samedi 11 décembre 2010

Je voudrais...

Je voudrais écrire un blogue objectif, sans y faire glisser mes états d’âme ou mes émotions. Juste dire ce qui est.
Je voudrais avoir le style humoristique de Karuna.
Je voudrais… ne pas avaler de travers quand je lis des billets, des textes, un livre, tout écrit en fait qui parle d’Irlandais. Comme si on m’enlevait quelque chose.
Je voudrais ne pas regarder ce qui s’est publié sur les Irlandais depuis tout ce temps que j’attends pour que mon histoire soit enfin connue.
Je voudrais regarder tout ce que j’ai fait sur mon site plutôt que me pâmer sur celui d’une autre auteure.

Tant que mon roman sur mes ancêtres irlandais n’est pas publié, je n’ai pas voulu parler sur mon blogue ou dans mon site de son début, de toutes ces recherches entreprises, du comment m’est venue l’histoire. Alors évidemment quelle surprise de voir qu’une autre a déjà publié sur la toile tout ce que je voulais faire d’ici quelques mois.

J’ai lu les deux premiers tomes de Fanette. J’en ai parlé>>>
Mais ce matin, j’ai découvert le site-blogue de l’auteure, Suzanne Aubry (qui a plutôt comme nom de domaine le titre de sa saga) et j’ai retrouvé les mêmes images (du Musée McCord, de Parcs Canada, entre autres) qui ont alimenté mon imaginaire pendant l’écriture de mon roman. Nous avons emprunté le même chemin, mais il faut que je me convainque que mon roman n’en a pas moins le droit d’exister. Une histoire qui s’est nourrie des mêmes faits, des mêmes atmosphères, mais qui s’est dirigée vers une autre avenue et surtout avec d’autres mots. Ma Bridget vaut bien sa Fanette, je n’en doute pourtant pas. Et pourquoi voudrais-je être la seule ou la première ou la meilleure à vouloir emprunter à l’immigration irlandaise les lieux, les faits, les dates? Un peu comme cet éditeur qui a refusé mon manuscrit sous prétexte qu’il publiait une histoire sur les Irlandais! Quand j’ai vu le roman en question, je n’ai pas compris : ce n’était ni la même époque ni la même histoire.

J’aime aussi le site-blogue de Suzanne Aubry : clair, bien défini, se limitant à son écriture, ses livres. Faut pas que je compare… faut pas que je compare… faut pas que…
Je voudrais lui écrire, mais je n’ose pas. J’attends un peu. J’attends que mon roman soit publié, qu’elle puisse se rendre compte, comprendre ce que je peux ressentir en voyant (non, non pas comparer, juste voir) que moi aussi, les Irlandais de 1847 m’ont inspirée, qu’elle puisse voir ce que j’ai fait de ma Bridget.
Je voudrais ne pas avoir vu son site-blogue. C’est comme si je venais de découvrir une sœur qui a vécu les mêmes événements que moi, mais qui en est sortie alors que je patauge encore dedans. Une soeur, on lui dit qu'on est là?
J’attends.
Je voudrais ne pas attendre.

20 commentaires:

  1. Je passais de blog en blog, comme ça, et je tombe sur ce billet qui me parle, alors, je ne peux m'empêcher de laisser mon grain de sel !
    Il me semble que lorsque l'on porte un projet longtemps, et qu'on le concrétise, project artistique, si personnel, c'est comme lorsque l'on porte un enfant. On passe par différentes phases, on ne peut s'empêcher de se comparer aux autres, on est hyper sensible par moments, et pleins de certitudes à d'autres.
    Après quand le projet est là, concrétisé, vendu, c'est toujours le notre, mais différemment. Il existe par lui-même.
    Je dirais que vous en êtes au huitième mois, le pire, un pied dans le futur, l'autre dans le passé...
    Alors gros coup de stress !
    Une chose dont je suis sûre, c'est que même si vous avez le même thème, la même époque, vos oeuvres seront obligatoirement différentes.
    Les témoins d'une même scène n'ont-ils pas tous "leur" version ?
    Portez d'abord votre projet à terme, faites nous un beau bébé ! Après, vous irez discuter avec les autres parents...
    Moi, quand je lis certains auteurs, je me dis : à quoi cela sert-il d'écrire, ils ont déjà tout dit, et avec quel panache !
    Et pourtant j'écris...

    RépondreEffacer
  2. Ma chère ClaudeL. Je prenais une pause entre mes fournées de tartes et je suis venue yeutée sur les blogues et j'ai lu ton message.

    Je n'ai jamais publié de livres, alors, je suis mal placée pour t'encourager sur ce domaine. Mais laisse-moi te dire que, à mes yeux, tu es une personne unique et que peut importe ce qu'il y ait 10 000 romans qui sortent sur les Irlandais, c'est le tien que j'ai hâte de lire.

    Parce que tu es une (nouvelle) amie virtuelle et que je sais que tu as beaucoup de talents. Tu as le droit d'être déçue, mais ne baisse pas les bras. Y a quelqu'un qui va te découvrir et qui nous fera connaitre tout ce talent que tu possèdes.

    Garde courage, ma chère amie, et sois fière de toi. N'abandonne pas... Je suis certaine que ce roman - Fanette - n'a rien à voir avec ce que tu fais.

    Mes pensées t'accompagnent.

    RépondreEffacer
  3. @anonyme, bien vrai, ces étapes d'enfantement.
    @Lucille, merci de votre amitié virtuelle. Je suis émotive sûrement, mais pas déçue. Et c'est surtout le site-blogue de Suzanne Aubry que je mettais en parallèle avec le mien. Ses livres, je les ai lus et je sais fort bien qu'ils sont différents du mien, mais le contenu de son site-blogue, lui, il est ce que je voudrais pour le mien quand mon roman sera publié.
    Compliqué, hein? Et comme toute chose à fleur de peau, difficile à expliquer.
    Finalement je voulais juste dire qu'elle avait un bien beau site-blogue et que sans lui envier, je me disais: ferai-je ce à quoi j'avais pensé puisque c'est déjà fait... et très bien fait?

    RépondreEffacer
  4. @Ah oui, Lucille, je suis 4/10 en cuisine c'est pourquoi je ne vous ai pas aidée. Meilleure pour les manger que pour les faire ces tartes!

    RépondreEffacer
  5. Vous trouverez le moyen de faire différent... Peut être des cartes postales d'époque, d'autre vue, d'autre tableau, et de toutes façons un blog reflète la personnalité, donc ce sera différent...
    C'est un nouveau challenge, finissez d'abord le livre.
    Le blog est une extension du livre, d'autres idées viendront en temps voulu.

    RépondreEffacer
  6. Hehehe, je viens de faire le tour de votre blog, avec tout ce que vous savez faire, vous ferez mieux, sans aucun doute !!

    RépondreEffacer
  7. merci bluenaranja, je ne veux pas faire mieux, mais je ferai différent, c'est sûr. Cartes postales, bonne idée et quelques photos de famille qui me serviront à faire un montage pour d'éventuelles conférences.

    RépondreEffacer
  8. Vous êtes si gentille de prendre le temps de répondre ! Je suis l'anonyme du haut de page aussi... J'aime beaucoup les toiles, le sens des couleurs de votre amie, et quelle belle région vous habitez !
    Moi, je suis dans le Limousin, la campagne aux mille sources, des dégradés de vert... Non, je ne me lève pas à cinq heures du matin pour laisser des comms, surtout le dimanche !
    Je suis sûre qu'avec vos talents de graphiste et votre connaissance du web, vous pourrez faire quelque chose de splendide. Peut être même vous rendre sur les lieux de votre roman, prendre des photos vous-même, ramasser des herbes, les faire sécher, les mêmes qu'à l'époque.
    Peut être, je ne sais pas, je suggère... faire cela du point de vue de votre héroïne, dire les odeurs, les parfums. Les lettres qu'elle a peut être dans son sac, ses ultimes liens avec son pays. S'amuser à créer de vraies fausses lettres salies et vieillies, un vieux ruban, une fleur séchée. Personnaliser tout cela, c'est ce qui nous touchera le plus et nous donnera envie de mieux connaître cette femme.
    Des choses de l'époque, son mouchoir brodé, une image de saint, un porte-bonheur, un croquis de sa maison en irlande, ou d'un paysage de Québec, pourquoi elle y tient, qui les a fait, etc...
    Ou présenter cela comme une malle qui dort dans un grenier, où Bridget a soigneusement conservé ses premiers souvenirs... Et nous découvrons toute son intimité soigneusement conservée.
    Ou un album scrapbooking d'époque, réalisé en son vieil âge, ou par une descendante, que l'on pourrait feuilleter... Retravailler des photos,les plier, les tremper dans le thé puis au scan et à photoshop, oh, et pourquoi pas un arbre généalogique ?
    Personnaliser tout ça, à travers le regard de Bridget, je pense que nous nous y reconnaîtrons tous.
    Vous avez les connaissances pour faire quelque chose de bien, qui n'aura pas l'air superficiel et fabriqué.
    Et cela permettra d'utiliser toutes les techniques de création que vous aimez ! Photo, graphisme, votre amour de la nature et l'écriture...
    Et pourquoi pas une chanson, un air irlandais, ou une prière qui l'a aidée à tenir pendant le voyage. Ces mille petites choses qui ne logeaient pas dans le roman, profitez en pour les développer ici, cela renforcera l'humanité de Bridget.
    Enfin, ce que j'en dis, hein ! Je m'emballe, je m'emballe ! En tout cas il y a de quoi s'amuser !!
    Bon courage, et vive Bridget !!


    Erm, rien à voir, mais je me permets, si vous ne connaissez pas : litterature audio, un site entièrement gratuit de donneurs de voix francophones, amoureux des classiques. 1500 oeuvres à télécharger, pour écouter en voiture, en faisant le ménage...

    RépondreEffacer
  9. Décidément, je m'incruste ! Je suis l'anonyme d'en haut aussi, mais vous avez si gentiment répondu... Et puis, je suis allée voir l'autre blog, qui certes est très bien, et je n'ai pu m'empêcher de cogiter... Voici - vous en ferez ce que vous voulez, je suis loin d'être pro, juste une passionnée d'art et de littérature.
    Il me semble qu'avec vos talents de graphiste-artiste-écrivain-amoureuse/x de la nature il y a de quoi faire quelque chose de tout à fait personnel. De différent.
    Si vous pouvez, mettez-vous à la place de Bridget et faites des photos sur les lieux par où elle est passé (elle aura peut être été plus interéssée par une église, un enfant qui passait, ou la devanture d'une modiste que par le pont!)

    Collectez quelques pierres, des plantes, des fleurs à faire sécher, des bouts de tissu d'époque. Parlez nous des parfums, des odeurs qu'elle a senti, de ses craintes et de ses émotions. Faites des croquis, retravaillez, pliez les, trempez les ds le thé ( et certaines photos) puis scan et photoshop. Montage de plantes, photos, et notes de Bridget, de ses amis. Témoignages, extraits de journaux intimes.
    Montrez nous ses portes-bonheurs, les lettres qu'elle a emporté, le mouchoir que sa mère ou sa marraine lui a brodé, les objets qu'elle a emporté avec elle.
    Ou, si elle a tout perdu durant le voyage, ses premiers souvenirs, ces petites babioles qui comptent tant, quand on a tout perdu !
    Ouvrez-nous sa valise, ou son réticule, ou bien une vieille malle au grenier qui raconte sa vie, remplie de ces mille choses si personnelles, que vous connaissez d'elle mais qui ne rentraient pas dans le roman !
    Une mèche de cheveux, une médaille, des images de saints, une broderie, un missel... Ces objets chéris aux temps passés, dites nous pourquoi elle les aime, qui les a fait, cela nous rapprochera d'elle d'autant...
    Ou alors, un album scrapbooking d'époque, que l'on puisse feuilleter en ligne, fait par Bridget en son vieil âge, ou par un descendant - pour coller à la réalité historique - et pourquoi pas un arbre généalogique ?
    Vous pourriez y mettre pêle-mêle cartes postales, notes de Bridget et de sa famille-amis, bouts de rubans, fleurs séchées.
    L'air irlandais qui la faisait danser lorsqu'elle était petite, ou que son père jouait le dimanche, ou alors sa prière favorite, qui l'a aidée à tenir durant la traversée, la sainte à laquelle elle se recommandait plus particulièrement..
    Et surtout dites nous POURQUOI !!!
    Je veux dire, en tant que lecteur, certes, cela m'intêresse de voir les lieux où le héros évolue, mais ce qui me parle, c'est de savoir pourquoi-comment, ce qu'elle a ressenti, c'est cela qui m'attache, ou me donne envie d'en savoir plus.
    Le seul risque, c'est de faire ça à la va-vite, et que cela sente le fabriqué et la superficialité. Si vous avez le temps - vous avez déjà les techniques - je suis sûre que cela peut donner un grand plus.
    Voilà, c'était juste une ptite idée ! Bon courage !
    Et surtout, vive Bridget !

    RépondreEffacer
  10. @Bluenaranga: vous me donnez le matériel tout cuit dans la bouche, me donnez le goût de retourner en Irlande, aussi. Me contenterai de Saint-Henri à Montréal.
    Avec toutes ces merveilleuses idées, vous n'avez pas un site à vous?
    et merci pour le site de litterature audio: http://www.litteratureaudio.com/notre-bibliotheque-de-livres-audio-gratuits
    Un peu long à télécharger pour ma connexion pas très haute vitesse, mais très intéressant.

    RépondreEffacer
  11. @Bluenaranga: pour cogiter, ça cogite aussi de mon côté, je prends des notes. Mais avant tout, j'attends que le livre soit publié à l'automne 2011. Je vais probablement monter le site pour qu'il soit prêt en même temps que le livre. Pas avant, parce que sinon, à quoi bon lire (et acheter) le livre. Si j'avais voulu ne faire qu'un site sur "ma" Bridget, ce serait déjà fait.

    RépondreEffacer
  12. omg, désolée, à chaque fois que je tentais d'enregistrer le message, j'avais un message d'erreur !!! Cela fait trois fois que je retape, alors euh, effacez ceux en trop je vous prie ! Je viens de me rendre compte que tous mes coms ont été pris..... Et non, je n'ai pas de site, suis trop nulle en nouvelles technologies, comme vous pouvez le constater hehehe !!!!

    RépondreEffacer
  13. Très bonne idée, comme un bonus en quelque sorte... Mais vous pouvez faire en sorte de dévoiler les à-côtés, sans parler du thème central, ce qui peut aussi donner aux gens qui passent sur le site de Bridget l'envie d'acheter le livre ! Perso, un blog bien fait avec des passages écrits qui me plaisent, cela me pousse à acheter le livre pour en savoir plus ! Mais cela va être du travail, de mettre tout cela en place.
    En même temps, vous pouvez vous servir de ce que vous avez écrit/imaginé et qui ne loge pas dans le roman...
    Tout ce qu'il faut "couper"... Là, au moins, vous pourriez vous en servir.

    RépondreEffacer
  14. Le début de ton billet m'a vraiment touché, Claude. Merci pour cet encouragement.
    Je comprends tes inquiétudes vis-à-vis Fanette, mais n'y pense plus. Bridget est bien vivante, comme une soeur de l'autre, et tous les enfants d'une famille ont leur place légitime.
    Il y a quelques années, j'ai lu Diana Gabaldon et elle m'a donné le goût de lire d'autres histoires sur l'Écosse de cet époque. J'ai donc acheté la série Coeur de Gaël, écrite par une auteure d'ici. Le phénomène se répètera peut-être pour d'autres lecteurs, avec ton roman. Chasse tes doutes, reste toi-même, c'est cette personne qui nous fait revenir ici, et personne d'autre.

    RépondreEffacer
  15. @Karuna: on se le dit, mais on ne se croit pas autant que lorsque c'est quelqu'un d'autre qui nous le répète.
    Poussée par le vent des commentaires, j'ai déjà commencé à ramasser certains éléments pour un site futur de promotion et un fichier pps qui pourrait me servir lors de conférences.

    RépondreEffacer
  16. @ClaudeL : Élisabeth Vonarburg nous a bien fait rire cet été en nous disant : "Oui, tout a été écrit, mais pas par moi!"

    Donc tout a peut-être été expliqué aussi, mais pas par toi. Et, surtout, tes lecteurs viendront voir TON site, pas celui de n'importe quel autre auteur! ;)

    RépondreEffacer
  17. @Gen: à force de me le faire dire, je vais finir par le retenir. Je le savais avec ma tête, mais pas avec mes émotions.

    RépondreEffacer
  18. Ah je suis bien contente si ces idées en vrac vous ont inspirées, et j'ai hâte de voir le résultat ! Le plus dur, bien sûr, c'est de les mettre en pratique, mais je suis sûre qu'avec vos talents de graphiste, votre sens artistique et vos connaissances du web, vous allez faire quelque chose de formidable !
    J'ai mis votre blog en favori, afin de revenir souvent, et de suivre la naissance de Bridget -j'ai très envie de lire ce livre, moi, maintenant !
    En attendant je vais parcourir tous vos articles... Bonne journée !

    RépondreEffacer
  19. @bluenaranja: j'ai bien peur de vous décevoir un peu. Le roman est écrit, l'histoire de Bridget sera publiée dans dix mois si tout va bien. Oui, je compte monter un petit site pour le livre. Mais je ne sais pas trop quand le mettre en ligne: avant la parution du livre? Écrire les différentes étapes passées et celles à venir? Je ne sais rien de la mise en marché, de la promotion d'un livre. Comment on donne le goût aux gens de lire, d'acheter un livre? Ce n'est pas ma "job", j'ai justement voulu trouver un éditeur reconnu plutôt que de le publier en auto-édition (ce que je sais très bien faire)pour ne pas m'attarder à cette partie pour laquelle je suis moins douée.
    Bref, je vais faire de mon mieux.

    RépondreEffacer
  20. Déçue ? Vous plaisantez ! Je ne sais rien faire sur Internet - je m'en sers principalement pour lire, en anglais et en français, je suis une bookholic !
    Et puis, j'ai gardé mon âme d'enfant : tout m'émerveille et me ravit !
    Déjà, rien que le fait d'avoir écrit et publié un livre, toute cette patience, ce courage, ben moi je dis ' chapeau bas !'
    Et puis, ce qui me plait en vous, et que je découvre de plus en plus à travers ce blog, c'est votre humilité, votre honnêteté intellectuelle et l'amour des mots et des gens.
    D'ailleurs je n'ai pas fini de lire tous vos articles, mais j'aimerais bien en savoir plus sur votre expérience de l'auto-édition - si ça se trouve, vous en avez parlé, je vais voir ça !
    Et quand à la vente, alors ça, passer de créateur à business woman, dur dur !
    Déjà, faites un site qui vous plaise, et quand à savoir à quel moment le mettre en ligne, votre éditeur vous conseillera sûrement mieux que moi !

    RépondreEffacer