé de livres et quand elle m’a confirmé qu’elle non plus n’avait pas beaucoup aimé les deux autres tomes… je ne me suis pas sentie obligée de terminer la lecture du tome III.

Le fait de ne pas aimer certains livres me fait un peu peur : il se peut que bien des gens n’aiment pas les miens non plus. Encore faudrait-il qu’ils soient publiés, les miens !!!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire