jeudi 8 juin 2017

Quelques jours dans le Maine

J’étais partie voir la mer. Je l’ai vue à Kennebunkport, à York, à Ongunquit.
J’ai senti les embruns.
J’ai entendu les grives et les goélands.
Je me suis laissée bercer par le flux et le reflux de la marée.
J’ai vu la mer calme sous un ciel bleu et, un peu mauvaise, dans la brume.
J’ai mangé du homard et de la sole. Des frites et des fritures. 
J’ai bu du chai thé latte, du café et du vin.
J’ai lu au soleil et près d’un feu. 
Je me suis réveillée sous des feuilles d’un vert printanier fort joyeux.

Des matins tranquilles dans des campings presque déserts.
Des après-midis au bord des plages. Ma préférée, celle d’Ogunquit, surtout pour l’accès au stationnement, encore gratuit la semaine. 

J’ai écrit. Un peu seulement, trop occupée à observer la faune humaine.
J’ai roulé. J’ai badaudé. Parfois difficilement dans ces rues étroites et tortueuses faites pour les automobilistes et non les camions de 26 pieds ni même bien invitantes pour les vélos.

Un chevreuil a décidé de traverser la route au lieu d’attendre. Au lieu de virer de bord et retourner dans sa forêt, il a foncé sur mon camion. Suicidaire. Deux phares brisés. Le chevreuil est tombé. Il est mort. Et je n’ai pas eu le temps d’avoir peur. Lui? Je ne sais pas.

Photos regroupées par thèmes. Vous pouvez cliquer sur chaque groupe pour le visualiser un peu plus gros.
Activités sur les plages et dans les vagues

Kennebunkport, Perkins Cove à Ogunquit. rhododendrons en fleurs, partout.

Le style Maine

La nuit au camping. Le jour en bordure de plage, quand le stationnement lest accessible.



5 commentaires:

  1. Une belle plume pour décrire une sortie dans le Maine.Je n'ai jamais vue un chevreuil de si près, cela ne doit pas être agréable.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Surtout quand on ne sait pas ce qu'il va faire. Je n'avais et je n'ai toujours aucune idée comment ça pense. Le soir, je veux bien croire qu'il est aveuglé par les phares, mais en plein jour?
      L'évaluateur vient de passer. Il ne lésine pas: changement de la calandre, de l'aile et même de la portière. Sur une auto, ç'aurait été bien pire nous a-il dit. Pas de difficulté à le croire.

      Effacer
  2. Ma phobie, frapper un chevreuil!!! De bien belles photos! Belle escapade!

    RépondreEffacer
  3. Avant, je n'avais jamais eu peur. Mais depuis, en tout cas, au retour, je regardais plus les bords de route que la route elle-même.

    RépondreEffacer
  4. J'aime toujours regarder tes photos qui donnent le goût de voyager

    RépondreEffacer