vendredi 26 novembre 2010

Le marathon Internet

Si Internet est un marathon, certains matins je me considère dans la course, d’autres pas du tout. Je n’ai jamais été en tête et ce n’est pas mon but, mais il y a des jours, je vois bien que je traîne à l’arrière et je me demande même si j’ai envie de rattraper le peloton.

Dans ma région, je passe souvent pour la plus techno de mon entourage parce que j’ai un blogue, parce que j’ai fait quelques sites, avec Frontpage au début et avec le logiciel Web Creator 5 depuis deux ans, parce que je suis sur Facebook. Pourtant à lire le billet d'Etolane, je suis très très loin, pour ne pas dire pas du tout dans le monde du Web 2,0 : je ne twitte pas, je connais à peine les autres médias cités dans son billet. Pour moi les médias sociaux, les sites, les logiciels, ça va tout ensemble, c’est la même chose, ce sont un seul et même outil pour communiquer, faire de la promotion d’un ou plusieurs produits, te faire connaître.

La grande question, toujours la même : qu’est-ce que je veux, moi? Quel est mon besoin? Où est-ce que je veux en venir? Autant dans le marathon de l’écriture, dans le marathon des livres, dans le marathon de la vie professionnelle. Veux-je être en tête? Veux-je simplement finir la course? En quoi le fait d’être de ce marathon du web où amateurs et professionnels vivent côte à côte donne-t-il plus de crédibilité, plus de visibilité aux coureurs? Être blogueur et « twitter » sont devenus une carte de visite. Sur la quatrième couverture d'un livre parfois on écrit : « l'auteur tient un blogue » comme si ça lui donnait de la notoriété, comme si ça ajoutait un plus à son parcours. Un blogue à 42 membres dont une dizaine commente régulièrement ce n’est tout de même pas un blogue de journaliste qui obtient une cinquantaine de commentaires chaque fois qu’il écrit un mot.

Focus, focus (anglicisme, je sais, mais on se comprend). Je serai tortue, sans dossard, je marcherai jusqu’à ma mort, je dévierai de ma course encore très souvent, mais j’avance. Où je vais? Ça! À l'instar de Marie Laberge qui, à Bazzo.tv, parlait de tout ce qu'elle aura écrit (et publié, elle), pourrais-je dire que je n’ai pas perdu mon temps? Probablement pas, mais j’aurai fait ce qui me tentait, ce que j’aimais. Et c’est l’important.

Note: pour les détails sur la bonne nouvelle, j'ai le temps, j'ai dix mois!

16 commentaires:

  1. Moi mes cinquantes quelques membres valent 1000 fois ceux qui en possèdent des centaines.
    J'ai rencontré la plupart d'entre-eux et d'autres que j'ai hâte de rencontrer un jour. Du Web 2.0 plus humain, c'est plus gratifiant :)

    RépondreEffacer
  2. Marathon. Je ne suis pas vraiment dans la course, juste un peu accro. et de moins en moins.
    J'ai tendance à dire Bof!
    Bonne ou mauvaise nouvelle?

    Pour se faire connaître, je me rends compte qu'il faut fréquenter beaucoup de monde pour dire quoi?
    No se.
    Ce n'est pas que je n'aie rien à dire, c'est seulement que je me demande si je dois en parler à tout le monde et surtout comment parler de ce qui m'intéresse.

    RépondreEffacer
  3. @ Ginette: pour ce qui est de la bonne ou mauvaise nouvelle, lire le billet précédent, celui de jeudi soir.

    Moi aussi, j'ai tendance à dire Bof! (c'est peut-être l'âge, hihi, non pas que nous n'ayons plus la foi mais peut-être moins la fougue!). Souvent en écoutant les autres à la télé ou en lisant les autres un peu partout, je me dis que je ne suis pas assez originale dans ma manière de dire les choses. Mais je pense qu'il ne faut pas se poser de questions (ce n'est pas toi qui l'a déjà écrit?), écrire à sa façon et le reste ne nous appartient pas de qui ça intéresse ou non.

    RépondreEffacer
  4. @ClaudeL : Comme tu dis, c'est une question de choix, d'analyse de nos besoins.

    C'est le même casse-tête quand vient le temps d'acheter le dernier gadget en date : ai-je besoin d'un téléphone intelligent? d'une liseuse? d'une tablette électronique? d'un portable? d'un mini-portable? d'un ordinateur de table? d'un lecteur de MP3?

    On est dans une société qui peut combler tous nos désirs... au coût de beaucoup de temps et d'argent. Faut apprendre à choisir.

