mardi 1 mars 2011

Auteur de l'Outaouais: Raymond Ouimet

Le dernier de ma petite série sur les auteurs de l'Outaouais (d'autant qu'aucun ne se reconnaît en tant qu'auteur de l'Outaouais, c'est bien ce que je pensais! Mais paradoxe, ils ne sont guère connus en dehors de la région.), mais non le moindre : Raymond Ouimet. J’ai déjà écrit deux billets à son sujet.
Je crois bien qu’il doit manger de l’histoire chaude ou froide, au petit-déjeuner comme au souper: généalogie, archives, les gens ordinaires, les gens riches et célèbres, les méchants, les bons, tout le monde y passe, même les villes, les maisons, les manoirs, les églises. Très intéressant à écouter et autant à lire.

1- Quel genre de livres écrivez-vous ?
À ce jour, j’ai surtout publié des livres d’histoire, trois ou quatre nouvelles, et deux bandes dessinées dont j’ai fait le scénario.

2- Quand avez-vous débuté votre carrière d’écrivain?
Il me semble que le titre d’écrivain n’est pas le mot juste pour moi ; je me satisfais de celui d’auteur. J’ai commencé en 1988 avec un essai biographique qui, à ma grande surprise, s’est vendu à 1 250 exemplaires.

3- Où vous installez-vous pour écrire?
Je m’installe toujours devant mon ordinateur pour écrire, dans mon bureau qui est situé au sous-sol de ma maison. Quel instrument ! Il me permet de rapidement écrire une idée, de la travailler et retravailler mille fois sans trop me fatiguer, sans faire de rature. Ainsi, mes pages sont toujours propres. Et quand me vient une idée dont le développement se trouvera nécessairement dans un autre chapitre, ça n’est pas un problème puisque je peux écrire partout et reformater mon texte, changer les paragraphes de place quand bon me semble. Le traitement de texte s’adapte très bien à ma façon de réfléchir. Et avec l’Internet, j’ai accès à de nombreux dictionnaires et bases de données en un tour de main. Que demander de plus ?

4- Quel est votre rituel ?
Je n’ai pas vraiment de rituel. J’écris quand bon me semble, quand j’en ai le goût, quand les idées me viennent. À bien y penser, je constate que j’ai toujours la radio (le plus souvent) ou la télé allumée quand j’écris, comme pour meubler le silence de la maison, sauf la nuit où le silence va de soi, du moins pour moi.

5- Vous considérez-vous comme un auteur de l’Outaouais ou un auteur tout court ?
Euh !... Je n’ai jamais pensé à cette question. Ça doit être un auteur tout court ou, un auteur québécois. Je pense que cette dernière définition serait la plus juste.

6- Chez quel(s) éditeur(s) sont publiés vos livres ?
Aux éditions du Septentrion, Vents d’Ouest, Vermillon, Écrits des Hautes-Terres et Premières lignes.

7- Avez-vous essuyé plusieurs refus d’éditeurs et comment avez-vous réagi ? Avez-vous déjà pensé publier en auto-édition ?
Un manuscrit a été refusé et un autre a reçu réponse ambiguë, mais dans les deux cas, cela n’a pas présenté de problème puisque qu’une autre maison d’édition a accepté mes projets de publication.

8- Si vous aviez un million, continueriez-vous à écrire ?
Je ne vois pas de rapport entre le million et l’écriture. Bien sûr que je continuerais puisque j’écris d’abord et avant tout pour moi, pour satisfaire ma soif d’histoires.

9- Si vous aviez un million, continueriez-vous à publier ?
Bien sûr. Pourquoi pas ? L’argent n’a rien à voir avec ce que je fais.

10- Quelle question aimeriez-vous qu’on vous pose, à laquelle vous vous amusez parfois à répondre ?
Est-ce vrai tout ce que vous racontez ?
Et que répondez-vous à cette question ?
Bien sûr. Mais, Clio est une muse capricieuse et l’apparition d’une seule nouvelle pièce d’archives peut changer ce que nous savions de l’Histoire et des histoires. C’est pourquoi elle doit être régulièrement revisitée

Aucun commentaire:

Publier un commentaire