lundi 11 juillet 2011

Je ne me décide pas


Ce n’est pas nouveau, je ne me décide pas : les vrais prénoms ou des faux? Quand j’ai écrit la première version de mon roman, Les Têtes rousses, tous les prénoms des personnes décédées étaient les vrais. Une fois rendue à la génération de ma mère, j’ai eu beaucoup de difficulté à poursuivre l’histoire. Une fois que j’ai eu changé les prénoms, ça s’est mis à débloquer. Les Têtes rousses, version finale, ne contient que les deux premières générations. Bon, ça va. Je suis à l’aise avec cette décision (faudrait bien, parce que le livre sera bientôt imprimé), mais qu’est-ce que je fais avec les autres 150 pages qui ne sont pas toutes mauvaises. Personne ne m’a commandé de suite, mais je sens que j’ai quand même du matériel pour un bon roman, mais je fais comme si c’était une autre histoire, je change les noms des personnages? 

Comme j’ai surtout compris, en écrivant la troisième version, que je devais m’en tenir à un personnage central et quelques autres secondaires, je compte bien choisir cette voie pour le prochain roman. Au départ, j’étais plus à l’aise avec les personnages féminins, mais voilà que Léo s’impose. Il veut parler. Il a bien une sœur contrôlante, mais lui, sera le bon, le sympathique et elle, la méchante. Il veut conter sa vie. Jusqu’à ses derniers jours. Bon, bon, OK, j’ai compris, tu l’auras ta biographie, mais est-ce que je te garde ton nom? Ton vrai nom? Celui de mon grand-père? Et rendue à tes enfants, hein Léo, qu’est-ce que je fais avec tes enfants? Et tes petits-enfants, dont je suis? Dis-le-moi? Je peux bien inventer ta vie, je sais que tu ne m’en voudras pas de là où tu es, mais faire de ma mère, de mon oncle qui a des enfants vivants, de mon frère et de moi-même des personnages, pas certaine que je saurai. C’est comme me servir d’eux. Les dépeindre tout en sachant que je les déforme. Que sait-on de la vie de ses proches, alors forcément, on invente. 

Non, je ne me décide pas. Peut-être oublier que le petit Léo a été nommé à la fin des Têtes rousses et faire table rase. Qui fera le lien si Léo devient Nazaire? Ce sera notre secret entre toi et moi, grand-papa OléOlé, comme on t’appelait. Dis-moi quoi faire?

13 commentaires:

  1. Moi je te dirais : garde Léo puisque son nom a été donné à la fin de ton roman qui s'en vient. Par contre, Léo peut être le diminutif de plusieurs prénoms, alors tu peux en prendre un qui n'est pas le "vrai".

    Et tu pourras ensuite rebaptiser les autres personnages, les plus jeunes, ceux qui sont encore vivants.

    RépondreEffacer
  2. Pas fou, cette idée que Léo soit un petit nom pour Léonard ou Léopold ou Léon. Heureusement que Word peut tout changer facilement, pourvu que je m'y retrouve, je vais probablement me faire un tableau d'équivalences anciennes et nouvelles.

    RépondreEffacer
  3. Wein... j'avoue, méchant casse-tête ...
    Je ne sais pas ce que je ferais à ta place.
    Je ne t'aide pas beaucoup, hein ?! lolll

    RépondreEffacer
  4. @Sylvie: J'aimais bien l'idée de raconter l'histoire de mes ancêtres, mais là... je ne crois pas non plus que je garderai le patronyme. Je me sentirai plus libre de lui inventer une vie à ce bonhomme qui a envie de se raconter.

    RépondreEffacer
  5. Je suis aussi indécis que toi dans ces décisions... :-S

    RépondreEffacer
  6. @Pierre: Tu m'aides c'est ben effrayant, hihihi!

    RépondreEffacer
  7. @tous: ça me surprend que personne n'ait demandé qui c'était sur la photo. Probablement trop évident. Croyez-vous qu'il y ait possibilité de vol d'identité?

    RépondreEffacer
  8. Mais quel casse-tête en effet. Je suppose que tu as déjà amassé un lot de témoignages et faits vécus pour cette partie? Moi je pencherais davantage pour en faire un roman "inspiré de" avec des alias, mais je suis un peu trouillarde en ce qui a trait à la famille!

    Donc c'est qui sur la photo??? Difficile à dire sur la petite épreuve.

    RépondreEffacer
  9. @Hélène: ah! enfin quelqu'un qui le demande! Donc c'est mon grand-père maternel, Léo Deguire, qui me tient dans ses bras. Je l'ai quand même connu pendant treize ans.

    RépondreEffacer
  10. L'idée de Gen est bonne : prendre Léo et en faire un prénom plus long (Léopold, Léonard...). Et pour le reste, je changerais tous les noms. Les personnes concernées se reconnaîtront, mais le monde entier ne saura pas de qui tu parles...

    Et comme ça, tu vas encore pouvoir aller aux partys de Noël! ;)

    RépondreEffacer
  11. C'est à toi de voir mais si tu ne te sens pas «bien» en gardant les vrais prénoms, change tout simplement uu en les modifiant quelque peu comme le suggère Gen.

    RépondreEffacer
  12. À Isabelle et Suzan: c'est pas mal décidé, j'ai fait un petit tableau d'équivalences, le temps de m'habituer aux nouveaux prénoms, parce que les visages dans ma tête resteront pas mal les mêmes jusqu'à ce que les personnages aient leur propre vie et s'en aillent leur chemin.

    RépondreEffacer