jeudi 4 juin 2009

Quand (ne pas) écrire?

Le matin en déjeunant, je lis. Ce matin, lendemain d’une petite virée à la bibliothèque, je plonge dans Edna, Irma et Gloria. J’aime bien le style de Denise Bombardier, en plus du sujet, bien souvent. Les dialogues sont intégrés au texte, c’est-à-dire que les phrases « parlées » sont entre guillemets et non précédées du cadratin habituel. Ce qui confirme ma théorie qu’un roman n’est pas nécessairement affaire de dialogues et de mises en scène. Mais évidemment on ne s’appelle pas toutes Denise Bombardier. Quand j’aurai trois ou quatre romans publiés, peut-être pourrais-je écrire comme je le veux et non comme les éditeurs me le conseillent.

À l’opposé, ma coblogueuse, qui délaisse les romans policiers depuis quelques mois, lit Michel David. Presque exclusivement du dialogue. Un peu comme dans Les Filles de Caleb d’Arlette Cousture. Roman également, non point moindre en qualité ou en intérêt. Différent de style.

Michel David : un vrai Balzac. J’ai conté un livre publié en 2009, trois en 2008, deux en 2007, cinq en 2006, trois en 2005 et un en 2003. Quatorze en quatre ans ! Quand écrit-il ? Il n’a sans doute plus le temps de faire autre chose. Il ne doit avoir ni vaisselle à serrer, ni gazon à tondre, ni vitres à laver. Est-ce moi qui suis lente ou qui m'éparpille trop? Pour moi, il a écrit pendant qu’il enseignait et tout à coup en 2003, à sa retraite, il a tout envoyé chez un éditeur qui lui en a redemandé d’autres. À tel point d’ailleurs que le tome 4 d’une des sagas se situe chronologiquement avant le tome 1.

Dire que ce matin, j’ai reçu un courriel dans lequel une lectrice me disait toute son admiration pour tout le temps qu’on prend à écrire blogue et autres textes. Moi, je suis toute admirative devant ceux qui peuvent se concentrer sur une seule passion, qui sont laser plutôt qu’ampoule (j’ai oublié l’auteur et le livre où il en est question, mais cela signifie se concentrer plutôt que de s’éparpiller). Mais voilà, on est ce qu’on est. Et même si c’est difficile, si je suis curieuse de livres, lectures, écriture, camping, voyage, généalogie, un peu de technologie, et que je n’ai pas assez de 18 heures pour étancher mes soifs, je m’aime quand même. Même si ce blogue ne répond pas à toutes les règles de l’écriture-web, du genre qui devrait offrir un contenu souvent textuel, enrichi d'hyperliens et d'éléments multimédias, je m’aime aussi pour ma différence, d’autant que je peux bien écrire ce que je veux quand je veux puisque ce n’est pas mon principal revenu. Peut-être pour ça? Si je m'éparpillais moins, peut-être que je pourrai vivre de mon écriture. Je n'aurais que l'écriture que je réussirais à m'y perdre. Tout et rien me porte à écrire. Dans mon cas, il ne s'agit pas de savoir quoi ou quand écrire, mais quand ne pas écrire.

Parlant camping, je délaisse quelque peu l’ordinateur (je n'ai pas dit l'écriture, cahier et stylo me suivent partout) pour profiter de la belle fin de semaine qui vient.
(source photo: http://www.evene.fr/)

4 commentaires:

  1. Bonjour ClaudeL,

    Je crois qu'il y a les touche-à-tout et les autres...Un touche-à-tout a toujours l'impression de moins enfoncer son clou. Il se disperse, il s'éparpille. Je crois que chacun voit plus verte l'herbe du voisin, c'est tout.

    Moi, je suis un touche-à-tout et je fais un peu tout. Normal, tout m'intéresse.

    Quand écrire ? Tôt le matin ou tard le soir. Et le reste du temps, noter, croquer, enregistrer, etc.

    Ca c'est quand j'écris. Sinon je suis pirate sur mon bateau. Un touche-à-tout, je vous dis...

    Belle après-midi !
    Jack

    RépondreEffacer
  2. Faudrait bien que je relise Tintin. Dans mes temps perdus!

    RépondreEffacer
  3. Vu que j'avais du temps à NE pas Écrire, j'en profite pour t'Écrire : Bonne fin de semaine de soleil, la première depuis un bout!. Bon , je retourne à mon temps de Ne pas écrire ;)

    RépondreEffacer
  4. Je suis comme toi : je m'éparpille. Ce n'est pas pour rien que j'ai appelé mon blogue "La plume volage"!

    Est-ce que c'est mal? Je ne crois pas. Je m'ennuierais si je ne devais fixer mon attention que sur un seul intérêt. J'adore écrire, mais j'aime aussi lire, rencontrer des gens, bloguer, m'informer, bref, vive la diversité!

    RépondreEffacer