lundi 7 décembre 2009

Comment vendre?

Nous sommes en décembre, Noël s'en vient. Les gens commencent à penser repas, réveillon, fêtes et évidemment cadeaux. Quoi donner? En tant que personnes qui ont des familles, nous y pensons.

Nous sommes en décembre, Noël s'en vient. L'atelier de l'artiste-de-nos-pinceaux est ouvert. Un tableau en cadeau, c'est beau! Et l'auteur-de-nos-stylos qui est la graphiste qui met à jour les sites qui envoie des cartes virtuelles, qui écrit le blogue, bref qui s'occupe de la partie technique de la promotion ne sait pas si elle en fait trop ou pas assez ou comme il faut. Comment vendre? En tant que créateurs, en tant que travailleurs autonomes, nous y pensons.


Comment vendre sans paraître prétentieux? Comment inviter-inciter les gens à acheter nos créations, sans faire de pression? C'est un art de peindre et d'écrire, c'en est tout à fait un autre de vendre. Comment augmenter sa visibilité? Comment faire connaître un produit, un nom?

On ne vend tellement pas en 2009 comme on vendait en 1980. Et je ne me sens tellement pas vendeuse. (Anecdote: en septième année [je suis de ces enfants qui ont fait leur septième année, eh oui!], j'ai passé des tests pour savoir qui j'étais et orienter mes choix de cours, eh bien, j'avais des capacités pour la comptabilité et la vente. Je suis à cent lieues de ce créneau.)

Et ce matin, le blogueur Pierre H. Charron qui, sur Facebook, devient ami avec nathalie fortin.ca et je suis le lien et je lis le blogue qui parle de « blogue dans un contexte d'affaires » et je me pose mille et une questions morales et éthiques. En fait une seule, toujours la même: comment améliorer les ventes de tableaux? D'autres artistes me le demandent parfois. Réponse invariable: Internet est un complément à tous les autres avenues de diffusion. Site Internet, Facebook (pas Twitter, pas encore), affiches sur la route de Tremblant qui passe devant chez l'artiste, dépliant, distribution du dépliant, annonces dans les journaux. On a tout fait ce qui est recommandé ici, adapté bien sûr. Et plus encore. C'est jamais assez. Il y a des hauts et des bas. On veut toujours plus. On doute de notre talent de créatrice et en plus on doute de notre talent de vendeuse. On veut pas paraître mercantile (des artistes c'est comme des curés dans mon enfance: faut pas que ça fasse d'argent, ça peint pour l'amour de l'art!). Ni arrogant, ni vaniteux, ni vantard. Ni menteur, ni indifférent. Ni amateure.

Et en plus, l'artiste-de-nos-pinceaux trouve que j'en fais trop. Moi pas assez.
(photo: Louise Falstrault devant un de ses tableaux)

1 commentaire:

  1. Je sais pas qui a eu le premier l'idée voulant qu'un artiste ne doit pas avoir l'air intéressé à faire de l'argent, mais je le piétinerais volontier jusqu'à ce que mort s'ensuive!!!

    Et non, t'en fais pas trop, je suis sûre. :)

    RépondreEffacer