mardi 2 mars 2010

J'y allais pour les auteurs

Je croyais y aller pour les livres, finalement j'y allais pour les auteurs. En premier, j’ai vu Jocelyne Béland et ses deux tomes de Perline de Montreuil. Dame très gentille, quelques points communs. Ensuite un tour d’horizon du salon. Il me semble que les enfants étaient plus nombreux qu’à mon dernier passage il y a cinq ans. Et à vue d’œil un bon 65-70% de livre jeunesse. De la fantasy dans tous les kiosques. À force de faire le tour et de regarder dans les coins, j’ai trouvé quelques livres pour adultes. Surtout chez Gallimard, tous les livres de poche. Rien pour m’attirer. Rien pour me tenter. Habituée au classement des librairies, j'ai du mal à me retrouver.

Andrée Poulin était occupée chez Québec-Amérique. Tout à fait comme je l’imaginais aussi. Ne l’ai pas dérangée sur le coup, on avait rendez-vous pour une tisane, vers 12h45, entre deux séances de signature.

J’ai retrouvé Lysette Brochu et Nicole Balvay Haillot avec plaisir et facilité. Si je n'étais pas en public, j'oserais même dire avec tendresse. Midi. Je me plante devant Raymond Ouimet avant qu’il y ait une longue file. D’ailleurs, ça m’a surprise qu’aucun auteur n’ait de ces longues lignes dont on est jalouse, celle que je fuis par réaction. De toute façon, pas du genre à aimer parler à un auteur, je ne sais pas quoi lui dire. Je suis là, en général, que pour les livres, rarement, très rarement pour les auteurs. Sauf si je les connais. Donc devant Raymond Ouimet pour lui acheter Crimes, mystères et passions oubliées. Je voulais me le procurer parce qu’il était question de Montpellier, Montebello, la Petite-Nation, chez nous, quoi. Je ne savais pas que j’allais trouver bien plus, mais plus tard, le soir, le lendemain.

Puis diner, seule, une jeune fille cherche une chaise, s’assoit en face de moi. Et nous jasons. Elle travaille au kiosque (ah! oui parce qu’il ne faut pas dire stand, mais kiosque d’exposition) de la Cité collégiale. D’origine Néo-Brunswickoise, elle est bilingue à 19 ans et elle s’exprime très bien. Parle beaucoup, facilement. Intéressante, me raconte qu’elle a lu les Harry Potter en français et en anglais, ce qui fait 14 livres. Très rapidement, je revois quelques athlètes olympiques en entrevue. Très rapidement aussi, pendant que la jeune fille parle plus qu’elle ne mange, je me dis : « peut-être que les jeunes ne savent pas écrire — et encore il doit bien y en avoir quelques-uns qui savent—, mais en tout cas, ils sont nombreux à savoir très bien s’exprimer ». Je revois mes premiers élèves qui auraient accepté trois devoirs écrits plutôt que d’avoir à parler devant la classe. Chapeau, mademoiselle, je ne serais pas surprise de vour voir à la télévision ou vous entendre à la radio bientôt.

Enfin, je rencontre la blogueuse-auteure-jeunesse, celle-là même qui m'a fait un clin d'oeil dans son blogue. Un tout petit quinze minutes volés à ses admirateurs et admiratrices, mais je sens qu’elle a toute mon admiration pour la vie. Une autre blogeuse aussi est venue me voir, je ne l’ai pas reconnue, étant donnés ses cheveux courts alors qu’ils sont longs sur sa photo. Très expérimentée la madame malgré son jeune âge. Sûre d’elle, confiante comme je ne le serai jamais. Puis une autre personne et encore une autre, sur Facebook, celle-là. Quelques accolades, d’autres jasettes pendant que j’étais haut perchée sur ma chaise d’auteure.
Je ne me suis pas ennuyée une seconde. Une petite heure à refaire le tour, hésiter longuement devant Paul à Québec. Pour terminer, verre de porto en bonne compagnie, et audition de textes d’auteurs de l’Outaouais.

Vous conterai une autre fois ma surprise et les recherches qui ont suivi la lecture du livre de Raymond Ouimet.

6 commentaires:

  1. C'était un réel plaisir de faire votre connaissance ClaudeL, et j'espère bien vous revoir l'an prochain! Et n'oubliez pas que la confiance n'est parfois qu'une façade... alors que ça bouillonne en dedans ;)

    RépondreEffacer
  2. Ah, les cheveux d'Élisabeth... faudrait vraiment qu'elle change sa photo ;) J'ai eu le même problème que toi Claude au Salon du Livre de Montréal!

    Pour ce qui est des jeunes et de l'expression orale... Suffit qu'un prof annonce un exposé devant la classe pour qu'ils deviennent muets! :p

    RépondreEffacer
  3. @Elisabeth: oui, peut-être, finalement, la confiance suit peut-être le rythme des jours.

    @Gen: en tout cas, je connais plus de jeunes aujourd'hui qui savent bien s'exprimer. En revanche, il leur reste un défaut majeur: l'imparfait avec le "si".

    RépondreEffacer
  4. Voilà qui me semble avoir été une expérience fort agréable! Exactement ce dont je rêve pour moi-même... dans quelques années! ;)

    Personnellement, je vais dans de telles rencontres (Salon du livre de Montréal et Congrès Boréal) moitié pour les livres, moitié pour les auteurs, avec un grand intérêt pour les conversations que je peux avoir avec eux et les dédicaces que je peux leur soutirer. Un peu gênant, certes, mais tellement enrichissant! Pas au niveau de mon portefeuille, j'entends, parce que de ce côté-là, c'est plutôt le trou sans fond!

    Dommage que tu demeures aussi loin de moi, ClaudeL! Peut-être qu'un jour, j'irai faire un tour dans ton coin de pays, à l'occasion d'un autre Salon du livre...

    RépondreEffacer
  5. Chère Claude,
    Il n'aurait pas fallu hésiter devant "Paul à Québec". C'est un livre époustouflant... qui m'a beaucoup émue. Faites-le commander par votre bibliothèque!
    Andrée

    RépondreEffacer
  6. @Andrée: pas de commande à la bibliothèque avant mai ou juin: changement de tout le système informatique. Je le demanderai en cadeau de fête, je dis pas quand!!!

    @Isa: Fais comme Pierre, viens me voir au Symposium de Montebello en juillet... à 1h30 de Saint-Eustache, je crois. C'est vrai qu'on ne sait pas où tu seras rendue, hihihi!

    RépondreEffacer