mardi 16 juin 2009

Telle mère quelle fille

Personne dans ma famille n’a souffert de sclérose en plaques. Mais j'ai eu des parents, comme tout le monde. Et, même si je n'ai jamais été abandonnée par eux, l’abandon a toujours été ma blessure. Et personne ne sort indemne de son enfance, je l’ai déjà dit, et Sophie Thibault a écrit : « on ne guérit pas de son enfance». Ou quelque chose du genre. (Pas facile de retrouver la phrase exacte quand on ne l’a pas prise en note lors de la lecture et qu’on n’a pas le texte dans son ordinateur pour faire CTLF F. ) Telle mère quelle fille de Monique Larouche Thibault et de Sophie Thibault.

Impudique a-t-on dit de ce livre. Pourquoi ? Pour un roman, c'est pourtant ce que l'éditeur attend, ce que le lecteur recherche. Elle a osé. Elle a écrit avec ses tripes et son cœur ce qui fait que ça nous touche aux tripes et au cœur. Elles ont écrit ce que je n’oserais jamais dire, comme pour refuser de m’avouer que j’y pense. Comme si elles avaient écrit pour moi, je les en remercie. En quelque sorte, elles me permettent d’avoir moins honte, de me sentir moins coupable d’avoir, à une certaine époque, détesté mes parents, d’avoir détesté le couple, le modèle qu’ils m’ont obligée à regarder. Sophie Thibault surtout, parce que bien entendu je prends la part de la fille. Pourtant je ne devrais pas prendre la part de personne. Monique aussi a été une petite fille. Rien à voir avec le fait qu’elles soient toutes deux des personnages publics, l’une plus que l’autre puisque à la télévision. J’aurais autant pleuré, j’aurais autant admiré si elles avaient été deux parfaites inconnues. Peut-être n’aurais-je pas été aussi curieuse de ce livre ? Et même si j’avais eu des photos des deux protagonistes, aurais-je trouvé Sophie aussi belle ? Pourtant un sourire triste. Ou les yeux.

Si je ne me suis pas identifiée à la maladie, à la culpabilité sûrement, sauf que la mienne n’a pas commencé à 10 ans. Identifiée à la petite fille devant le couple. Identifiée aussi à l’adolescente qui rêve de liberté. À la jeune fille qui cherche des réponses dans la religion et la psychologie. Identifiée à la femme qui n’a pas tellement envie de mettre des enfants au monde. Identifiée à la femme aussi, tellement identifiée que je transpose et que je trouve ma mère, un matin, complètement confuse, complètement grimaçante, qui devient dépendante, incontinente du jour au lendemain. Parce qu’elle était tombée, parce qu’elle a eu une infection urinaire et que personne ne nous a dit que ça arrive souvent quand la malade a une sonde. Un frère et une sœur (autre identification s’il en faut) catapultés dans un univers inconnu, devant des mots dont ils ignorent et le sens et l’importance. Identifiée à l’aidante naturelle qui arpente les murs d’un CHSLD, qui sent, qui entend, qui voit, qui attend, qui espère, qui se réjouit d’un sourire, qui essaie de ne pas montrer sa tristesse quand sa mère ne file pas.

Un livre qui, sait-on jamais, m'aura montré comment parler des relations mère-fille, père-fille, avec émotion, compassion. Un livre qui m'aura fait pleurer, c'est déjà ça.

source de l'image: http://www.librairiepantoute.com

3 commentaires:

  1. C'est bien triste tout ça...Bouhou bou !

    Je vais me jeter dans la mer avec une caisse de Rhum !
    Non, j'rigole !

    Plein soleil
    Jack

    RépondreEffacer
  2. Chacun sa façon de réagir. Selon nos expériences de vie sans doute et ce qu'on est prêt à avouer-confier sur Internet, dans un livre, bref à d'autres qu'à soi-même et parfois même pas à soi-même.

    RépondreEffacer
  3. Si je puis me permettre, comme vous êtes écrivain faites-nous profitez de petites histoires originales de votre cru...On se débroullera pour trouver des lectures ! ;-)

    Suis culotté mais normal je suis pirate !

    Besos
    Jack

    RépondreEffacer