vendredi 27 mai 2016

Escapade au Parc de Plaisance

Quatre jours magnifiques. À tous points de vue.
À quarante minutes de chez nous, mais comme si j'étais ailleurs.
Parc de Plaisance, Sepaq.
Chez nous des corneilles le matin, des grenouilles le soir, mais là, des chants d'oiseaux toute la journée. Très nerveux par contre, les pics, l'oriole de Baltimore, les chardonnerets, j'ai eu du mal à en photographier un seul tant ils avaient la bougeotte.
Devant notre emplacement -- le 98--, un plan d'eau. Des tortues, des rats musqués, des castors venus nous saluer.
Et oh! miracle, même en ce mois de mai, pas de maringouins ni mouches noires. Pourtant des marécages autour. Des quenouilles et des lys à venir.
Un paradis.
Chaque jour au moins une heure de vélo, jamais le même sentier. Un matin, trente-cinq kilomètres.
Chaque jour au moins deux heures de lecture: Marie Major de Sergine Desjardins qui m'a appris comment vivaient probablement mes ancêtres: François Deguire dit Larose et Jean Bricault dit Lamarche et plus encore "ma" Fille du roi, Marie Rose Collin.
Tous les repas pris à l'extérieur, les yeux rivés sur la baie qui donne sur la rivière des Outaouais.

Premier essai chez FlickR. Contrairement à Jalbum, je ne parviens pas à intégrer l'album directement dans ce billet. Un lien seulement. Je verrai à l'usage si je ne reviens pas à Jalbum.

Donc un montage seulement et le lien vers mini-album>>>


5 commentaires:

  1. Vos photos sont vraiment très belles... C'est un très bel endroit pour s'évader!

    RépondreEffacer
  2. Merci, bel endroit pour lire également!
    En fait, je lis partout, alors...

    RépondreEffacer
  3. J'ai bien hate d'y retourner. Cette automne surement.Vos photos reflètes le calme de cette endroit.Savez-vous s'il y a encore des castors dans cet hutte depuis le temps?

    RépondreEffacer
  4. C'est vrai que c'est un beau parc! Même quand on reste en campagne, juste de partir de chez, c'est déjà les vacances!

    RépondreEffacer
  5. Réjean, je ne sais pas s'il y a des castors dans cette hutte-là, mais je sais que c'est tout plein dans la rivière et les baies! Je connais un gardien du parc il me tient au courant de la ponte des tortues, du passage d'un renard, mais de cette hutte en particulier, il ne fut point question.

    Pierrôt-Sylvie: bien vrai. D'autant que campagne pour campagne, ces jours-là, chez nous, les mouches noires nous envahissaient alors qu'au bord de l'eau: pas du tout.

    RépondreEffacer