mercredi 3 avril 2013

Partager ses recherches

Terre de Jean Bricault dit Lamarche
(illustration fournie par Marcel Lamarche)

À six heures ce matin, les yeux grands ouverts, je ne dormais pas. Comme une urgence, comme une pression subite. Je devais faire quelque chose, réagir.

Hier, en mettant de l’ordre dans mes courriels, j’ai remarqué qu’un message envoyé à Guy Lamarche pendant mon séjour en Floride était demeuré sans réponse. Je connais ce généalogiste depuis plusieurs années, c’est MA référence pour les Bricault dit Lamarche. J’ai eu le pressentiment que son silence indiquait qu’il était peut-être décédé. Une petite recherche et j’ai rapidement trouvé son avis de décès, les photos trouvées dans Google images corroboraient mon hypothèse : il est décédé le 2 mai 2012. Je pouvais bien ne pas avoir été au courant, l’an dernier, j’avais la tête bien ailleurs : problèmes personnels de santé et ma mère, elle, est partie le 7 mai.

Panique. Une vraie panique : qu’est-il advenu de toutes ses recherches ? Chaque fois que je lui posais une question de généalogie sur tel ou tel mariage, je m’inquiétais de savoir ce que je ferais le jour où il ne serait plus là pour piger dans sa base de données et m’indiquer les bonnes dates, les bons noms., les bonnes sources.

Certaines personnes publient leur base de données (Gedcom) soit dans un site existant comme Planète Québec, CFGA ou un site personnel, comme Gilles Deguire  qui s’occupe de mesancetres.ca. Guy Lamarche, lui, a déjà laissé quelques traces sur Internet, mais à la suite de déceptions reliées au plagiat je crois, il avait cessé d’alimenter son site. Il a participé à divers forums, on peut retrouver encore ses nombreuses interventions. Il a également offert trois documents fort importants en ce qui concerne les Bricault dit Lamarche, documents qu’on peut consulter à la Société de généalogie de l’Outaouais entre autres. C’est déjà beaucoup et précieux, mais tout le reste, toutes ses recherches, toutes ses données, qu’en adviendra-t-il ? Je ne me rappelle pas s’il m’avait parlé de la relève.

Dans mon petit cerveau qui roule à cent milles à l’heure à six heures le matin, je me disais, bien égoïstement, un médecin qui ne publie pas ses recherches, un historien qui ne laisse rien de son savoir, un journaliste qui ne raconte pas ses expériences, quelle tristesse, quelle perte. Et nous qui devons repartir presque à zéro, tout recommencer comme si rien n’avait été fait avant. Je respecte les gens qui ne veulent pas que leurs recherches paraissent sur Internet, mais trouver le moyen que le savoir, les expériences servent à la génération suivante. Personnellement, on m’a déjà demandé à deux reprises d’enlever des noms dans ma base de données que je publie sur mon site. Même si ni date ni photo n’apparaissaient, même si j’avais du mal à comprendre cette petite peur du vol d’identité, j’ai accepté d’effacer ces données. Je sais bien qu’il se glisse énormément d’erreurs dans les sites d’amateurs comme le mien, mais je sais aussi quelle fut ma joie quand j’ai trouvé les Deguire sur le site de mesancetres.ca ou les Boutron dit Major grâce à Ruth Major dans son blogue Major et compagnies.

Je suis donc en deuil, un an plus tard, de Guy Lamarche qui a tant fait pour la lignée de Jean Bricault dit Lamarche, soldat de Carignan. Je sympathise avec la famille, même si c'est bien en retard. Qui répondra à mes questions maintenant ? Je sais comment chercher, je sais où chercher, mais ce sera plus long, plus fastidieux et sans le plaisir de ces quelques échanges toujours agréables.
  
Si quelqu’un sait quelque chose, peut trouver comment communiquer avec ses enfants, n’hésitez pas à me l’écrire.

2 commentaires:

  1. J'suis en retard, mais...

    C'est vraiment triste cette histoire des recherches peut-être perdues!

    Je comprends le monsieur d'avoir voulu contrer le plagiait, mais en même temps... Espérons que ses héritiers mettrons sa base de données en ligne ou la rendront accessible autrement.

    RépondreEffacer
  2. Espérons. Ses recherches les plus importantes sont déjà publiées sur papier, mais en effet, c'est toute sa base de données qui demeure, à ce jour, très privée.

    RépondreEffacer