    RépondreEffacer
  5. Je me pose régulièrement ces mêmes questions et je crois que c'est sain. Pour identifier qui on veut être. Pour ajuster notre parcours, tenter de le rendre le plus satisfaisant possible. Et cela, jusqu'à ce que mort s'en suive!!! :D

    RépondreEffacer
  6. J'ai pas beaucoup de commentaires dans mon blogue mais je me dis "bof", j'ai un blogue parce que j'aime écrire, c'est tout. Je sais que certains viennent me lire; faut croire que je ne suis pas si intéressante, lol, pas de commentaires. Le net c'est jamais net ...

    RépondreEffacer
  7. @Fleurdelivres: merci de ta visite qui a entraîné la mienne chez toi. Je ne crois que pas tu sois inintéressante, c'est qu'on ne sait pas que tu existes. Peut-être que si on pouvait devenir membre chez toi? Peut-être que si tu avais une liste de blogues que tu suis. D'un lien à un autre, comme ce commentaire que tu viens de laisser, nous irions chez vous.

    RépondreEffacer
  8. J'ai changé d'ordi, je me rends compte que tu es dans mes liens, il manquait des activations.

    RépondreEffacer
  9. Je suis à lire un premier roman où justement sur le quatrième de couverture est ajouté l'info "Elle tient un blogue" depuis trois ans. Je le fréquente depuis ce blogue et déjà, j'y voyais un univers. Son blogue est exploratoire, je revois de ses idées lancées sur le blogue et maintenant explorées dans son roman.

    Un blogue, pour moi, ça va du langage parlé transposé à des blogues nettement plus littéraires. Ou qui donnent de l'info.

    Les médias sociaux sont des outils, et c'est rien un outil, si on ne l'utilise pas. Autrement dit, c'est ce que nous en faisons qui nous défini.

    Encore des positions à prendre ClaudeL, tu t''en sors pas !

    RépondreEffacer
  10. @Venise "Encore des positions à prendre ClaudeL, tu t'en sors pas! " Positions au sens de me faire une idée, de choisir. Positions aussi à prendre dans un peloton, dans une société, moi qui voudrais voguer seule, qui croit voyager seule dans cet univers de compétition avec des podiums, des bulletins, des notes. Tu as raison, je ne m'en sortirai pas, mais quand vais-je me ranger (au sens d'avoir un rang?)et prendre position, ça!

    RépondreEffacer
  11. Moi je tiens un blogue sans trop savoir où je vais et si je vais vraiment quelque part. Je le tiens pour le plaisir d'écrire surtout, pour développer ma créativité et un peu pour m'obliger à écrire... Pour découvrir... Pour ce qui est de la popularité, je choisis la qualité à la quantité. Je n'ai pas une montée fulgurante de lecteurs (ou de visiteurs) mais elle est graduelle et surtout constante. Et j'apprécie cela.

    Voilà et bon vendredi.

    TS

    RépondreEffacer
  12. Bonjour ClaudeL. Pour ma part, j'ai découvert que mon blogue a eu comme conséquence de me permettre d'écrire... et plus j'écris, plus j'ai envie d'écrire.

    Dans ma vie, l'écriture a toujours été une thérapie et avec mon blogue, j'ai l'impression d'avoir plusieurs thérapeutes qui travaillent avec moi.

    J'utilise Internet dans un but très précis: me donner les outils que j'ai besoin pour arriver à mes fins. Et jusqu'à présent, ça me sert bien. Alors pourquoi s'en priver ?

    Et côté popularité, je suis surprise du nombre de visiteurs que j'ai sur mon blogue. J'ai installé un compteur et c'est fantastique. Peu laisse des messages, mais je sais que je suis lue ! Alors, tout est bien. Au plaisir 1

    RépondreEffacer
  13. Est-ce parce que c'est un vendredi-de-dedans ou parce qu'Internet fait toujours jaser, je n'ai jamais autant eu de commentaires et de personnes quasi-nouvelles.
    J'aime bien.

    RépondreEffacer
  14. Allo ClaudeL, et comme tu le vois je peux aussi être une vraie tortue! ;) Merci pour la mention :)

    Personnellement, je pense qu'il faut apprivoiser le Web et les nouvelles technologies à son propre rythme, selon ses propres besoins. Je ne pense pas que cela soit une course. Mais c'est vrai que les nouvelles technologies évoluent à une certaine vitesse...

    L'important je crois est de rester ouvert à cette mutation sociale engendrée par la révolution numérique que nous vivons au présent. Il est vrai qu'une bonne connaissance du Web est un atout pour certains domaines. D'ailleurs de nouveaux emplois naissent de nos nouvelles virtualités.

    Bonne continuation de Toile, au plaisir de te croiser ici ou là :D

    RépondreEffacer