mardi 30 juin 2009

Lire ou ne pas lire, de Barcelo et de Decoin

Je pensais que je savais m’organiser. En plus je me sens très bien à ne dormir que six heures, donc en théorie, je devrais avoir le temps de tout faire. Pourtant je n’en fais pas tant. Déjeuner en lisant courriels, y répondre parfois. Lire forum, un seul, y répondre. Et voilà entre 30 et 60 minutes passées. Lire blogues, alors là me voilà partie pour une bonne heure avec en plus le goût de changer le modèle du mien ou de rajouter un billet. Chercher donc informations, hyperliens pour faire blogue, images à ajouter dans ledit billet. Me limiter à un sujet. Surtout me limiter à un sujet alors que je suis facilement coq à l’âne.

Aller réfléchir en lavant la vaisselle de la veille. Puis regarder dehors quel temps il fait, comment m’habiller. Décider si je vais ici ou là. Retour bien souvent devant l’ordi. Ces dernières semaines, faut bien que je travaille, monter et mis à jour trois sites. Si ça vous tente de les voir>>> Le reste de la journée y passe. Arrêt en fin d'après-midi. Lectures, dehors si possible. Les livres achetés à la librairie de livres d’occasion sont décevants ou bien c’est moi qui ne file pas pour ce genre de lecture ? J’en parle sur mon blogue ou pas? Faudrait bien, une de mes amies a dit à quelqu’un de lire mon blogue, que je parlais de livres. Bien peur de la décevoir. D’autres que moi ne se consacrent qu’aux livres. Moi je m’éparpille. Encore.
Donc, quand même, livres commencés :
Jane Austen à Scargrave Manor de Stephanie Barron. Il en est question ici >>> En partant, j’étais assez mêlée. J’ai cru pendant quelques instants qu’il s’agissait vraiment d’un roman que Jane Austen aurait écrit, mais jamais publié et qu’on avait retrouvé son manuscrit, mais une recherche sur Internet m’a permis de comprendre que c’était une auteure qui avait trouvé le moyen d’attirer les amoureux de Jane Austen. Une sorte de roman policier à l’accent anglais du 19e siècle. Plaisant sans plus, surtout si on aime Jane Austen ou le charme vieillot de cette Angleterre de «Orgueil et préjugés» Je l’ai fini, c’est déjà mieux que les autres.

Ville-Dieu de François Barcelo. Je l’ai pris parce que l’auteur est québécois, que quelqu’un me l’a recommandé, mais j’ai oublié de demander quels titres cette personne avait lus et aimés, alors j’ai pris celui-là au hasard. Suis rendue à la page 23, le temps de m’attacher au personnage d’Hervé. Je crois que j’aimerai, mais je l’ai mis de côté pour l’instant pour me lancer plutôt dans Promeneuse d’oiseaux de Didier Decoin. Cette fois encore j’ai choisi l’auteur plutôt que le titre. J’avais lu Louise, cet hiver, j’en ai parlé, j’avais beaucoup aimé et non pas seulement parce que ça se passait au Québec. Le ton, le vocabulaire, le style, l’art de raconter presque rien de si jolie façon. Cette fois, histoire plus complexe, pas tellement plus de personnages, mais toujours beaucoup de détails pour bien cerner l'intériorité. Belles phrases encore, mais si le style m’entraîne, l’histoire d’amour, elle, me laisse de glace.

Finalement, je pense que c’est moi le problème ! Pas les livres.

8 commentaires:

  1. Super ton nouveau look. C'est apaisant ce vert et ton image est de mise avec le titre...belle inspiration !

    RépondreEffacer
  2. Bof! Peut-être que ce n'est juste pas le style de livre que tu as envie de lire, c'est tout! Et je me reconnais dans ton côté "coq à l'âne"! Toujours un oeil à gauche, l'autre à droite, question de regarder partout à la fois et finalement, j'ai bien du mal à focusser!

    RépondreEffacer
  3. Pas mal la démarche, Claude, et les commentaires.
    Un air d'Agatha Christie ! ( C'est un compliment ! )

    Comme je ne suis pas sûr de connaitre ce que vous écrivez, dites-moi...

    Je suis dans mon hamac, vous n'aurez qu'à tousser... ;-)

    RépondreEffacer
  4. Finalement, des fois je me dis que je ne suis pas meilleure graphiste qu'auteure. En voulant personnaliser mon en-tête, j'ai dérangé tout le reste. Ce n'est vraiment pas le produit que je voulais. Mais trop fatiguée d'essayer, j'ai tout laissé en plan. Malgré l'aide du site http://aide-blogger-fr.blogspot.com/, je n'ai pas réussi à enlever ou couvrir ce fichu petit rectangle de l'en-tête. Si vous savez, me le dire, étape par étape, ligne par ligne, svp.

    Racham, le genre que j'écris, je vous l'ai écrit il me semble, un petit aperçu dans mon site:
    http://www.despagesetdespages.com/blogue-claudelamarche.htm

    cliquez sur un des 15 textes.
    ou encore celui-ci:
    http://www.despagesetdespages.com/falstrault2dancetre.htm
    Il se peut que je le transfère sur mon blogue.... puisque vous insistez!!! Et je n'ai pas tant de lecteurs que je puisse m'en passer d'un seul, hihihi! surtout pas s'il est pirate de mer.

    RépondreEffacer
  5. Merci Claude !
    Je suis allé survoler vos textes, comme une mouette, et j'y retournerais.
    J'ai vu un texte sur Irène Frain. Vous allez rire, je l'ai déjà rencontrée dans un salon du livre à Fuveau, près Aix-en-provence en France. Et j'ai même mangé avec elle...

    Comme vous, elle doit aimer les pirates de mer !
    Ha ! Ha !

    RépondreEffacer
  6. Ah oui, en 2000, dans ce même salon à Fuveau, c'était un spécial auteurs canadiens, j'ai croisé Louise Dupré.
    La connaissez-vous ?

    RépondreEffacer
  7. Non, je ne connais pas Louise Dupré, pas ses livres non plus, mais vais allez voir, dès après cette réponse. Je pourrais bien dire que ce n'est pas parce que c'est une Québécoise, auteure de surcroît, que je les connais toutes, mais puisque vous avez connu Irène Frain, tout est possible.

    Allez bon vent sur votre bateau.

    RépondreEffacer
  8. Merci Claude !

    Ici c'est la nuit tombée, sans vent et avec canicule...

    De mon bateau
    Jack

    RépondreEffacer