lundi 12 janvier 2009

Donneriez-vous une journée de votre paie?

Ce matin, à deux reprises, on m'a demandé: « Nous donneriez-vous un tableau? » Un organisait un tournoi de golf pour le cancer, l'autre un vin et fromages et les profits allaient à un organisme pour enfants malades. Je suis tannée de ce genre de sollication. Artiste peintre professionnelle depuis treize ans, c'est le genre de question qui revient trois ou quatre fois par année. Au début, je donnais. Ensuite, j'ai plutôt emballé des cartes de souhaits. Je n'ai pas de reproduction, ni de giclée, mes tableaux commencent à 250$. Que faire?

Quand je demande, bien calmement, aux personnes chargées de trouver des cadeaux et des commandites, je leur pose la question: « donneriez-vous une journée de votre salaire, vous? » Parce qu'en fait, c'est ce qu'on me demande. Je suis une artiste professionnelle, je gagne ma vie en faisant et en vendant des tableaux, pour moi ce n'est pas un loisir, c'est assez difficile d'avoir un salaire décent surtout quand on vit des périodes économiques comme celle dans laquelle on est plongée présentement. « Oui, mais la visibilité que ça vous fait! » Je n'ai jamais reçu un client qui m'a raconté avoir «vu» mes tableaux dans ce genre d'événement.

La personne qui me considère un peu agressive au début, reste abasourdie, mais je prends la peine d'expliquer mon point de vue et souvent, les gens reconnaissent ne pas avoir envisagé cette façon de voir. Auprès des artistes peintres que je connais et avec qui on en discute, je suis presque partie en croisade.

Ce que je propose, c' est de donner un certificat cadeau. Ce certificat de 100 $ ou 150$ sert de rabais sur une oeuvre originale. Croyez-le ou non, les dernières années, j'ai donné une dizaine de certificats, une seule personne en a profité. Quelqu'un que je connaissais déjà. À se demander si les participants de tournoi de golf ou de souper bénéfice ne préférent pas des forfaits dans une auberge, ou un restaurant. Et même, je ne suis pas loin de croire que les cadeaux offerts lors de tels événements restent dans le fond d'un tiroir, quels qu'ils soient.

Tout de même, après discussion, j'offre mon certificat cadeau de 100$ et tant mieux si la personne qui gagne se fait plaisir en acquérant une oeuvre à... 100$ de moins.

Et j'aimerais bien choisir à qui je donne. J'ai gardé une cause, celle de la Société d'Alzheimer de l'Outaouais, non pas seulement parce que ma mère est décédée de cette maladie, mais surtout parce que la Société organise un encan où l'artiste reçoit tout de même 40% du prix de vente et, au départ, celui-ci a fixé un prix de base. Tout le monde y trouve son compte.

1 commentaire:

  1. Très bonne réflexion. Il y en a qui ne comprennent pas la différence entre une compagnie qui possède un budget de publicité et un travailleur autonome qui fait face à toutes sortes de dépenses.

    Parfois ce n'est qu'un manque de connaissance qui fait que des gens ne sont pas conscients d'une situation donnée. Ce qui est souvent la cause d'une mésentente bien involontaire. Comme quoi une bonne communication a toujours sa place. Votre exposé nous fait voir l'autrre côté de la médaille. Dommage que vous devez l'expliquer à chaque demandeur.

    Daniel

    RépondreEffacer