samedi 21 mars 2009

Rentrer à la maison

Pour certains, rentrer à la maison signifie renouer avec la famille, retrouver son domicile, son lit en particulier, commencer une nouvelle activité de jardinage, trouver le paysage plus bucolique que celui qu'ils viennent de quitter. Que le meilleur. Pour moi, oui, un peu de tout ça, mais aussi, avant d'être un commencement, c'est la fin d'un rêve. Comme la fin du mois d'août avant d'entrer en classe. Notre mémoire ne retient que les bons moments des congés et les mauvais du reste de l'année.

Le printemps. Ma naissance. Pressée de venir au monde. Tout vouloir en même temps. Et tout de suite. À mon retour à la maison, je voudrais qu'elle soit lovée dans un décor enchanteur, digne d'une revue. Un terrain sans bouette, sans neige noire, sans aiguilles de pin à gratter. Une famille en santé, un bonheur tranquille sur les lèvres. Un compte de banque garni. Pouvoir se payer le dernier logiciel en vogue, pour les murs du bureau, ce jaune lumineux qu'on a vu dans un hôtel, près de la mer. De belles surprises dans les lettres accumulées. Un contrat d'un éditeur (qui aurait pourtant pu communiquer avec moi par courriel), une demande de dépliant à produire, des chèques pour travaux de graphisme effectués.

Alors qu'il me faut rentrer à la maison, sans conditions. Avec un moral d'acier pour tout affronter : le meilleur et le pire. Sans penser: à quand le prochain voyage?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire