lundi 28 février 2011

Auteure de l'Outaouais: Lysette Brochu

Le Salon du livre de l'Outaouais est terminé, mais je continue de vous présenter des auteurs qui vivent ou publient dans cette région.

Lysette Brochu est bardée de diplômes en enseignement, en théologie, mais ce n’est pas ce qui m’a impressionnée dans nos rencontres, c’est sa gentillesse, sa douceur, sa générosité. Malgré tous les livres qu’elle a publiés, elle a encore la candeur d’une jeune auteure. Chez elle, j’ai reconnu l’art de la communication, elle sait encourager les jeunes à lire et, plus encore, les inciter à écrire. Elle a le compliment flatteur et je voudrais bien lui renvoyer tous ceux qu’elle m’a faits.

1- Quel genre de livres écrivez-vous ?
Je ne veux pas me cantonner dans un genre particulier, ni porter une étiquette. J’écris ce qui me chante sur des sujets qui m’attirent. Depuis 2001, j’ai écrit un livre de nouvelles et de récits de vie, un livre de poésie, un recueil de nouvelles pour adolescent.e.s, une bande dessinée pour enfants, une légende pour expliquer la toponymie de la ville d’Ottawa et huit albums pour une clientèle âgée de 4 à 12 ans. À l’heure qu’il est, j’ai deux ouvrages pour enfants chez un éditeur, un autre livre du style épistolaire qui paraîtra cette année et je travaille à un roman et à un autre recueil de récits de vie, et ce, tout à la fois.

2- Quand avez-vous débuté votre carrière d’écrivain?
J’ai publié, pour la première fois, en 1979, dans une anthologie littéraire et par après, de façon sporadique, dans des collectifs et dans des revues jusqu’en l’an 2000. Afin de gagner ma croûte, j’enseignais alors à temps plein, j’étais engagée dans du bénévolat ici et là et je veillais au bien-être de ma famille. En 2001, à l’heure de la retraite, j’ai vite entamé ma deuxième carrière, celle de chroniqueuse et d’écrivaine.

3- Où vous installez-vous pour écrire?
Le lieu où j’écris ? Il est privé. J’ai un bureau au sous-sol de notre maison où l’on y trouve un ordinateur et un numériseur, une imprimante, une photocopieuse, un pupitre et une bonne chaise, un petit frigo où je garde des bouteilles d’eau, une réserve de papiers, nombreux dictionnaires (dictionnaire des idées de Roubaix, dictionnaire des onomatopées, des cooccurrences, de rimes etc.) et des rayons remplis de livres.
J’ai aussi un MacBook Pro sur ma table de salle à dîner et parfois, c’est devant une magnifique fenêtre à carreaux que j’écris les idées qui me viennent en vaquant au ménage ou à la cuisine.

4- Quel est votre rituel ?
De ce temps-ci, je souffre d’arthrite inflammatoire donc je ne peux me discipliner trop sévèrement. Il y a des jours, la douleur étant trop atroce, je n’arrive pas à écrire plus de trente minutes. L’an dernier, je pouvais rester devant mon écran de trois à huit heures.
Je sors mon calepin de notes de mon sac à main, j’éparpille tous les petits papiers sur lesquels j’ai écrit des mots ou des idées et je fais un remue-méninges avec moi-même. Parfois, je crée une nébuleuse sur un thème avant de commencer à rédiger. C’est toujours la première phrase qui me prend le plus de temps… Je me relis au fur et à mesure, ajoute et retranche et parfois, je supprime le tout. Bizarrement, je n’ai pas l’impression de perdre mon temps. Le processus de l’écriture exige d’avancer et de reculer, de recommencer, de peaufiner et d’abandonner si nécessaire.
Facilement distraite, j’écris entre les coups de téléphone, les travaux ménagers, la cuisine, les visites de mes enfants et de mes quatorze petits-enfants, les rencontres avec mes quatre soeurs et quoi encore ?

5- Vous considérez-vous comme un auteur de l’Outaouais ou un auteur tout court ?
Je suis fière d’être une auteure de la région de la capitale nationale, mais lorsque j’écris, en général, je suis une auteure parmi tant d’autres sur la planète. Parfois, en créant des textes plus près de mon lieu géographique, « Mon Outaouais » ou « Sur le pont interprovincial », je ressens une certaine fierté et un certain privilège de vivre ici et maintenant, en sol outaouais. Depuis quarante-deux ans, je vis à Gatineau. Je suis cependant née à Sudbury, alors parfois je me sens Ontabéquoise. Mon cœur s’étire entre les deux provinces.

