samedi 26 septembre 2009

Ecrire ou ne pas écrire?

Il doit y avoir un truc qui ne fonctionne pas chez moi: j'aime écrire, mais dès que c'est difficile ou que ça prend trop de temps, je passe à autre chose. Il faut que ce soit court, vite fait (bien fait par contre). J'ai trop travaillé dans un journal, moi. Et je ne peux même pas prétendre que c'est parce que je n'ai pas le temps.

Et pour m'aider à m'achever, j'ai lu un blogue ce matin (celui-là>>>) et comme je pense que c'est français, de France, je me dis qu'au Québec, c'est pire encore. Un autre truc qui ne fonctionne pas chez moi: je m'entête, je ne me connais pas ou je suis masochiste? Gens rêveurs, gens d'espérance, gens de confiance en vous, ne lisez pas ce blogue, pas le mien, celui du monsieur qui donne six bonnes raisons de ne pas écrire un roman! En tout cas, pas un matin où vous aurez un petit doute sur votre capacité d'écrire. Pourtant il y a là quelques bonnes idées.

Donc aujourd'hui samedi: lavage, budget, monter dans le grenier pour étaler les 10 ballots de laine isolante achetés hier. Vous voyez, où est l'écriture dans cette liste?

(photo empruntée à
Moisson Montréal)

12 commentaires:

  1. C'est connu, on ne fait pas tout ce qu'on veut dans la vie... J'ai au moins 6 livres empruntés à lire sur ma table de chevet, mais j'ai aussi au moins 25 morceaux à repasser... je sympahtise!!

    RépondreEffacer
  2. Claude,
    Je suis allée lire le billet dont vous parliez... Oui, c'est pas très encourageant, mais il n'y a rien là que vous ne saviez déjà...
    Si vous avez encore et toujours du plaisir à écrire, il faut continuer, malgré le peu de "retombées" concrètes...
    Tiens, je vous cite ce mot de Gandhi, que je me répète souvent dans des moments de découragement: "Life is a road, not a destination."
    Andrée

    RépondreEffacer
  3. merci andrée. Ce n'est pas tant du découragement, c'est au contraire de la lucidité: qu'est-ce que j'ai à vouloir rêver de qui ne ne suis pas. POurquoi est-ce qu eje ne suis pas capable de me satisfaire de qui je suis?
    Quant à la phrase de Ghandi, j'ai déjà écrit quelque chose de semblable: "il n'y a pas de chemins, il n'y a que des pas. Il n'y a pas de lumière au bout du tunnel, je suis la lumière. Et je n'y vais pas, j'y suis." C'est pas beau ça? Je me le redis aussi chaque matin.

    RépondreEffacer
  4. Bah, il n'y a effectivement rien là-dedans qu'on ne sait pas quand on est un aspirant-réaliste.

    Et pour l'écriture du jour, ClaudeL, je te suggère de la caser quelque part entre "souper" et "s'écraser sur un fauteuil avec un mal de dos" :p (ah, les greniers!)

    RépondreEffacer
  5. Je suis aussi allée lire; que du connu. Mais je crois de plus en plus qu'il faut écrire sans cesse quand on veut écrire, et que, ce faisant, il faut de plus en plus chercher à se détacher de soi et de sa performance. Je veux dire qu'il faut trouver le plaisir de dire, de raconter, sans chercher davantage que le plaisir. Je ne sais même pas si c'est clair... mais j'envoie.

    RépondreEffacer
  6. Ruth: très clair et tu as bien raison. Autrement dit ne pas penser. Ni au lecteur, ni à l'éditeur, ni aux fautes, ni à l'estime de soi, ni au doute, ni aux autres auteurs, ni à sa mère. Rien qu'écrire.

    RépondreEffacer
  7. J'imagine qu'il faut écrire sans cesse pour se défaire de l'ego et juste écrire. Quand on aura écrit suffisamment pour raconter toutes ses petites histoires à lui (et il faut passer par là), la main se sera faite à l'écriture et se sera détachée - finalement - de ce petit moi qui a son mot à dire sur tout.

    RépondreEffacer
  8. Bonjour Claude,
    Tu commences à me connaitre, je vais y aller de mes coups de sabre :
    On est écrivain quand c'est la chose qui passe avant tout...
    - Avant le quotidien
    - Avant la lecture des livres des autres
    - Avant l'enseignement de l'écriture aux autres, ce qui est cocasse est d'enseigner des choses qu'on ne maîtrise pas
    - Avant le blog qu'on tient, où la part de textes originaux est si infime que finalement on a plus l'habitude d'écrire des articles que des textes d'écrivain...

    Bref, on n'est pas écrivain quand on dit qu'on l'est, ça se constate ou pas.
    Voilà...

    Besos
    Jack

    RépondreEffacer
  9. Et toc! Beau coup de sabre en effet. Il me blesserait si je ne le savais pas déjà.

    RépondreEffacer
  10. Claude, j'ai vu entre les lignes ou sur ton autre blog tes capacités à écrire, et même un style...
    Ecris donc ici des textes courts, encore et encore, et ce sera la meilleure thérapie pour progresser et même avoir l'avis de tes amis...
    Besos
    Jack
    PS: Et tu peux produire des textes, et faire d'autres choses du quotidien, car il faut trouver des inspirations et même se changer les idées...

    RépondreEffacer
  11. Bonjour bonjour !
    Je suis le fameux français de France qui écrit cet affreux blogue ! :o)

    Il n'y a rien de très nouveau dans mes six petits points, comme le disent vos amis, et j'espère que je ne vous ai pas trop démoralisée... Je m'en voudrais, mon but avec ce blog est surtout de rire un peu des choses qui nous font peur, à nous autres les auteurs.

    Mais il ne faut pas écouter les grincheux dans mon genre. Si vous aimez écrire, alors vous en avez de la chance, il y a tellement de gens qui n'aiment rien...
    Ecrivez ! Apprenez à écrire de mieux en mieux ! Remportez d'autres concours de nouvelles ! Et puis qui sait, peut-être qu'un jour...

    Et si je ne vous ai toujours pas convaincue, il ne me reste plus que les bisous. un bisou ?

    RépondreEffacer
  12. Merci Beorn, je prends le bisou. Et ai-je dit que c'Était un affreux blogue? Parlez d'écriture, c'est souvent quand on doute ou en panne, on lit les autres, on fait un examen de conscience, on se trouve nulle ou pas si mal, et on repart. C'est ce que je ferai.

    RépondreEffacer