lundi 27 décembre 2010

De la tradition à aujourd'hui

Entre Noël et le jour de l’An. Traditions. Comment chaque famille passe-t-elle ces deux fêtes? Je ne partirai pas de discussions à savoir si vous êtes pour ou contre le fait de monter un sapin dans la garderie de vos enfants, mais si ça vous tente de donner votre opinion, ne vous gênez pas. Non, chez nous, à Noël avec la venue de trois nouveaux bébés dans le paysage hivernal, avec des conjoints qui ont vécu d’autres traditions, il fut question du Père Noël, des cadeaux. Que dites-vous aux enfants : que c’est le Père Noël qui a emporté les cadeaux qui sont sous le sapin? Avez-vous un oncle, un beau-frère qui se déguise en Père Noël?  Les biscuits, le verre de lait? Donnez-vous les cadeaux à Noël ou au jour de l’An? Et quand vous étiez petits, comment ça se passait? Avez-vous connu la messe de minuit?

Chez nous, tant qu’il y eut la messe de minuit, tant que j’ai vécu chez mes parents, rien ne changeait : pas de biscuits ou  de verre de lait pour le père Noël. messe de minuit, au retour développement des cadeaux (que le Père Noël avait apporté jusqu’à mes six ans), repas en famille (seulement les grands-parents maternels, de leur vivant, se joignaient à nous), tourtières, dinde, bûche de crème glacée achetée, dodo, le matin pyjama jusqu’à l’heure de diner, restants de réveillon avec des grand-tantes maternelles. La famille maternelle à Noël, la paternelle au jour de l’An.

Le premier de l’an, bénédiction paternelle, pas de bas de Noël avec orange ou bonbons,  messe et le diner de  tous les Lamarche chez le grand-père, ce qui voulait dire dix-huit du grand-père au dernier petit-enfant. Cadeaux aux enfants seulement, repas : la table des enfants, la table des adultes. Un adulte sortait avec les enfants soit jouer dehors, soit aller voir un film, de Walt Disney de préférence.

Une fois devenue adulte, une fois des conjoints et des enfants dans le décor, des parents vieillissants, des déménagements, les enfants qui devenaient grands,  les « traditions » ne duraient guère plus de deux ou trois ans. Peu à peu, disparaissaient les pères Noël, la messe de minuit, et même la tourtière et la dinde.

Mais cette année, depuis longtemps, des enfants d’un et deux ans, des joues rouges qu’on a le goût d’embrasser aux deux minutes, des yeux endormis ou brillants, des sourires innocents qu’on regrette avoir perdus, des nouveaux mots prononcés, des cadeaux colorés, réclamés, des papiers déchirés. Des enfants heureux. Et une famille qui ne regrette nullement les traditions, l’important étant la joie dans les yeux de l’arrière grand-mère chelsédéenne et les yeux émerveillés des petits.

(J'aurais pu mettre une photo d'enfants, mais je suis contre le fait de mettre des photos de personnes mineures sur Internet)

2 commentaires:

  1. Ah Noël dans les yeux des petits enfants...
    Après l'avoir appris dans la cour de l'école, mon fils a hésité à me dire que le père Noël n'existait pas - il n'était pas certain de ma position à ce sujet et hésitait à m'ôter mes dernières illusions.

    RépondreEffacer
  2. Oh! quelle belle histoire: c'est l'enfant qui apprend à ses parents que le père Noël n'existe pas.

    RépondreEffacer