lundi 4 mai 2009

C'est bon pour le moral

La crise économique a durement touché et touche encore les artistes peintres. Le printemps ramène l’espoir. Les placements remontent un peu et les expositions sont en vue. Aussi l’artiste, ma co-blogueuse, a meilleur moral qu’en février. Rien vendu cet hiver ni à son atelier ni dans les galeries, ce qui est exceptionnel. Elle a beau être artiste dans l’âme, pas de vente égale moins de motivation à peindre. Et cercle vicieux: si elle ne peint pas, elle n'a pas le moral, elle pense qu'elle n'est plus rien. Le vide existentiel.

Un conseiller en placement lui a rappelé que les gens, en temps de crise, se retiennent, se serrent la ceinture, coupent ici et là, dans les produits de luxe, mais, le printemps aidant, ils rebondissent tel un ressort. Ils se disent — toujours d’après le conseiller —, ah! tiens, je n’ai pas perdu mon emploi, tiens, mes revenus n’ont pas diminué, alors je peux sortir de ma tanière et peut-être acheter ceci et cela. Et moi j’ajoute : comme on s’est privé depuis plus de six mois, à part un intervalle à Noël, on va se récompenser d’avoir été si sage.

Depuis une semaine, deux clients à l'atelier et préparation de trois expositions : une à Montebello fin mai, un symposium en juillet, encore à Montebello et, petite flatterie pour l’ego, première présidence d’honneur pour un symposium en octobre, à Mayo. L’artiste décroche son tablier, accroche son sourire et repart, doucement, prudemment, sans trop d’attente, mais avec plaisir vers son monde qu’elle avait délaissé comme on se protège pour ne pas avoir mal.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire