dimanche 12 février 2012

Une pâtisserie au Château Frontenac,
devant le fleuve Saint-Laurent


Ces temps-ci, pas le goût d’écrire, écrire un roman je veux dire. Pas la tête à ça. Lettre reçue d’un «Malheureusement, vous n’avez pas gagné le prix…» et quelques autres petits (je me demande bien pourquoi j’écris « petits » alors que certains sont vraiment très gros) signes remettent (encore) en question mon choix d’écrire des romans. Comme si tout me disait de regarder à gauche alors que je m’obstine à marcher à droite.

Et puis voilà que ce matin, sur Facebook où je flâne en sirotant mon café, que vois-je, qui vois-je? Marie-Christine Bernard qui fait un lien vers son blogue. Comment ça son blogue? Quel blogue? Pas vu. Je m’y précipite. Rouge papier. Clique sur le profil pour m’assurer qu’il s’agit bien d’elle. Collège d’Alma, bon je ne savais pas, je m’en fous un peu. Livres publiés dans la colonne de droite. Je reconnais « Prix Abitibi-Bowater pour Mademoiselle Personne ». C’est bien elle. 

Non, je ne mets pas cette auteure sur un piédestal, je ne veux plus le faire pour personne, mais je peux bien en faire l’éloge, je peux bien lui dire mon admiration pour son roman, le seul que j’ai lu d’elle, Mademoiselle Personne. Roman que j'ai beaucoup aimé et pas seulement parce que l'histoire se passe dans cette Gaspésie que j'aime, même si je n'y vis pas. J’en ai parlé un peu dans ce billet, en juin dernier. 

Disons que je suis contente de trouver cette auteure qui blogue parce que :
1- Une auteure québécoise (des Français et Françaises, je n’aurais pas trop de difficultés à en trouver, j’aime encore lire les billets de Katherine Pancol), c’est comme regarder à travers la fenêtre et voir les châteaux de la Loire au lieu du Château Frontenac.

2- Une auteure qui n’écrit pas pour la jeunesse ou fantastique/science-fiction... je n’ai rien contre et je suis avec grand intérêt les blogueurs qui ont choisi cette voix, parce que finalement écrire, c’est écrire et les difficultés rencontrées sont du même ordre, mais tout de même, c’est un comme regarder à travers la fenêtre et voir la planète Mars au lieu du fleuve Saint-Laurent. 

Bref, je ne sais pas vraiment pourquoi je suis contente de l’avoir trouvée, pourquoi je suis contente qu’elle commence un blogue, ça tient probablement à un problème d’identification, mais bon, j’ai lu ses billets de février et je suis ravie, quelle écriture! Et c’est comme manger une pâtisserie au Château Frontenac en regardant le fleuve Saint-Laurent!

11 commentaires:

  1. je la range dans ma liste"à découvrir".....comme ça, je saurais ce que c'est que de déguster une pâtisserie au Château-Frontenac, parce ce que celui-là, d'ici à ce que je le visite.....y a du chemin ! :)

    et, non, il ne faut pas se dire qu'on a eu tort d'écrire ; il y a tout un temps de vacuité entre un texte et un autre, et c'est normal. Avant d'être plein à déborder, il faut d'abord qu'il y ait eu du vide à remplir. Vis, parce qu'il faut remplir ce vide, pour un jour peut-être pouvoir lui donner forme.

    RépondreEffacer
  2. Merci Anne. Je ne regrette absolument pas d'avoir écrit, mais je me demande bien pourquoi je continuerais.

    Le Château Frontenac, contrairement aux châteaux de la Loire, fut dès le début un hôtel, n'a jamais été une résidence appartenant à une personne en particulier, mais toujours à une entreprise qui l'administre en tant qu'hôtel pour touristes. (Et personnellement, je n'ai les moyens que d'y prendre une bière!)

    RépondreEffacer
  3. Merci Claude de nous la faire découvrir. J'avais beaucoup aimé "Mademoiselle Personne".
    Je m'abonne à son blogue.

    RépondreEffacer
  4. Hihi! Je me sens visée dans les blogueurs abonnés au fantastique qui te font voir la planète Mars... ;)

    Une belle découverte, ma chère! :D

    RépondreEffacer
  5. Isabelle: j'ai bien mentionné que même si je me sens plus fleuve que Mars, j'aime tout le monde tant que j'y trouve mon compte. Je ne renierai jamais mes premières amours et je suis du genre fidèle. Nous avons bien autre chose en commun, ne serait-ce que nos débuts de blogueuse.

    RépondreEffacer
  6. Lol! :) J'suis contente pour toi que tu aies trouvé ce blogue. C'est bien que la blogosphère se diversifie. Plus les auteurs de divers horizon vont s'y joindre, plus les blogues deviendront vivants!

    Cela dit, j'espère que tu vas quand même continuer à fréquenter les martiens! ;p (J'adore tes comparaisons! Hihihihi!)

    RépondreEffacer
  7. Hé! Comment ça se fait que mon commentaire s'est mis 2 fois? J'ai supprimé le doublon... Me semble que je suis trop jeune pour radoter, moi... ;)

    RépondreEffacer
  8. Isabelle: j'ai supprimé ton doublon.
    Gen: bien sûr que je vais continuer à fréquenter les amateurs de petits bonhommes verts puisque verts... Irlandais... bon, peu importe, je n'ai pas besoin de raisons.

    RépondreEffacer
  9. Gen: j'avais une autre comparaison entre pâtisserie et petits gâteaux Vachon, mais c'était au bord du condescendant, alors j'ai supprimé parce que ça ne correspondait pas à ce que j'aurais voulu dire au sujet des genres littéraires qui, dans mon idée sont tous égaux et tout aussi valables les uns que les autres.

    RépondreEffacer
  10. Ah merci de nous partager ta découverte et je mets illico son lien dans mon humble petit coin. Marie-Christine Bernard est une auteure que j'aime beaucoup. Si tu as aimé «Mademoiselle Personne», je m,e permets de te conseiller «Monsieur Julot», c'est très bien aussi. Et, son recueil de nouvelles «Sombre peuple» est à découvrir également.
    Psssst, dame Bernard écrit aussi pour la jeunesse ;-)

    RépondreEffacer
  11. Merci Suzanne pour les recommandations, c'était bien dans mon idée de lire ses autres romans.

    RépondreEffacer