vendredi 2 juillet 2010

Bruno Côté est parti peindre le ciel

Bruno Côté, ce grand artiste peintre canadien est décédé mercredi. Ça nous remue.

Nous étions en 1996, l’artiste-de-nos-pinceaux commençait à exposer, à peindre de façon intensive. Depuis plusieurs années, elle visitait les galeries, les symposiums. Elle était en admiration devant les tableaux de Bruno Côté. Nous avons appris qu’il venait, incognito, peindre dans la Petite-Nation, il s'en est fallu de peu qu'on le rencontre, une tempête de neige nous en a empêché. En 1999, quand j'ai décidé de publier dans un livre les portraits des artistes peintres qui demeuraient dans la Petite-Nation ou qui venaient la peindre, tout de suite, j’ai pensé à l'y inclure.

Déterminée, je me suis présentée à sa maison de Baie-Saint-Paul. Louise voulait rester en bas de la côte à m’attendre. « On n’a pas fait tout ce chemin, pour hésiter ». Son épouse nous a répondu, Bruno Côté était déjà rendu à sa cabane dans le parc des Grands-Jardins, mais il allait revenir. Nerveuses, nous avons quand même appelé chez lui vers 17 heures, il a accepté de nous recevoir.

Une heure de pur émerveillement. Il n’a pas accepté que je publie un de ses tableaux dans mon livre « je ne veux pas être identifié à une région en particulier, je ne suis pas juste un peintre québécois, je suis une peintre canadien », mais il nous a fait visiter son atelier, son séchoir. On a pu voir le tableau presque terminé sur son chevalet. Il a fait un petit dessin qu’il a offert à Louise et lui a surtout recommandé de l’oublier, de ne pas l’imiter, « développe ton style ». Généreux de ses conseils, affable, loquace. Charmant.

Et puis, on a couché à ses pieds. Littéralement, puisque nous étions en caravane portée et il nous a permis de stationner en bas de son entrée, pour la nuit.

Par la suite, chaque fois que nous allions à Baie-Saint-Paul, on ne manquait pas d’aller le saluer à sa galerie Art et Style. Souvent, il trônait dans toute sa prestance, il nous reconnaissait, il nous montrait son dernier tableau, il parlait abondamment de la dernière exposition.

Monsieur Côté puissiez-vous mettre un peu de vos couleurs dans le ciel si gris parfois.

(photo que je me suis permis d'emprunter sur son site)

1 commentaire:

  1. La vie met des personnes sur notre chemin... Beau billet, ClaudeL.

    RépondreEffacer