vendredi 11 septembre 2009

Rarement seule

Je marche. Seule.
Devant moi, un paysage qui s'étale à l'horizon. Je regarde au loin. Me dilue. Me vide. Me remplis.
Un peu de vent, beaucoup de soleil. Un vol d'outardes. Déjà? Je suis bien, je ne pense pas. En tout cas mes pensées ne sont pas tourments. Je me demande quand même ce que je serais devenue, qui je serais si je vivais seule tout le temps. En cet instant présent, je marcherais, c'est presque certain. Mais ensuite ou à long terme? Écrirais-je plus? Écrirais-je tout le temps? Serais-je plus prolifique? N'avoir ni parents, ni enfants, ni personne dans ma vie à qui penser? M'ennuierais-je? En général, je suis bien avec moi-même. Je ne me chicane pas, je m'endure, je m'aime. Mais m'aimerais-je autant si je n'avais le regard des autres? Combien d'heures dans une journée consacrées aux autres? Le plaisir vaut-il le temps qu'on prend pour son renard et sa rose et son petit prince? On ne peut pas vivre deux vies à la fois alors, depuis cinquante-neuf ans que je vis avec des personnes, je ne saurai donc jamais ce que je serais si j'avais vécu seule.

Je rentre faire le souper... pour deux. Demain, je verrai mon frère. Jeudi, ma mère.

(photo de l'auteure-de-nos-stylos)

4 commentaires:

  1. Les gens seuls se posent la question inverse, que seraient-ils s'ils étaient...deux !

    Ailleurs, l'herbe est toujours plus verte, dit le dicton.

    Y'a quoi pour souper ?

    RépondreEffacer
  2. poisson, pommes de terre pilées, salade, yogourt biscuits, thé.

    RépondreEffacer
  3. D'expérience, je peux te dire que les personnes seules semblent beaucoup moins heureuses... pour apprécier notre bonheur, rien ne vaut de le partager!

    Parfois, j'aimerais être seule. Une journée. Une semaine. Un mois. Pour pouvoir réfléchir, pour pouvoir écrire davantage, pour pouvoir accomplir davantage. Mais seule, à quoi bon? Je me connais, je ne profiterais pas du moment. Je ne rêverais que de retrouver les miens et de partager leur quotidien...

    RépondreEffacer