6- Chez quel(s) éditeur(s) sont publiés vos livres ?
Je suis une fidèle des Éditions du Vermillon. Monique Bertoli et Jacques Flamand, les fondateurs et éditeurs de cette maison sont devenus de vrais amis pour moi. J’ai aussi publié une bande dessinée chez Studio Premières lignes et comme j’écris dans nombreux collectifs, j’ai des textes un peu partout : l’Harmattan à Paris, les Éditions Vents d’Ouest à Gatineau, les Éditions les Impatients à Montréal, le CFORP à Ottawa, les Éditions La plume libre à Trois-Rivières, à Bourges en France, etc.

7- Avez-vous essuyé plusieurs refus d’éditeurs et comment avez-vous réagi ? Avez-vous déjà pensé publier en auto-édition ?
Bien oui, c’est normal de recevoir des refus. Nos textes ne sont pas toujours choisis pour diverses raisons : le comité de lecture en privilégie d’autres ou le « synchronisme » n’est pas le bon ou notre nouvelle ou récit ou poème ne répond pas aux consignes d’un concours ou notre sujet ne semble pas rentable… Mille raisons ! Les premières fois, cela me secouait, car je manquais de confiance en ma plume, mais aujourd’hui, malgré la déception, je hausse les épaules et envoie mon texte ailleurs.
Je me dis que si jamais je ne trouve pas un éditeur, je peux avoir recours un jour à l’auto-édition. Pourquoi pas ? De nos jours, publier à compte d’auteur ou faire imprimer nos écrits chez un bon imprimeur, c’est devenu plus facile et moins coûteux.

8- Si vous aviez un million, continueriez-vous à écrire ?
Bien oui ! Je n’ai jamais écrit pour l’argent. D’ailleurs, la profession de l’écrivain est loin d’être « payante » à moins d’être une J.K. Rowling (et je me réjouis de son succès) ou un James Ellroy. Écrire donne un sens à ma vie, c’est un plaisir de jouer avec les mots, c’est ma passion.

9- Si vous aviez un million, continueriez-vous à publier ?
Assurément ! Et je pourrais aider d’autres écrivains en herbe à réaliser leurs rêves.

10- Quelle question aimeriez-vous qu’on vous pose, à laquelle vous vous amusez parfois à répondre ?
Quels sont vos auteurs favoris ?
Je ne connais pas un seul écrivain qui ne lit pas beaucoup.

Et que répondez-vous à cette question ?
Gabrielle Roy, Jean Éthier-Blais, Stefan Zweig, Marcel Pagnol, Gustave Flaubert, François Mauriac, Claire Martin, Henri Troyat, Antoine de Saint-Exupéry, Julien Green, Jean d’Ormesson, Françoise Chandernagor, Simone de Beauvoir, Marguerite Duras, Doris Lessing, Albert Camus, Jules Roy, William Shakespeare, Lamartine, Verlaine, Rimbaud, Rainer Maria Rilke, Elizabeth Barrett Browning, Émile Nelligan, Félix Leclerc… et tous les auteur.e.s de l’AAAO et de l’AAOF…

(photo fournie par Lysette Brochu)

6 commentaires:

  1. Très beau cheminement de carrière. Je trouve les textes et livres bien faits et très bien écrits. J'adore les illustrations du dernier livre! Bravo!!

    RépondreEffacer
  2. Très chère Claude,
    Je te remercie beaucoup pour la belle page que tu as montée pour moi et pour les auteur.e.s de l'Outaouais. Que tu es fine!!!! Et généreuse. C'est touchant ce que tu dis de moi... GRAND MERCI.
    Lysette
    www.lysettebrochu.com

    RépondreEffacer
  3. Intéressant ! Bravo Lysette !

    Albert

    RépondreEffacer
  4. J'ai l'impression de t'entendre Lysette. Tes mots sont vrais et remplis de tendresse...tout comme toi chère maman. Tu es une personne exceptionnelle et une auteure formidable.
    Ta fille Manon xx

    RépondreEffacer
  5. @ Lysette
    Lysette tu as une façon d'écrire que nous allons aisément òu tu nous mènes .J'aime le rythme de tes écrits et la simplicité des mots.Ils sont riches mais nous n'avons pas besoin de s'accrocher un dictionnaire dans le cou pour te suivre , apprendre et comprendre.Nous partageons de bons moments le nez dans tes livres
    Merci,continue s.v.p.
    Je te souhaite une meilleur santé
    Yvonne

    RépondreEffacer
  6. J'ai eu la chance de suivre l'an passé un atelier littéraire avec Mme Brochu! Une belle expérience! Merci!

    RépondreEffacer