dimanche 28 novembre 2010

Non, je ne serai pas déçue

Plusieurs commentaires sur mon blogue et dans Facebook au sujet de la publication de mon roman chez l'éditeur régional Vents d’Ouest. Dont un qui parlait de sa déception en disant « Les auteurs qui voient leur manuscrit accepté enfin ont le droit d'y croire. »

Oui, je sais. Pour avoir publié la biographie de mon père chez un éditeur régional qui a fermé ses portes l’an dernier, pour avoir fondé avec ma famille et travaillé aux Éditions de la Petite-Nation qui furent agréées pendant quelques années et ne se consacrèrent plus qu’aux « compte d’auteur » par la suite, oui, je connais les limites des maisons d’édition régionales.

Les déceptions qu’un auteur peut avoir en face d’un éditeur sont proportionnelles aux attentes qu’il a.

Oui, je sais que je devrai participer à la promotion de mon livre, je sais que les budgets d’une maison régionale ne sont pas ceux d’une grosse boîte. Oui, je me doute que je n’irai pas à Tout le monde en parle ni non plus chez Le Bigot, mais peut-être en parlera-t-on à Divines Tentations et dans Le Droit (quoique depuis que ce journal appartient à Gesca… mais n’anticipons pas, gardons-nous un peu d’illusions encore un temps)

Oui, j’aurais voulu plus, mais dès que j’ai vu le petit bureau à Gatineau, j’ai rajusté mon tir. Après dix refus, après avoir répondu du mieux que je pouvais aux demandes de corrections d’un éditeur montréalais, sans qu’il m’offre de contrat, j’en étais à l’étape : c’est Vents d’Ouest qui a dit oui ou j’arrête tout ça là.

Non, je ne serai pas déçue parce que je sais à quoi m’attendre, ni la mer à boire, peut-être même plus de dépenses que de revenus, mais une présence pendant un temps dans les librairies, des poignées de main et quelques signatures, des sourires de mes consoeurs et confrères rencontré(s) lors d’atelier d’écriture et de Salons du livre de l’Outaouais. Une boîte à caresses qui a déjà commencé à se remplir. Une estime de soi et une fierté d’avoir persévéré et de pouvoir redire que je suis une auteure puisque je publie à nouveau. Bref sortir de cet isolement, de ce secret que l’on tait tant qu’on n’est pas certaine qu’il devienne réalité. Un secret qui finit par peser lourd.

Le plus difficile, ce n’est pas d’accepter une maison d’édition régionale, c’est de constater, une fois encore, que je ne serai pas vedette ni la découverte de l’année (n’a-t-on pas tous enfoui dans nos rêves d’enfant romantique cette idée de vouloir être découverte, désirée), que mon talent est limité, que je ne suis pas première de classe, que je ne monterai sur aucun podium. C’est comme l’étudiant moyen qui doit choisir l’Université du Québec parce qu’il n’a pas les notes pour aller à McGill ou à l’Université de Montréal. Mais je refuse de me diminuer, je n’ai pas zéro, j’ai même un peu plus que la note de passage. Je suis de ces élèves qui doivent travailler pour réussir, mais je réussis.

Ma vie professionnelle n’est peut-être pas le fleuve Saint-Laurent, ni peut-être même la rivière des Outaouais, mais les ruisseaux aussi rafraîchissent et luisent au soleil. Alors non, je ne serai pas déçue.

6 commentaires:

  1. Très beau billet qui est très peppant.

    Moi ce serait pour laisser ma marque.

    RépondreEffacer
  2. @Ginette: c'est aussi ça et pas besoin que ce soit dans un sentier national!

    RépondreEffacer
  3. Tu as certainement organisé tes cliques et tes claques pour ne pas être déçu et tant mieux. Il y a de la sagesse là-dedans.

    Me frappe deux choses dans ton texte : le fait que la démarche d'écriture n'ai pas aboutie avec une maison d'édition autre (de Montréal).

    Et c'est la première fois que j'entends que les étudiants se contenteraient de l'Université du Québec au lieu de Montréal ou de McGill. J'ai toujours entendu dire qu'elles avaient chacune leur spécialité mais qu'une ne valait pas plus que l'autre.

    RépondreEffacer
  4. @Venise, disons que dans ma première version j'avais précisé "dans les années 1969-1970". Dans ces années-là (dans mon temps comme on dit), quelqu'un qui pouvait aller à McGill était mieux vu que d'aller à l'université du Québec qui commençait et n'avait pas encore eu ses lettres de noblesse. Comme il y avait (encore aujourd'hui je pense) certains collèges ou couvents mieux cotés.

    Quant à le non-aboutissement de la maison d'édition, ce serait trop long de raconter, mais oui, c'est arrivé.

    RépondreEffacer
  5. Mille fois bravo! N'est-ce pas un magnifique cadeau de la Vie?

    Votre persévérance vous a récompensée! Félicitations!

    :O)

    RépondreEffacer
  6. Tu connais Jonathan Littell? L'auteur des Bienveillantes, un chef-d’œuvre absolu de la littérature francophone? Sache que quelque chose comme vingt ans auparavant, il avait publié un roman de science-fiction chez un petit éditeur mineur. Un navet, apparemment. Deux décennies plus tard, il remportera le Prix Goncourt.

    Tu ne seras peut-être pas The Next Big Thing à court terme, mais la vérité, c'est que tu n'as aucune, mais alors là AUCUNE idée de ce qui arrivera par la suite. Alors concentre-toi sur la seule chose que tu contrôles: TA PRODUCTION.

    (au fait, la découverte de ton blog me comble de joie! je n'arrête pas de commenter tes textes depuis une heure!)

    RépondreEffacer