dimanche 19 juillet 2009

Ecrire, est-ce faire quelque chose?

C’est effrayant comme j’ai l’impression de ne rien faire. Il me semble en tout cas que je ne fais rien. Je n’ai pas le moral à terre, La pluie tous les jours ne me dérangent pas trop tant que je ne veux pas aller faire du canoë ou du camping. Je suis plutôt contente de ne pas me sentir obligée d’aller dehors. Mais le soir, je me demande ce que j’ai fait et je cherche.

Aujourd’hui par exemple : budget, lavage (normalement c’est le samedi mais hier j’étais dans les magasins), cousu un coussin pour la fête de ma mère. Balayé la galerie. Répondu à deux courriels, cherché des Pelletier et des Deguire. Ah ! oui, bien sûr, chercher des noms, des mariages, ça peut prendre des heures. Dénicher dans les Deguire qui sont des Deguire et qui sont des Desrosiers. Mais la soirée est avancée et je n’ai pas encore entré ces noms dans ma base de données, seulement pris note sur papier.

Je voudrais être comme mon père qui abattait beaucoup de travail dans une journée. Même à 80 ans. Bon, disons, à 75! Il n’avait peut-être pas de lavage à faire, mais il lui arrivait de préparer les repas. Et ses textes étaient souvent des éditoriaux. Il était sûr de lui, il n’hésitait pas comme moi. Ne se demandait pas si c’était politiquement correct, si c’était pertinent. Il aurait adoré tenir un blogue. Il était tellement heureux quand il voyait ses opinions publiées. Tellement malheureux quand le journal dont nous étions propriétaires a été vendu. Il a continué d’écrire ses textes, mais l’écho ne lui renvoyait pas la fierté qu’il avait eue pendant des années. Il s’est exprimé autrement. Pour les autres. Toujours. Parler haut et fort. Il était convaincant.

Mes mots sont des petits silences en comparaison à ses écrits, parfois virulents, quelqurfois démagogiques, mais toujours pour une bonne cause.

J’avais écrit : « Il me manque », mais ce n’est pas tout à fait vrai. C’est surtout que je voudrais avoir reçu le savoir de mon père. Avoir retenu ce qu'il a appris. Avoir hérité de ses plus belles qualités. Pas les défauts bien sûr. Je voudrais oser comme il osait. Il avait ses batailles, et je me demande encore quelles sont les miennes. Probablement que je n'ai aucune propension à la bataille.

Finalement, j’aurai écrit aujourd’hui. Pas du tout sur le sujet que j’avais en tête, mais… ma journée est faite !

4 commentaires:

  1. Le jour où je dirai: Tiens qu'est ce que je pourrais bien faire maintenant que j'ai écris.
    Là, je serai comblé

    RépondreEffacer
  2. Ecrire c'est un vrai boulot.
    Le plaisir n'a rien à voir la facilité ou non.

    Je pourrais écrire des pages là-dessus, mais...j'ai du boulot artistique à faire !

    RépondreEffacer
  3. Agréable d'être comprise. Je connais pourtant des gens pour qui lire et écrire pour le simple plaisir (ou besoin viscéral), ce n'est pas productif!

    RépondreEffacer
  4. Mes journées à moi sont remplies de petits riens. Des petits riens qui me permettent de lire, d'apprendre, d'écrire, de réfléchir, de partager, d'explorer... À la fin de la journée, même si je n'ai pas abattu un boulot monstre, j'ai quand même le sentiment d'avoir accomplit quelque chose, pour moi, pour ceux qui m'entoure. Créer fait aussi parti d'un accomplissement. De nos jours, on mise beaucoup trop sur la production. Mais tout le reste, ces "petits riens" sont quant à moi aussi productif, sinon plus, parce qu'ils nous permettent un regarde sur nous et sur le monde qui nous entoure...

    RépondreEffacer