jeudi 4 mars 2010

Un Nantel assassiné

L’artiste-de-nos-pinceaux a toujours été fière de porter le nom de Falstrault, parce que c’est un patronyme rare. Elle sait depuis peu que c’est d’origine allemande, déformation de Faulstroh. Mais elle s’amuse tellement plus à démêler l’écheveau très serré de la famille de sa mère, Gabrielle Nantel. Quand, le sourire aux lèvres, contente de son coup, elle dit : « la fille de mon grand-père a épousé le frère de ma grand-mère », il est certain qu’elle doit sortir papier et crayon et redessiner l’arbre de ces Nantel qui épousaient leur petite-cousine (Ernest et Rosa), leur belle-sœur (Ernest et Marie-Louise Labelle qui fut d’abord l’épouse de François)… et le frère de leur belle-mère (Georgette, fille d’Ernest et de Marie-Louise Labelle, qui épouse Zénon, le frère de Rosa époux d’Ernest Nantel devenu veuf). (Cliquez sur le tableau pour agrandir)


N’eut été d’un événement récent, l’histoire s’arrêterait là, à ce tableau qui ne contient que les principaux personnages d’un imbroglio qui réunit également deux sœurs Dauphin et deux sœurs Gauthier et trois Pierre.

L’auteure-de-nos-stylos, amateure de généalogie mais surtout admiratrice d’auteurs de l’Outaouais décide d’acheter le livre de Raymond Ouimet : Crimes mystères et passions oubliées parce qu’il est question de sa région, la Petite-Nation. Quelle ne fut pas sa surprise d’y trouver le récit de l’assassinat d’Arthur… Nantel, fils d’un Napoléon Nantel. Région de Labelle, l’Annonciation. L’auteure alerte l’artiste, lui pose des questions. Non jamais entendu parler d’un meurtre chez les Nantel. Une histoire d’accident de chasse qui a viré au drame, mais d’assassinat, certes pas. Les voilà fébriles, une à la recherche de sa base de données, l’autre d’une ancienne photo de l’hôtel Labelle.

Dans les 14,000 noms répertoriés au cours des dernières années, point d’Arthur ni de Napoléon Nantel. Consultation dans les BMS (Baptêmes, mariages et sépultures) répertoriés, je trouve facilement, remonte la lignée, établis les relations. Eh oui, Arthur est fils de Napoléon, petit-fils de François Nantel et d’Angèle Gauthier et donc le cousin du grand-père de l’artiste. (Cliquez sur le tableau pour agrandir)



Louise est encore sous le choc. Tout ce qui concerne les Nantel la touche de près même si elle n’en porte pas le nom. Elle lit et relit cette histoire et se demande si son grand-père la connaissait.

Mieux encore, elle retrouve une vieille photo envoyée par Gérard Cholette de la Société d’histoire Chute-aux-Iroquois de Labelle, il y a quelques années. Elle identifie l’Arthur assassiné au milieu de la grande famille de François et d’Angèle Gauthier.

Ah! bien oui, pour ceux et celles qui veulent connaître les détails du meurtre résolu et puni: qui, quand, où... bien il faudrait lire le livre. Je ne suis pas pour enlever les droits d'auteurs d'un écrivain tout de même! Nous nous sommes bornées à faire le lien entre l'artiste Nantel-Falstrault et cet Arthur.

À venir, d’autres coïncidences troublantes entre Labelle et l’artiste-de-nos-pinceaux.

12 commentaires:

  1. Wow! Toute une histoire (et toute une coïncidence). Ce livre m'intéresse! :) C'est quoi exactement? Un espèce d'historico-reportage sur les crimes qui ont marqué la région de l'Outaouais?

    RépondreEffacer
  2. @gen. Oui, on peut dire historico-reportage. L'auteur et l'éditeur ont écrit "essai". En fait c'est 5 faits vécus, 5 crimes dont certains non résolus qui soulèvent des questions. Un qui se passe à Lachute, un autre à Montpellier, celui de l'Annonciation, le premier à Montebello et un qui raconte l'étrange mort d'Amédée Papineau, le fils du célèbre Louis-Joseph. Bien documenté avec notes bibliographiques, et même photos-dessins mais qui se lit en effet comme des reportages.

