vendredi 6 février 2015

De la musique intérieure pour écrire

Quand je suis dans l’organisation des jours à venir, des achats à noter, des voyages à préparer, mon esprit est rationnel. Froid. Mon langage direct. Mon cerveau, une armoire compartimentée. Et ça avance d’un pas assuré.

Mais je ne sais plus écrire. 

Pour écrire, pour imaginer, je dois m’abandonner au temps. L’oublier. M’en détacher. Ne plus être dans aucune organisation, aucun agenda, aucune obligation. Mon esprit doit flotter, ici et maintenant, se promener dans un ciel bleu pur et qu’aucun bruit ou nuage-obstacle ne viennent le déranger. Que naisse une petite musique au bout de mes doigts. Au moins les premières notes, et, avec un peu de chance, suivront quelques lignes ou peut-être même quelques pages. 

Écrire, c’est comme méditer. Il faut que viennent des souvenirs d’émotions et ensuite seulement, les voir, les sentir et les faire revivre dans des corps de personnages. En tout cas, c’est ma façon. 

Aujourd’hui, troisième tentative pour la quatrième de couverture : résumé et biographie.

Besoin d’aide, de temps, de silence. J’ai fait brûler de l’encens. Furent brûlés en même temps le doute, l’éparpillement. Furent fermés les tiroirs inutiles. Furent calmées mes propres émotions. 

Et la musique vint.

3 commentaires:

  1. J'adore tes billets. Très beau, magnifique même... et je ressens ce que tu écris. Mais... écrire pour moi c'est loin de méditer, car méditer, c'est faire le vide, des pensées, des rêves, des émotions. L'écriture demande qu'on laisse venir à soi l'émotion, les pensées, les rêves.

    RépondreEffacer
  2. Tu as raison. Disons que je dois quand même être dans un certain état qui s'en rapproche. Si j'ai l'esprit préoccupé, rien ne vient.

    RépondreEffacer
  3. Je ne sais pas ce qu'est écrire dans le sens ''d'écrire'' mais lorsque j'avais une composition à remettre pour un devoir et que mes mots ne venaient, ma grand-mère me disait: ''Écoute le silence et laisse entrer ses conseils, il dit beaucoup plus que tu ne le crois.''
    C'est fou mais dans ce calme ''silencieux'' mes mots venaient!

    RépondreEffacer