mercredi 9 juin 2010

De mon été de plume

Les dernières semaines, j’ai surtout vécu dans la sphère des artistes : dépliant de l’artiste-de-nos-pinceaux, pas mal fière du résultat que j’exposerai quand il sera imprimé; activité avec les Créateurs de la Petite-Nation dont j’ai parlé un peu plus tôt cette semaine. Il est temps de penser à mes petites affaires personnelles. La logistique de mon séjour aux Correspondances d’Eastman m’a pris un peu de temps aussi : d'abord, j’ai écrit quatre lettres pour participer au concours de la poste restante (je ne sais pas trop si je peux dire le fil conducteur des quatre lettres) ensuite, choisir les spectacles et cafés littéraires, chercher de l’hébergement et comme je trouve que les campings sont bien chers pour le temps que j’y passerai, Venise m’a trouvé une autre solution et je lui en suis très reconnaissante. Tellement hâte au mois d’août que j’en ai oublié juillet.

En parlant de son atelier au Saguenay, Gen de La Plume et le Poing m’a rappelé que je suis inscrite à l’atelier d’écriture professionnelle à l’école d’été de Mont-Laurier, du 5 au 9 juillet. cours seulement: 350$, j'irai avec mon Pruneau, mais sans camper dans un camping cette fois, seulement en boondocking camping autonome (explications une autre fois). Atelier donné par Bernadette Renaud que je ne connais pas et dont je n’ai rien lu (il faudrait bien que je m’y mette, mais impossible d’emprunter des livres à la bibliothèque avant juillet??!!). Quand j’ai réservé, comme mon manuscrit Les têtes rousses était en instance de gagner un prix, croyais-je, je pensais bien apporter un autre manuscrit en cours pour le travailler, mais c’est plutôt un brouillon d’une quarantaine de pages. Entre temps j’ai appris que je ne gagnais pas le prix, mais je l’ai envoyé à un éditeur dont j’attends la réponse. Ce qui m’a complètement démotivée pour poursuivre l’écriture entreprise l’hiver dernier. Alors, j’hésite, mais je pense bien que c’est Les têtes rousses, qui en est à la quatrième ou cinquième version, que je vais apporter, rien que pour voir si je peux l’amener à cette qualité demandée pour publication. Rien qu’à l’idée de le relire encore… mais bon, comme ça fait plus de dix mois que je ne l’ai pas lu, on ne sait jamais.

Ah! oui, et moi qui ne suis pas très nouvelle, sauf quand on me le demande (deux fois pour des collectifs), j’ai commencé une nouvelle pour la revue Moebius que la blogueuse de La plume volage m’a remise en mémoire.

À croire que les blogues sont devenus ma source de créativité première!

3 commentaires:

  1. Ah ben, le cours a l'air intéressant (même si c'est cher en tabarouette!)

    Et oui, les blogues sont une source de créativité, ne serait-ce parce que regarder les autres aller nous incite à nous botter les fesses! hihihihi

    RépondreEffacer
  2. C'est le tour du stylo et c'est tant mieux. Peut-être que l'atelier t'apportera un regard différent sur Les têtes rousses (j'adore ce titre). C'est une chance que ton manuscrit ne peut rater.

    RépondreEffacer
  3. Sois assurée que depuis depuis novembre 2004, jour où on m'a soufflé cette idée de roman, j'ai saisi toutes les chances. Me semble, en tout cas, qu'il mérite mieux que le fond d'un tiroir. Mais je ne crois pas que ce soit une question de mérite.

    RépondreEffacer