    RépondreEffacer
  3. Intéressant comme livre. Toujours mystérieux ces crimes non-résolus. Pour ma part, j'ai des connaissances qui sont morts dans les années 60-70 accidentellement même si le doute du meurtre est disuté encore aujourd'hui. Mais, mieux vaut laisser les morts reposer en paix.

    RépondreEffacer
  4. Eh ben! Le Pierre Nantel qui a épousé Victoria Dauphin est mon arrière-arrière-grand-père. J'ai connu leur fille, mon arrière-grand-mère, Rebecca Nantel, qui me chantait des chansons amérindiennes quand j'étais petit. Je crois que c'était en Montagnais?

    RépondreEffacer
  5. M. Roy: petite précision, d'après mes recherches, Rebecca est la fille de Pierre Nantel et de Léocadie Dauphin (soeur de Victoria). C'est bien mêlant tous ces mariages entres frères et soeurs, cousins...
    Vous pouvez regarder ma base de données:
    http://www.despagesetdespages.com/html/dat8.htm#181

    RépondreEffacer
  6. Arthur Nantel etait l oncle et parrain de ma grand-mere de 91 ans. elle me raconte cette histoire

    RépondreEffacer
  7. Anonyme: je n'ai pas l'habitude de publier des commentaires d'anonyme, j'aurais préféré que vous signez votre commentaire.

    RépondreEffacer
  8. J'ai un Arthur Nantel dans ma famille. Il était artiste peintre et habitait à Montréal. Est-ce que cette branche de Nantel est liée à la vôtre?

    Eveline Favretti

    RépondreEffacer
  9. Chère Eveline Favretti,
    Arthur Nantel le peintre était mon arrière-grand-père. La branche des Nantel dont il est question n'est pas liée à notre branche, sauf à une très lointaine époque, puisque le premier Nantel est notre ancêtre commun.

    RépondreEffacer
  10. Merci Hélène Côté d'avoir répondu à la question d'Eveline Favretti. Je me demande si elle pensera à venir voir la réponse. Je ne venais pas voir les commentaires de "vieux" billets, mais là e me suis fait un favori de tous les commentaires, c'est ainsi que j'ai vu le vôtre.
    En effet, tous les Nantel n'ont qu'un seul ancêtre, mais souvent la parenté n'est qu'à la cinquième ou sixième génération.

    Et vous, votre lignée est-elle publiée quelque part?

    RépondreEffacer
  11. @Claude Lamarche
    Eveline Favretti est la fille d'un cousin. Peut-être que je la verrai. Notre ancêtre immigrant est Jean Berloin dit Nantel m. Marguerite Forget dit Despatis; l'ancêtre du Arthur Nantel assasinée est bien issu de Jean Berloin dit Nantel, mais issu de sa deuxième épouse, Marguertie Delpêche ou Dalpé. Notre seul ancêtre commun est donc le premier, Jean Berloin dit Nantel. Il était originaire de Nanteuil, au Poitou (c'est, en effet, l'origine de son nom); il a émigré vers 1694.
    Mon arbre généalogique est publié sur Ancestry.ca (privé, pour le moment). Je possède également quantité de documents personnels et publics relatifs aux personnes de cette lignée, ainsi que les souvenirs de ma grand-mère, mais puisqu'il ne s'agit pas de votre branche, je craindrais de vous ennuyer en continuant.
    Merci beaucoup de m'avoir répondu avec une telle diligeance.

    RépondreEffacer
  12. Ça ne m'ennuie pas du tout, Les Nantel, c'est comme ma belle-famille (Jean Berloin et Marguerite Forget)
    J'aimerais bien vous situer dans le grand arbre des Nantel.
    On pourrait continuer par courriel privé: le mien c.lamarche2013@gmail.com

    RépondreEffacer