mardi 19 février 2013

Que devient Louise Falstrault?

Au début de ce blogue, était une co-blogueuse, Louise Falstrault, d’où son nom dans l’adresse dudit blogue, d’ailleurs. Le temps de quelques billets, j’ai présenté l’artiste, j’ai parlé de ses expositions. Le temps de quelques autres, j’ai fait la promotion des Créateurs de la Petite-Nation dont elle faisait partie. Puis, depuis un an, plus rien sur elle. Et dans ce monde merveilleux de la culture et ce monde cruel de la vie artistique, qui n’est pas vu, n’existe plus, c’est bien connu. 

Or, Louise Falstrault, en tant qu’artiste peintre existe encore. Elle peint encore. Moins, mais encore. Non pas moins parce que son métier ne la passionne plus, mais moins, par choix. À ses débuts, pour que ses tableaux soient vus, vendus, attendus, pour que l’artiste existe, elle a été partout où elle pouvait : expositions locales, régionales, provinciales, symposiums petits et grands. Elle a frappé aux portes de bien des galeries… des grandes villes et de toutes les provinces. Pendant quinze ans, elle a participé à la tournée des ateliers des Créateurs de la Petite-Nation dont elle était membre-fondateur. 

L’an dernier, l’artiste a repensé sa carrière. Point de retraite pour une artiste peintre, mais ce qui ne l’empêcha pas de réorganiser son temps et de soigner un genou. Son atelier est toujours ouvert, vaut mieux prendre rendez-vous, l’artiste se permet de sortir de temps à autre ! Si elle participe beaucoup moins à des expositions provinciales, elle se garde du temps pour celle de Saint-André-Avellin qui se tient annuellement, dans le cadre de FemmExpo du 9 mars au 14 avril. Et si les deux dernières années, il y eut grande crise économique qui toucha, parfois sévèrement, les galeries d’art, ça va mieux de ce côté, surtout à Calgary. En effet, dans les deux derniers mois, la galerie Stephen Lowe a vendu et commandé six tableaux de l’artiste qui a participé à un « Artist spotlight » en compagnie de trois autres artistes peintres québécois, Roland Palmaerts, Gilles Bédard et Louise Larouche. C’est pas rien quand même. Quant à son autre galerie, celle de Baie-Saint-Paul, gageons que le printemps ramènera les acheteurs, aussi nombreux qu’ils le furent l’automne dernier. 

Voilà donc pour l’artiste-peintre-qui-ne-connaîtra-jamais-la-retraite, même si elle a l’âge !

2 commentaires:

  1. Des nouvelles de l'artiste-peintre, c'est bien !! Heureusement qu'elle ne pense pas à la retraite, ce serait trop dommage. Ses toiles sont de purs délices. Longue vie, Louise l'artiste. ;)

    RépondreEffacer
  2. Je lui transmettrai le message. Des fois, comme tout créateur, elle en doute.

    RépondreEffacer