mardi 29 janvier 2013

Bravo Dominos!


Toutes sortes de raisons pour acheter un livre. La mienne pour acheter Dominos ? Parce que je connais l’auteure, Lucille Bisson. Pas en personne, mais via Internet, via nos blogues respectifs, via Facebook où elle est très active. Elle a acheté mon roman, j’achète son livre de nouvelles, c’est comme un juste retour des choses.
Et j’ai lu, bien sûr. Et j’ai aimé. Beaucoup.

Bravo pour ces cinquante nouvelles toutes plus surprenantes les unes que les autres. Et ayant un lien –si minime soit-il — avec la nouvelle précédente, comme dans le jeu des dominos.

Bravo à l’auteur qui a réussi à faire vivre des personnages autant féminins que masculins, à écrire au « il » comme au « je », avec une même efficacité. Bravo pour l’écriture simple et vivante, équilibrée entre narration et dialogues.

Bravo pour la constance, la discipline en respectant son idée de départ d’écrire des nouvelles à 1,000 mots. On pourrait croire à un exercice donné en atelier d’écriture, mais non, l’auteure elle-même s’en explique à Sonia Alain dans une entrevue publiée par là >>>

Bravo pour les chutes, le propre d’une nouvelle, dont certaines sont vraiment inattendues, réussies, et même les prévisibles sont bien contrôlées. Certaines tiennent dans les deux derniers mots. Faut le faire. On meurt beaucoup dans Dominos, mais ça donne des chutes-chocs.

Si je ne suivais pas le parcours de Lucille Bisson, j’aurais cru qu’elle était comptable dans une autre vie tellement les chiffres sont nombreux dans son livre. Étant donné le concept des dominos, j’ai trouvé normal la quantité de chiffres : pour l’âge, pour l’argent, pour les heures.

Bravo pour la persévérance à vouloir publier ces nouvelles, à y avoir cru. Les Éditions Première chance, chez qui le livre est édité, spécifient, en page 6, qu’elles se dégagent de bien des responsabilités et expliquent qu’il ne faut pas comparer aux éditeurs subventionnés.  Je ne crois pas que le lecteur ait besoin de connaître ces détails, de savoir la mission de cette maison d’édition aurait suffi.

Bravo pour tous les efforts que l’auteure a fournis depuis un an pour promouvoir son livre : un site, trois lancements, sa page Facebook, une vidéo promotionnelle et quelques autres petites bricoles qui ont sûrement fait connaître cette Valdorienne au moins dans sa région, si ce n’était pas déjà fait.  Comme quoi un livre n’est pas qu’affaire d’écriture. On sent que Lucille Bisson y apporte toute son attention… comme une femme d’affaires.

La graphiste que je suis a été dérangée par les coquilles laissées et le choix de la justification sans césure, ce qui laisse parfois de grandes espaces entre les mots, mais après quelques pages, les histoires bien fignolées ont réussi à la faire taire. Si cette même graphiste a beaucoup aimé les deux couvertures, elle aurait bien aimé que le concept des dominos soit respecté sur la première : que l’un des côtés d’un domino ait le même nombre que le domino suivant, mais la lectrice a fini par se laisser charmer par le propre du livre : les histoires que l’auteure nous raconte si bien.

Bravo pour Dominos, le premier livre de Lucille Bisson. D’autres suivront, j’en suis persuadée.

Lien vers le site de Lucille Bisson >>>

3 commentaires:

  1. Je suis sans voix… et c’est rare ! Ma première critique à vie et elle m’a touchée, juste là, en plein coeur. (Sans blagues, j'en ai le souffle coupé... respire, Lucille, respire ! )

    Venant de toi, cette critique me touche particulièrement parce que je connais - sans vraiment te connaitre « en vrai » - ta franchise, ta droiture et surtout ton incroyable expérience dans le monde de la littérature !

    Merci Claude ! Je vais (sûrement) abuser des partages de cette chronique pour poursuivre, bien sûr, la promotion de mon livre !

    Ce premier livre (parce que oui, il y en aura d'autres) est pour moi la réalisation d'un très grand rêve : Avoir un livre avec mon nom sur la couverture. J'ai pris les moyens pour le réaliser (on ne me dit pas entêtée pour rien...)

    Tu viens, par ton long billet, confirmer que j'ai fait le bon choix. (Voilà... je pleure ! Mais je suis une incorrigible « braillarde chronique »)

    Merci ! Un million de mercis. Au plaisir de se rencontrer un de ces jours ! xx

    RépondreEffacer
  2. Très belle critique Claude. Je poursuis ma lecture et réserve mes commentaires pour un autre moment mais je suis d'accord avec toi, et je tiens à saluer la persévérance de l'auteure qui a su croire en son projet et avec raison! Bravo Lucille.

    RépondreEffacer
  3. Lucille: ta grande générosité est un exemple pour moi. Le fait que aies été la première à acheter mon roman, le fait aussi que tu "partages" si facilement sur Facebook et ailleurs ne pouvait faire autrement que de m'amener sur la même voie.

    RépondreEffacer