jeudi 13 mai 2010

De retour du Maine


De retour de dix jours dans le Maine.

Une des premières impressions: il fait sombre, même l’écran de mon ordinateur n’est pas clair. C’est sûrement le fait d’avoir vécu au grand air, dehors, les onze derniers jours.

Me sens déjà enfermée.

Deuxième impression : c’est plus vert chez nous, le gazon, les feuilles.La nature plus joufflue.

Troisième réaction : je poursuis mes vacances encore au moins cinq jours, au sens où je ne réponds pas au téléphone ni aux courriels. Ne suis pas là pour personne. Rien que ma vie à moi, pas celle des autres. Pas les batailles des autres. Ni d'engagement. Continuer à me faire plaisir même si je suis de retour à la maison. Je prolongerai l’effet du bon homard et de l’aiglefin d'un pouce d'épaisseur, des vagues turbulentes vues au Maine, des oies blanches observées à Québec en racontant mon voyage. Trier les photos les redimensionner, les envoyer au site de Camping au Québec. Sortir mon carnet de bord et transcrire dans mon site de voyages.

Le corps ici, la tête et le coeur là-bas.

(photo vagues, jour de vent à Kennebunkport)

6 commentaires:

  1. Et bien, bon retour et prends le temps qu'il faut pour la transition... le quotidien nous rattrape si vite.

    RépondreEffacer
  2. Je compte bien flotter encore quelques jours dans cet air de vacances, sans engrenages.

    RépondreEffacer
  3. Bon retour et reprend racine à ton rythme...rien ne presse...Flottes...Flottes :)

    RépondreEffacer
  4. La tête et le coeur ont raison de vouloir étirer le bon temps et tu es sage de leur en donner la permission. Il y a trop de gens qui courent comme des malades. Bon lent retour ;)

    RépondreEffacer
  5. "La nature plus joufflue" ... j'aime !

    Bon atterrissage tout en douceur.

    RépondreEffacer
  6. Oui, on trouve que les arbres forment des boules de crème glacée quand on regarde les montagnes. Plus de rondeurs par chez nous... d'où la nature plus joufflue.

    RépondreEffacer