mardi 26 mai 2015

Du lieu où vivent les personnages

Il faudra bien que je me décide avant la publication du tome 3, celui des têtes dures, têtes fortes, têtes de mule, têtes de cochon. Oui, oui, le troisième tome. Le deuxième, Les têtes bouclées sera publié en septembre 2015, mais j’ai déjà une centaine de pages écrites pour le troisième et dernier. J’hésite encore. Une journée je dis oui, ce sera les vrais lieux de mon enfance, ce lac visité en 1956, où mon père a fait bâtir un chalet, cette baie connue pendant quelques étés et finalement choisie pour y vivre à l’année en 1970. Une région aimée depuis 45 ans. Le lendemain, je dis non pour des raisons futiles, telles que : si les lecteurs savent que ce sont les vrais lieux, ils croiront que le reste du roman est aussi vrai, ce qui est faux! Tantôt je veux me garder un semblant de vie privée, tantôt je veux chanter les louanges de ma région. Quand je lis, j’aime bien qu’on me raconte les lieux aimés, les lieux de vie des personnages, tels les rues de Montréal pour Robert Lalonde ou Yvetot d’Annie Ernaux, Marseille de Simone de Beauvoir, Saint-Élie-de-Caxton de Fred Pellerin. 

Si je me retiens, c’est que j’ai un peu honte de mon village. Il s’y est pris des décisions avec lesquelles je ne suis pas d’accord. Au sujet du patrimoine bâti entre autres. Pourtant, je m’entends bien avec la plupart des gens qui y habitent. Trois fois au moins, j’ai pensé déménager. Existe-t-il seulement un ailleurs parfait? Faudrait bien que j’en revienne de ce goût amer qu’il me reste de cette démolition du presbytère, en 2002. Je ne me sens pas villageoise, je n’appartiens pas à un seul village, je me sens Petite-Nation. J’y suis encore et j’y suis bien. Je ne voudrais pas mourir ailleurs.

Depuis le tout début de l’écriture de mon roman inspiré de mes ancêtres irlandais, je sais la fin de l’histoire. Elle n’est pas encore écrite, mais j’en connais le lieu et la raison de ce choix. Depuis, je tergiverse, mais il faudra pourtant me décider : ça se passe dans la Petite-Nation ou non?

De toute façon, ai-je tant de lecteurs et il y a peu de chance qu’ils m’adressent les reproches que je crains? Arriveront-ils à la conclusion que je redoute? Ai-je si peur d’en parler au cas où j’en dise plus de mal que de bien? Comme de son corps : j’ai le droit d’en parler, mais ne tiens pas à ce que d’autres en discutent, surtout pas pour en dire du mal? Sujet sensible, ne touchez pas? Depuis quand écrit-on en pensant à ce que les lecteurs vont en penser? Je me dois d’abord aux personnages, non? Quand même paradoxal : un auteur qui préfère des personnes qui n’existent pas à des lecteurs réels! Et quelle est cette peur qui choisit l’évitement plutôt que l’affrontement? Quel affrontement d’ailleurs? Pleutre je suis dans la vie, lâche je resterai, même dans une fiction?

Je l’ai pourtant fait dans Visions de la Petite-Nation (on peut d’ailleurs lire les pages qui y sont consacrées : http://www.despagesetdespages.com/petite-nation-claude.pdf). Il me faudrait une analyse plus approfondie pour comprendre mes tergiversations d’aujourd’hui.

Allons-y d'un petit pas d’abord dans ce blogue. Un peu comme Christiane Rochefort qui a écrit Journal de printemps où elle raconte les circonstances entourant l’écriture de Printemps au parking. Ou encore Éric-Emmanuel Schmitt qui, à la fin de son livre Les deux messieurs de Bruxelles raconte comment lui est venue l’idée ou ce qui entoure chacune de ses nouvelles. Débutons par ce billet en espérant que ça nous tienne lieu d’engagement ou d’assurance pour la suite. Donc, le lac Simon, les villages de Montpellier, de Chénéville qui l’entourent et finalement toute la Petite-Nation (une bonne vingtaine de municipalités où j’ai enseigné, acheté, pédalé, marché, photographié, aimé, pleuré, ri) sont devenus mon pays, mes amours. Alors, pour un roman, pourquoi ne pas situer ces lieux et les présenter sous leurs plus beaux atours? 

Le feriez-vous? Hésiteriez-vous? Est-ce important les lieux dans les romans que vous lisez ou que vous écrivez?

8 commentaires:

  1. Claudie Beaudoin26 mai 2015 à 12 h 38

    Claude, peu m'importe le lieu où se situera l'histoire. Ce que j'aime par contre, c'est quand je lis un roman et que je peux m'imaginer l'endroit comme si j'y étais. Peut-être que c'est plus facile pour l'auteur si c'est un lieu connu et aimé.....à toi de voir!

    RépondreEffacer
  2. Merci, Claudie. Et si ça t'amène à venir y voir de plus près...

    RépondreEffacer
  3. Bonjour Claude,

    Pour moi, les lieux et l'atmosphère qui s'en dégage font partie de l'histoire. Ils en sont quelquefois le principal personnage... Je ne suis pas écrivain, mais il me semble que tu aurais avantage à choisir ce qui donnera le plus de force à ton récit. Il y a toujours moyen, au début ou à la fin d'un roman, d'indiquer ce qui est réel et ce qui relève de l'imaginaire.

    Tu meurs d'envie, je crois bien, de mettre en scène les lieux que tu aimes. S'ils servent bien ton histoire, pourquoi ne ferais-tu pas confiance à ton instinct?

    RépondreEffacer
  4. "Depuis quand écrit-on en pensant à ce que les lecteurs vont en penser?" (sic) N'est-ce-pas là une excellente question puisqu'elle contient sa réponse.

    Les souvenirs, laisse-toi envoler par eux. Tu n'écris pas un documentaire. Tu n'es pas à la défense de ci ou de ça. Superpose tes souvenirs sur tout, qu'ils sont bons ou mauvais, on s'en fout, mais qu'ils soient forts et sentis. Oui, sentis. De ça, tu n'as aucune difficulté. Laisse vivre tes émotions, mets un peu ton cerveau de côté.

    C'est ce que la future lectrice que je suis avait à te dire.

    RépondreEffacer
  5. *qu'ils soient bons ou mauvais*

    RépondreEffacer
  6. Merci et Choubine.
    Je savais-sentais qu'en l'écrivant, ça finirait de me décider. Vos réponses me confirment que je suis sur la bonne voie. Après tout pourquoi inventer quand je n'ai qu'à me souvenir.

    RépondreEffacer
  7. Je suis d'accord avec les autres : vas-y avec les vrais lieux.
    Au pire, tu mettras une note au début du tome 3 : les personnages et les faits sont fictifs, les lieux, non. :)

    RépondreEffacer

  8. Les lieux réels c'est mieux et ça ajoute à la crédibilité de l'histoire.

    Et , je te cite:

    ''Après tout pourquoi inventer quand je n'ai qu'à me souvenir.''

    Voilà ;-)

    RépondreEffacer