vendredi 31 décembre 2010

Le cadeau de la couverture

Il s’agissait que je dise que je ne foutais rien comme un chien qui tourne en rond sans se décider à se coucher pour que l’inverse se produise : je n’arrête pas comme le même chien qui court après sa queue en se demandant où il va.

Je n’aurai probablement pas la surprise et le petit coup au cœur de voir la couverture de mon livre. Pas parce qu’il ne paraîtra pas, mais c’est que je l’aurai vue surgir à partir de tout le fouillis qui précède le montage et tous les essais pour obtenir un résultat satisfaisant. En effet, j’ai proposé à l’éditeur que l’artiste-de-nos-pinceaux fasse l’illustration de mon livre. Il a trouvé l’idée possible et demande à voir une ébauche.

À la recherche d’images inspirantes, j’ai ressorti toutes celles qui ont si longtemps traîné sur mon bureau, pendant l’écriture de mon roman. Elles provenaient surtout des sites de Parcs Canada et du Musée McCord. Des maisons, des bateaux, des enfants pauvres, des vêtements de l’époque. Des atmosphères, des lieux.

Je ne pensais qu’à ça. Pas l’artiste. Louise était prise dans l’accouchement d’un gros tableau (72 pouces sur 24 pouces) qu’on lui avait commandé. Elle prit quand même le temps d’esquisser quelques dessins, mais elle préférerait jouer avec des photos. Sur le site du Musée McCord, il est clairement indiqué qu’on ne peut pas déformer les photos même si on les achète. Louise était bloquée, moi j’attendais et je rongeais mon frein. Tant bien que mal, on avait les bateaux et les maisons, mais les personnages, ça n’allait pas du tout.

Quand elle eut fini son tableau, je pensais qu’on allait s’y remettre. Point. Alors un matin, j’ai sorti la table lumineuse, de nouvelles photos de paysanne au baluchon vue de dos et je me suis mise à tracer. Louise m’a vue, elle ne réagissait pas. Finalement, elle a dit qu’elle renonçait, on dirait à l’éditeur qu’on ne proposait rien, qu’il demande à quelqu’un d’autre. J’étais déçue, mais à demi soulagée.

« Que voyais-tu comme couverture? » ai-je demandé en dernier recours. Des photos, pas des dessins, mais où trouver des vieilles photos haute résolution, libres de droit?

Louise me disait sa vision, les couleurs, les formes, l'arrière-plan. J’ai senti un déclic : des photos anciennes, j’en ai. J’ai ressorti le vieux cahier bleu de ma grand-tante sur la généalogie, on a trouvé.

Depuis, Louise suggère les couleurs et la composition, j’exécute sur l’ordinateur.

Essai d’un vert, non, d’un roux, trop orangé et un autre et dix autres, impression, retouches, autres couleurs, des sepias, plus pâles, impression. Plus gros, plus bas. Je me promène entre trois logiciels: un petit Photofiltre pour le sépia, mon sempiternel Corel Photopaint que je connais comme le fond de ma poche, et le classique Photoshop qui me donne de meilleures couleurs.

Nous en sommes à la cinquième version et je crois que ça y est.

Pourvu que l’éditeur aime aussi.

Je ne ressentirai peut-être pas ce cœur qui bat à la vue de la couverture imprimée, je ne dirai pas wow que c’est donc beau comme pour un cadeau tout neuf qu’on déballe et dont on ne sait strictement rien. En revanche, je n’aurai pas non plus de petits yeux tristes de déception, ce qui m’est déjà arrivé. Je serai surtout fière d’avoir mis nos talents à contribution. Contente d’avoir travaillé en équipe. Et d'avoir persévéré.

8 commentaires:

  1. Je suis déjà certaine qu'elle sera superbe.
    Psst bonne année 2011 à vous deux.

    RépondreEffacer
  2. @Suzanne. Superbe, je ne sais pas, on n'a pas tous la même définition de ce mot, mais elle sera au moins à notre goût, selon nos talents.
    Bonne année aussi et continue de nous alimenter en livres à lire.

    RépondreEffacer
  3. @Ginette: merci et toi aussi. Que l'année 2011 récompense tes efforts d'écriture.

    RépondreEffacer
  4. C'est excitant, juste à te lire. J'ai hâte de voir cette page couverture.
    En fait, ton histoire ressemble à la mienne, i.e. une artiste qui passe son tour. Pas grave. Cela a permi un travail d'équipe qui semble donner une grande satisfaction. Belle façon de terminer l'année en beauté, non?
    Bonne année à vous deux.

    RépondreEffacer
  5. @Karuna: je ne comprends pas tout à fait: une artiste qui passe son tour???
    Mais bonne année aussi. Pas de ski aujourd'hui, hihi!

    RépondreEffacer
  6. Lol! Tu vas comprendre, ici : http://entrevousetelles.blogspot.com/2010/11/demandez-et-vous-recevrez-parfois.html
    Pas de ski aujourd'hui, mais hier, une deuxième fois moins ardue. ;)

    RépondreEffacer
  7. OK, j'ai lu, je ne me souvenais pas de tous les détails. Je ne sais pas ce que sera ta couverture, mais il est certain qu'avec une illustration-tableau de ton amie, c'aurait été super-très-beau. Ce sera aussi beau mais autre chose, c'est certain.
    J'aimerais donc ça être dans l'état "d'avoir besoin de sels", comme toi! Ce qui n'est pas le cas.
    Mais quand le livre sortira de chez l'imprimeur, je serai sûrement bouche bée, c'est-à-dire très silencieuse. Quand je n'ai pas de mots, je ne dis rien (comme quand je me fais très très mal, je ne crie pas, j'attends de voir si le coeur bat encore).

    RépondreEffacer